Tsampa, la suite

Il y a quelques jours, Anna vous racontait l’atelier tsampa de notre ami Lama qui nous a donc montré comment consommer cette succulente farine d’orge grillée, qui fait partie de l’alimentation de base de la nourriture tibétaine et qui est même considérée comme un puissant remède médical. Il nous a aussi dit que, traditionnellement, la tsampa est conservée dans un récipient en bois qui reste en permanence sur la table, tandis qu’il y a toujours un pot de thé chaud dans la cheminée. Ainsi, il est toujours possible, à toute heure, de préparer un bon encas.

J’ai tout de suite pensé que j’aimerais beaucoup avoir un pot à tsampa pour conserver le cadeau de notre Lama… Puis il est reparti, car il devait préparer le stand de présentation de son association Tazig Samten Ling au forum des associations de Montpellier qui devait avoir lieu le lendemain, quant à savoir quand nous le reverrions… Avec Lama, on ne sait pas ! mais pas tout de suite a priori…

Mais c’était sans compter sur Lapinette, la petite lapine de Garenne perdue et mal en point qui a échappée à une mort certaine grâce à Lama. Evidemment, lorsqu’il s’agit d’animal, ben, Lama appelle Stéphanie, et il a raison. C’est ainsi qu’il est revenu le soir même à la maison. Et là, il est arrivé avec un magnifique cadeau (en plus de la vie sauve de p’tite chérie à grandes oreilles) :

Un pot à tsampa en bois, finement décoré ; une merveille dénichée « par hasard » sur un marché auquel il s’était arrêté en rentrant à Montpellier, juste après nous avoir quittés. Il était très content de sa trouvaille et de la joie suscitée chez nous ! Admirez :

Je vous souhaite une très belle journée à toutes et à tous,

Anti

One Reply to “Tsampa, la suite”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.