Le Klimt ne paie pas

PB010071.JPGPB010070.JPGNous venons de passer un dimanche comme ils devraient tous être, dans une ambiance de détente totale.

Après une grasse matinée terminée in extremis pour profiter du petit déjeuner gargantuesque de l’hôtel juste avant que ça ferme, nous avons pris la route du Belvédère, lieu où se trouve, entre autres, l’exposition permanente des plus belles œuvres de Gustav Klimt.

Nous n’avons pas eu beaucoup à marcher, le château et son parc immense se trouvant à quelques centaines de mètres à peine de l’hôtel.

Sous le ciel uniformément gris, nous avons commencé notre petite sortie par une balade dans les allées du parc, admirant à plusieurs reprises les feuillages ocres et rouges de vignes vierges immenses sur les grands murs voisins.

PB010052b.JPG

Pour les oiseaux, dimanche ou pas, c’était la fête. Pour nous le montrer, ils nous ont fait une démonstration de danse aérienne au dessus des buissons et des branches nues.

oiseaux.JPG

PB010073.JPGPB010086.JPGIl n’y avait pas grand monde dans les salles du palais du Belvédère (d’où le titre de ma note, hu hu). La visite en était d’autant plus agréable.

Au côté des tableaux sensuels et sereins de Klimt se trouvaient les œuvres sombres et écorchées d’Egon Schiele. Quelques salles rassemblaient également des chefs-d’œuvre impressionnistes de Monet, du pompier avec le Napoléon de David, du baroque disgracieux d’un peintre dont je n’ai pas retenu le nom et une collection de sculptures de visages grimaçants très drôles.

De retour à l’hôtel, nous avons eu envie d’aller profiter de la piscine mais la couette nous a de nouveau jeté son sort. Terrible… Un vrai dimanche, quoi… Nous avons réouvert les yeux à la nuit tombée. Déjà 17h et nous avions rendez-vous vers 19h à ce cocktail privé auquel je faisais allusion samedi.

PB010092.JPGPB010096.JPGNous avons passé nos tenues les plus chic, sauté dans un taxi et filé à l’autre bout de la ville, au palais de Schönbrunn. Nous y avons retrouvé quelques connaissances et passé un moment sympa avant de rentrer, après une pause au bar de l’hôtel pour des cafés et une séance de photos de nous genre jet set, avec nos super fringues.

Dans notre chambre, la couette nous attendait patiemment.

Heureusement, aujourd’hui, je ne commence vraiment à bosser qu’à 14h.

Très belle journée à vous

One Reply to “Le Klimt ne paie pas”

  1. ramses Post author

    Magnifiques couleurs sur ce mur… On dirait un tableau !

    Bon, je vois que vous vous rapprochez doucement de mes horaires ! Le jet lag vous guette !

    Bonne continuation ey merci de garder le contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.