Electricité éolienne VS électricité nucléaire

Hier matin, je pestais en voyant ce reportage sur la Grande-Bretagne qui veut agrandir son parc nucléaire :

Dix possibles sites d’implantation de nouvelles centrales, comme celle-ci dans le Sufford, ont été dévoilés ce lundi par le ministre chargé de l’Energie, Ed Miliband.

Le gouvernement, malgré une opposition très forte d’une grande partie de la population, promet d’accélérer la mise en place de nouveaux réacteurs.

Ed Miliband : “Le nucléaire nouvelle génération est opportun pour la sécurité énergétique, le changement climatique et l’emploi. Nous pourrons créer jusqu‘à 9.000 emplois pour construire et faire marcher ces centrales et aider les principales entreprises à accéder au marché international”.

20% de l‘électricité britannique provient du nucléaire, à titre de comparaison la proportion est de 75% en France.

En outre, sur les onze réacteurs nucléaires que possède la Grande-Bretagne, dix sont censés fermer avant 2025.

Cette volonté d’ouvrir de nouvelles centrales, loin d‘être concrétisée pour l’instant, participe du désir de Londres de réduire de façon drastique ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Copyright © 2009 euronews

Pendant ce temps, de l’autre côté de la France, en Espagne :

eolienne nucleaire.jpg
Photo Vallée du Rhône, Anna Galore 2009

Espagne : l’électricité éolienne a dépassé 50% de la production, selon El Pais (AFP) – Il y a 4 jours

MADRID — L’Espagne a enregistré un record de production d’électricité par éoliennes dimanche matin en raison des forts vents, et pour la première fois les moulins ont fourni plus de 50% de l’électricité produite en Espagne, selon le journal El Pais de lundi.

Le gestionnaire du réseau de transport électrique, REE, n’était pas disponible dans la matinée de lundi, férié à Madrid, pour confirmer l’information.

Le président de REE, Luis Atienza, a déclaré au journal que ce record « est une borne qui nous remplit d’orgueil ».

Entre 03H20 et 08H40 (02H20 et 07H40 GMT) dimanche, plus de moitié de l’électricité produite était d’origine éolienne, avec un pic à 53%, selon El Pais, alors que de très forts vents soufflaient sur une bonne partie de la péninsule.

L’Espagne a résolument parié depuis plusieurs années sur les énergies renouvelables, et les éoliennes ont poussé un peu partout dans le pays. La capacité installée en énergie éoliennes peut atteindre 17.700 mégawatts, plus de dix fois celle de 1999, rappelle El Pais.

Le gouvernement socialiste espagnol de José Luis Rodriguez Zapatero a décidé de sortir progressivement l’Espagne de l’énergie nucléaire, en exploitant les centrales jusqu’à leur fin de vie, au profit des renouvelables.

CQFD.

windpower.jpg

A lire aussi, cet article sur un beau projet dans le Dakota du Sud : Dakota du sud, USA – Un projet éolien de… 6000 MW !

A consulter, le site de Wind Power.

anti, wind power 😉

16 Replies to “Electricité éolienne VS électricité nucléaire”

  1. Anna Galore

    Superbe démonstration de nos voisins espagnols ! Non seulement l’énergie éolienne est une possibilité mais elle peut devenir une source majeure d’énergie à l’échelle de tout un pays. Elle dépend certes du vent, elle ne peut donc être qu’en complément d’autres ressources, comme le solaire et, pour ceux qui n’ont ni vent ni beau temps, les énergies géothermiques (ces dernières sont disponibles partout et pour aussi longtemps que la Terre existera).

    Il n’empêche, quand on voit, avec l’article sur le projet du Dakota du Sud, qu’on peut mettre en place un parc d’éoliennes capable de produire l’équivalent de 4 EPR rien qu’avec du vent, c’est vraiment très impressionnant. En France, il me semble que les éoliennes produisent autour de 1% de l’énergie totale consommée. Il reste de la marge !

  2. anti

    Ça donne très envie d’en savoir plus en tout cas sur l’énergie éolienne. Là, j’ai pas trop le temps, mais j’y reviendrai sûrement à moins que l’un ou l’une d’entre vous ne s’y colle 😉

    anti

  3. Kleman

    J’y connais pas grand chose mais j’apprends, car mon frère bosse dans une société spécialisée dans les énergies renouvelables 🙂

    Je crois savoir que les dernières générations de panneaux solaires n’ont pas forcément besoin d’un énorme ensoleillement pour fonctionner.
    Ici en Aquitaine, beaucoup d’exploitants forestiers reconvertissent certaines de leurs parcelles dévastées par les tempêtes en centrale solaire, c’est rentable et discret.

  4. Loïc

    Merci pour cet article qui nous fait prendre conscience qu’il existe d’autres énergies que le nucléaire. Le documentaire sur le NUCLEAIRE qui est passé sur ARTE il y a quelques semaines m’a fait prendre conscience de la dangerosité de cette énergie. Alors, essayons d’autres énergies plus saines pour notre avenir…… et adoptons-les.

  5. ramses

    Attention aux chiffres, ils sont parfois extrêmement trompeurs !

    Ici, un tableau très intéressant, où l’on peut comparer les productions et consommations en milliers de MW :

    http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=FRA&codeTheme=6&codeTheme2=6&codeStat=EG.ELC.PROD.KH&codeStat2=x

    En gros, la consommation annuelle de la France est de 500.000 MW, celle de l’Espagne de 300.000 MW.

    La production totale d’électricité est de 600.000 MW en France, 340.000 MW en Espagne.

    En Espagne, l’éolien représentait 30.000 MW et le nucléaire 60.000 MW (données 2006)
    En France, l’éolien représentait 4.000 MW et le nucléaire 450.000 MW (données 2006)

    La production de l’Espagne est donc représentée pour plus de 2/3 par des centrales thermiques…

    Il est absolument faux de prétendre que la moitié de l’énergie électrique consommée en Espagne serait d’origine éolienne.

  6. anti

    « Il est absolument faux de prétendre que la moitié de l’énergie électrique consommée en Espagne serait d’origine éolienne. »

    Ce n’est pas non plus ce qui est dit 😉 mais bien ceci : « Entre 03H20 et 08H40 (02H20 et 07H40 GMT) dimanche, plus de moitié de l’électricité produite était d’origine éolienne, avec un pic à 53%, »

    Pour revenir au Royaume Uni, je peste car cette nouvelle des centrales nucléaires s’éloigne du projet prévu il y a quelques années :

    Un gigantesque projet éolien au Royaume-Uni

    11/12/2007

    Londres veut accélérer le développement de l’énergie éolienne. Et de quelle manière ! Le projet dévoilé hier par le secrétariat d’État aux Entreprises et à l’Énergie prévoit tout simplement que l’éolien alimente l’ensemble des foyers britanniques en électricité, à l’horizon de 2020. Pour cela, 7 000 éoliennes offshore devront être installées. Sachant que, selon les estimations, 33 gigawatts permettraient de fournir du courant à 25 millions de foyers.

    L’initiative d’envergure annoncée par Londres prévoit que les éoliennes soient implantées uniquement le long des côtes anglaises avec deux turbines par mile (1,6 km), dans des eaux de 60 mètres de profondeur maximum. Ce projet est évidemment tributaire d’une étude d’impact sur l’environnement, qui risque de prendre du temps. En attendant, il a été salué unanimement par toutes les associations écologiques.

    Pour le moment, le Royaume-Uni produit presque 5 % de son énergie consommée grâce aux énergies renouvelables et prévoit de grimper à 15 % d’ici à 2015. Bruxelles a fixé comme objectif un seuil de 20 % à l’horizon de 2020. Un cap considéré comme très ambitieux, voire inatteignable pour plusieurs pays.

    http://www.lefigaro.fr/societes-etrangeres/2007/12/11/04011-20071211ARTFIG00347-un-gigantesque-projet-eolien-au-royaume-uni-.php

    De toute façon, vu ce qu’on est en train de regarder (Al Gore), on fonce droit dans le mur en klaxonnant…

    anti

  7. anti

    Allez, une bonne nouvelle quand même avant de retourner voir « Une vérité qui dérange » :

    Danemark: ouverture du plus grand parc éolien en mer du monde

    * 17.09.2009 |

    Le groupe d’énergie danois Dong Energy a inauguré en mer du Nord le plus grand parc éolien marin au monde. Près d’une centaine d’éoliennes pourront produire de l’électricité pour couvrir les besoins annuels de 200’000 foyers.Ce parc, appelé Horns Rev 2, s’étend sur près de 35 km2, à 30 km au large de Blaavands Huk (ouest du Danemark). Il comprend 91 turbines livrées par le constructeur allemand Siemens, d’une capacité de 2,3 mégawatts/heure (MWh) chacune. /ATS

    http://www.rjb.ch/rjb/actualite/economique/17909danemark_ouverture_du_plus_grand_parc_eolien_en_mer_du_monde.html

    anti

  8. ramses

    Anti,

    « Espagne : l’électricité éolienne a dépassé 50% de la production, selon El Pais (AFP) – Il y a 4 jours

    Le titre d’El Pais, que tu as repris dans ta note et l’article lui-même sont, je le maintiens, d’une extrême mauvaise foi. C’est sûr que par une nuit bien ventée, à une heure où les besoins sont divisés à peu près par 10 et où les centrales classiques sont en stand-by, on peut faire croire ce qu’on veut ! D’ailleurs, si je n’avais pas vérifié moi-même, je serais tombé dans le panneau (toi aussi, sans doute ?). L’article parle d’une capacité en éolien de 17.400 MW, les chiffres que j’ai analysés parlent de 30.000 MW en 2006… Auraient-ils réduit leur capacité ? Ou la moitié de leurs éoliennes sont-elles en panne ? Et que représentent 17.400 MW, par rapport aux besoins espagnols de 300.000 MW ?

    De toutes façons, pour que l’éolien devienne une alternative au nucléaire en France, il faudrait multiplier au moins par 100 le parc existant, sans garantie de pouvoir fournir la puissance nécessaire les jours où il n’y a pas de vent et compte tenu de la fragilité des systèmes.

    Pour fournir 500.000 MW, il faudrait implanter environ 250.000 éoliennes ! Outre que cela défigurerait entièrement le paysage, la nuisance représentée par le bruit serait insupportable pour les populations. L’éolien, comme le voltaïque, ne peuvent intervenir qu’en appoint.

    Je suis très conscient des risques représentés par le nucléaire, notamment par rapport à la dangerosité des déchets à très long terme, mais je suis également convaincu qu’il n’y a pas d’alternative, dans l’état de la demande et de la technologie actuelles. Si de plus en plus de pays se tournent vers le nucléaire, ce n’est pas pour faire plaisir à Areva, c’est parce qu’il s’agit du seul choix, avec les centrales thermiques, permettant d’assurer une fourniture d’énergie stable en grande quantité.

    En ce qui concerne les centrales thermiques (qui représentent le plus gros de la fourniture d’électricité en Espagne), pas besoin de faire un dessin pour chiffrer les rejets en CO2… J’aimerais que El Pais fasse un bilan carbone de ces rejets, plutôt que de faire croire qu’ils s’éclairent avec du vent ! C’est vrai que c’est le pays de Don Quichotte, mais quand même !

  9. anti

    « Je suis très conscient des risques représentés par le nucléaire, notamment par rapport à la dangerosité des déchets à très long terme, mais je suis également convaincu qu’il n’y a pas d’alternative, »

    Et moi du contraire 😉 C’est en rejetant l’idée que ce n’est pas possible qu’on ira de l’avant et que les solutions seront trouvées pour le malheur des pétroliers et autres exploitants à moins que ces derniers ne se résolvent à développer ce secteur eux-mêmes.

    Et franchement, je trouve immonde l’idée de laisser les conséquences de nos actions avec le nucléaire aux générations futures.

    anti

  10. J'YCroisPas

    Que ce soit avec le nucléaire, ou avec le reste, nous laissons _toujours_ les consèquences de nos actions sur les générations futures ( et fort heureusement toutes nos actions ne sont pas des problèmes ).

    Jean

  11. ramses

    Jean,

    Tu me donnes l’occasion d’en remettre une petite couche sur les rachats espagnols de « crédits carbone » à l’Europe de l’Est…

    « Selon le quotidien espagnol El País la semaine dernière, l’Espagne sera le premier gros acheteur de droits d’émission de CO2 d’Europe orientale, afin de respecter le Protocole de Kyoto. »

    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.treehugger.com/files/2009/01/spain-buys-carbon-credits-from-eastern-europe.php&prev=/translate_s%3Fhl%3Dfr%26q%3Dbilan%2Bcarbone%2Bespagne%26tq%3Dcarbon%2Bspain%26sl%3Dfr%26tl%3Den

    Anti,

    C’est gentil de me citer, mais va jusqu’au bout…

    « Je suis très conscient des risques représentés par le nucléaire, notamment par rapport à la dangerosité des déchets à très long terme, mais je suis également convaincu qu’il n’y a pas d’alternative, dans l’état de la demande et de la technologie actuelles. Si de plus en plus de pays se tournent vers le nucléaire, ce n’est pas pour faire plaisir à Areva, c’est parce qu’il s’agit du seul choix, avec les centrales thermiques, permettant d’assurer une fourniture d’énergie stable en grande quantité. »

    Je ne prétends pas que la situation ne puisse évoluer, je fais un constat de l’offre et de la demande actuelles.

  12. Anna Galore

    Tiens, c’est sympa de relire cette note deux ans après !

    Depuis, les pays ayant annoncé qu’ils allaient sortir du nucléaire sont l’Espagne en effet, mais aussi l’Allemagne, la Suisse, l’Italie auxquels s’ajoutent les pays qui ont inscrit la non-utilisation de l’énergie nucléaire dans leur loi nationale – l’Australie, le Danemark, la Grèce, l’Irlande et la Norvège – auxquels il faut ajouter l’Autriche où le nucléaire est interdit depuis 1999 par la constitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.