Le Livre Rouge. Liber Novus, materia prima , C.G. Jung

20cover-395.jpg
The Holy Grail of the Unconscious, by SARA CORBETT.

flashalt2.jpg

Dans le « Livre Rouge », j’ai entrepris l’essai vain d’une élaboration esthétique de mes phantasmes; mais il n’a jamais été terminé.
CG Jung

Aucun rapport avec Mao donc, Le Livre Rouge est LE grand évènement en matière d’édition en ce moment.

En effet, imaginez un peu, un livre. Rouge. Un gros livre de plus de 400 pages qu’aurait écrit un des plus grands psychanalyste du siècle dernier et que ce livre serait un inédit, qu’il n’aurait jamais été édité et qu’il n’aurait pas été consultable parce que la famille ne le souhaitait pas.

Un livre qui aurait été conservé jalousement comme un trésor dans une banque en Suisse pendant près de 100 années et que ce livre, aujourd’hui soit enfin édité. Plus que ça, qu’on en sorte une copie exacte…

La Fondation Philemon l’avait annoncée il y a plusieurs mois… techniquement, voici ce que ça donne en images :

Pour en savoir plus sur l’édition de ce livre, un article tout en détail sur le site de Digital Fusion.

redbook-capture-1.jpg

Humainement, c’est énorme car ce livre décrit l’auto-analyse de Jung et devient la genèse de sa méthode.

Nous sommes juste avant la première guerre mondiale, en 1913, Jung, psychiatre déjà renommé, sombre dans une profonde crise qui s’accompagne de délires et d’hallucinations. Craignant de « faire une schizophrénie », il saisit néanmoins cette occasion unique d’explorer son inconscient et pendant seize ans, bien après la fin de cette crise personnelle, il couvre de lettres gothiques des pages de vélin, racontant minutieusement ses visions.

Il l’illustre de dessins où se mêlent mandalas, scènes fantastiques, et créatures d’un autre monde.

jung 2.jpg

Liber Novus, Nouveau Livre en latin, raconte l’histoire d’un homme qui a perdu son âme et part à sa recherche. Il la retrouve après de nombreuses aventures qui ne se passent que dans sa tête.

Carl Jung est le fondateur, avec Freud, de la psychologie analytique; et c’est lui qui imposa l’idée selon laquelle la vie intérieure d’une personne devait être explorée en profondeur— une idée qui a depuis jeté des millions de gens sur des divans.

Son rapport à l’intériorité prêta beaucoup à penser, mais aussi beaucoup à rire. S’il fut d’abord l’élève de Freud, Jung devint bientôt son rival. Il était donc en opposition avec son maître, mais aussi avec la plupart des penseurs de son domaine, alors essentiellement constitué des psychiatres. D’homme en pleine réussite, il sombra dans une crise qui transforma sa vie.

Cette crise a plusieurs interprétations : certains la perçurent comme une folie créative; d’autres comme une descente aux enfers, une transcendance, une dépression… Quoi qu’il en soit, Jung se perdit dans son monde intérieur, inquiet d’être atteint de psychose et de schizophrénie. Il eut plus tard le sentiment d’avoir été confronté à son inconscient, et plutôt que de se guérir, il voulut déchiffrer analyser sa propre situation, être à la fois analyste et patient.

jung.jpgPendant environ 6 ans, il efforça son esprit de ne pas se fermer à son inconscient, pour pouvoir l’analyser. Dès qu’il avait un moment, entre ses consultations, le soir, n’importe quand, il provoquait ses propres hallucinations, prenait des notes, consignait tout. Ces notes se rassemblèrent dans le livre de cuivre rouge, épopée à l’intérieur de lui-même.

Depuis 1914, date du début de l’écriture de ce livre, seulement une vingtaine de personnes ont pu le lire. Il a beau être possiblement l’oeuvre pivot de l’un des plus grands penseurs de l’époque, il n’est pas beaucoup plus qu’une rumeur. Jung avait hésité à le faire publier; il l’avait gardé précieusement, et à sa mort sa famille l’avait enfermé à la banque, sans jamais, sous aucun prétexte, permettre à quiconque de le voir.

Mais un analyste jungien, Stephen Martin, a pourtant réussi à ce qu’il soit publié le mois prochain, au termes d’années de travail de traduction et de prises de notes. (Source Salte.fr)

jung7.jpg

Le Saint Graal de l’Inconscient est exposé au Rubin Museum d’art jusqu’au 25 janvier 2010.

martin-braun-felix-walder-2009-9-29-12-41-13.jpg

Le livre sort donc dans une édition prestigieuse, en fac-similé. Il est disponible en anglais sur Amazon France, au prix de 130,77 € avec livraison sous 1 à 3 semaines.

tumblr_kr52xclAXw1qzultro1_500.png

Si vous êtes moins pressé, achetez-le sur Amazon US à un tarif plus compétitif : 99,97 $… ce qui le ramène à environ 67 €, dispo à partir du 17 décembre.

Sources Bookmag, Wikipédia, Slate.fr

A savoir enfin, selon H. F. Ellenberger, il existerait un autre inédit de Jung : « le Livre noir » (Histoire de la découverte de l’inconscient. chp « Jung » p.690), à la manière des alchimistes.

43937358.JPG

anti

13 Replies to “Le Livre Rouge. Liber Novus, materia prima , C.G. Jung”

  1. Anna Galore

    Quand j’ai vu l’annonce de la sortie de ce livre dans le journal, lors de mon vol de retour de Londres, j’ai tout de suite senti que ce livre allait être un évènement et, sans doute très vite, une pièce de collection ne serait-ce qu’en tant qu’objet.

    D’en découvrir son contenu fascinant et son aspect magnifique ne fait que donner encore plus envie d’en acquérir un exemplaire. Les illustrations sont fantastiques.

  2. ramses

    Très beau livre, qui sera plus un objet de collection que d’étude, peu de gens lisant l’allemand et encore moins en gothique…

    Du simple au double entre Amazon France et US ! Mais il y a des frais de port (environ 7$, la TVA et la douane à l’arrivée et 2% sur la carte de crédit pour paiement hors Europe).

  3. sapotille

    Quel explorateur!! Quel courage et quelle énergie!!
    Quelle patience aussi.
    ..Et quelle ouverture à l’époque….

    Et quelle beauté maintenant!

  4. anti

    Je pense, pour te répondre Ramses, qu’au contraire, ce livre va être étudié sous toutes les coutures par tous les jungiens et non jungiens. Depuis le temps qu’il était attendu. Qui plus est, il est traduit déjà en anglais. D’autres traductions devraient suivre, sans aucun doute. Je ne serais pas surprise de le trouver en format plus sobre et donc plus abordable financièrement d’ici quelques proches années, voire mois. C’est vraiment un évènement.

    J’ai beaucoup pensé à toi Sapotille en préparant cette note. Plusieurs dessins de Jung m’ont rappelé certains des tiens dont Saint Jean.

    http://www.annagaloreleblog.com/archive/2008/10/08/saint-jean-lazuli.html

    anti

  5. Anna Galore

    « ce livre va être étudié sous toutes les coutures par tous les jungiens et non jungiens »

    Je pense la même chose ! C’est un document extraordinaire à de multiples points de vue : historique, psychanalytique, esthétique, voire même ésotérique (juste une impression personnelle, au vu de certaines illustrations mais je n’ai pas encore lu le texte qui les accompagne… cela dit, Jung n’est pas n’importe quel psychanalyste : il est « l’inventeur » des archétypes, de l’inconscient collectif, de la synchronicité, il croyait en la réincarnation et il a préfacé les premières éditions occidentales du Bardho Thodol).

  6. Catherine

    Jung, je l’ai découvert à travers toi, Anti, dans un de tes commentaires. Curieuse, j’ai trouvé un de ses ouvrages à la bibliothèque de ma ville et je suis en train de le découvrir.

    Ce livre est magnifique en tant qu’objet, déjà ! Il me fait vraiment rêver. Et son contenu m’intrigue. Mais n’étant pas très douée en anglais, je pense attendre encore un peu et espèrer la version française 🙂

  7. sapotille

    Je trouve cet évènement vraiment important également parceque Jung a été, et est, à mon avis trop injustement écarté du « milieu » psy actuel. Au moins en France

    Il m’a semblé comprendre que les psychanalystes Freudiens qui ont actuellement « pignon sur rue  » de la psychanalyse ainsi que les Lacaniens, actuellement, le méprisent grandement, au moins sur le plan de la « cure ».

    Les psy Jungiens eux-même ont quasiment éradiqué une bonne part de l’expérience de leur précurseur.. allant jusqu’à mettre des bâtons dans les roues de ceux qui s’en préoccupaient.
    Autrement dit ils se disent Jungiens jusqu’à un certain point (ex: Ses expériences chamaniques sont tabou). Ce qui, à mon « bon sens » est débile. Puisque nous ne sommes tout de même pas dans un terrain (la psychanalyse) où l’expérience de l’un puisse faire la loi des autres.. Ou lors.. que reste-t-il de la psychanalyse, et de son but? de l’individuation ? Tous des clones sur un shéma ?? Quelle horreur!

    Ceci dit, çà va bien avec l’époque actuelle qui tente de refermer aussi vite que possible toutes les ouvertures du siècle passé dans un conformisme sécuritaire.. euh beurk…
    A trop vouloir étouffer l’expérience si originale soit-t-elle, pour aller vers une soi-disant norme la psychanalyse s’est étouffée elle même et actuellment est en pleine perte de vitesse. Elle ne done que très peu de résultats finalement, sur le plan du comportement par rapport à d’autres voies, est longue coûteuse et élitiste. Alors.. Pourquoi ne pas simplement accepter TOUTES ses avancées et la garder pour ce qu’elle est sans doute: Une voie d’exploration magnifique et enthousiasmante de l’Esprit Humain (individuel et collectif).

    Pas rentable???
    Ok, pas rentable.
    Comme l’art, l’amour etc…
    Et alors? une raison pour mutiler son existence?

  8. anti

    « Il m’a semblé comprendre que les psychanalystes Freudiens qui ont actuellement « pignon sur rue  » de la psychanalyse ainsi que les Lacaniens, actuellement, le méprisent grandement, au moins sur le plan de la « cure ». »

    Tu as bien compris ma Sapotille.

    Et ce matin est un grand jour… THE RED BOOK est là, posé à côté de moi, plus beau, plus riche, plus fort que tout ce que j’avais imaginé.

    Il en sera encore question sur le blog, c’est certain !

    Merci Anna ! De tout mon cœur !

    anti

  9. Anna Galore

    Avec plaisir 🙂

    Très très impressionnant à voir en vrai, ce livre ! Aucun doute, c’est un évènement !
    L’objet est tout simplement hypnotisant à lui tout seul.

  10. Kathy Dauthuille

    Aujourd’hui j’ai eu la joie de rendre visite à Anna Galore et à Anti. Au cours de la conversation, tout à coup Anti s’est retournée et m’ a dit : on va te montrer quelque chose – et je voyais derrière son dos ; c’était le livre rouge !-
    Aussitôt, on a tout poussé sur la table, on a fait de la place et j’ai pu ouvir le livre et tourner les pages une à une ! Quel émerveillement, une écriture qui vous saisit, des illustrations qui vous attirent, vous font rêver, vous transportent en un ailleurs bouleversant.
    C’est un momument, ce livre et il faut le découvrir lentement et silencieusement.

  11. Anna Galore

    C’était un très grand plaisir de t’avoir avec nous, Kathy ! Et ce livre, oui, il est absolument unique et renversant; on ne s’y habitue pas même après des jours et des jours à le contempler… Les illustrations à elles seules sont d’une richesse qui laisse bouche bée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.