Comme deux gouttes d’eau

Hier, notre chère Valentine, pourtant hyperfan de Charlot, a cru le reconnaître dans mon mot d’accueil alors qu’il s’agissait de Maley. Il faut dire que, lorsqu’on ne voit pas combien il a de pattes, il y a une certaine ressemblance. Les visages, cependant, sont notablement différents. En particulier, celui de Maley est tout rond, celui de Charlot beaucoup plus fin. Maley a des nuances plus fauves et la répartition du pelage tigré est différente, surtout sur le front. Et enfin, Maley a une queue très touffue alors que celle de Charlot est très fine.

Cela dit, les deux sont comme des frères. Hier en fin de journée, ils ont pris le frais face au soleil déclinant, avec une belle synchronisation. Voyez plutôt :

DSC01734p

DSC01735p

DSC01736p

Très belle journée à vous

3 Replies to “Comme deux gouttes d’eau”

  1. valentine

    Trop mignons tous les deux! M’étonne pas que je les confonde, il y a un air de famille. Et eux, ils savent ce qui les attirent l’un vers l’autre. Mais c’est sûr chacun est unique et Charlot restera le plus, le plus………le plus quoi au fait? C’est indescriptible comme sentiment, ça ne s’explique pas.
    C’est chez vous que j’ai découvert l’univers des chats. Et depuis, dans mon quartier, je salue tous ceux que je croise. Plusieurs d’entre eux viennent lover leur tête dans mes mains en ronronnant. J’adore….
    Je suis en train de lire « Ma vie avec Mozart » d’E.E.S. et ce passage est pour vous:
    ….En parlant de Mozart il dit:
    « Tous les chats sont tes disciples. Ils avancent avec grâce, incapables de maladresse, le geste juste, précis, économe, vifs dès qu’il le faut, songeurs l’instant suivant, bondissant de l’action à l’immobilité, de l’allegro à l’adagio, avec une détente souple, des réceptions souveraines….
    – Et là, mon pauvre Romeo, bouche tes oreilles!!!
    « …Si l’on voit des chiens courir étancher leur soif dans une flaque, se jeter sur leur écuelle, s’essouffler, se fatiguer, les chats, eux, donnent l’impression de la facilité, jamais de l’effort, sans condescendre à révéler qu’ils ont, eux aussi, un organisme soumis à des besoins ou des limites; ils semblent ne se mouvoir que par plaisir, pour l’agrément de nos yeux.
    – Romeo? Un petit remontant? Tu sais faut pas croire tout ce que l’on dit hein.
    « ….Au conservatoire de musique, les chiens demeurent des apprentis, les chats deviennent des maîtres. »…
    Et là, le Chef de faire la gueule!!!!

  2. anti

    Wouah ! Eh bé ! Tu vois, ce livre est dans ma bibliothèque depuis des années, eh bien, tu me donnes envie de le lire maintenant !

    Et pour ce qui est de Charlot, ça pour sûr, il est unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.