On est là : …

plancoupe.jpg

Alors que cette note sera publiée, nous serons probablement en train de descendre sous terre, ou déjà en train d’arpenter la salle des congrès, le dôme ou encore la salle du chaos de la Grotte de la Cocalière en compagnie de notre Réginelle bloguionale ! Olé ! Il faut dire qu’elle habite juste à côté 😉

rurzigzsvw.gif Voici ce qu’on peut trouver comme information sur le site de la grotte :

La Grotte de la Cocalière est l’une des plus belles grottes de France. La Cocalière touristique n’est qu’une branche d’un vaste ensemble souterrain partiellement reconnu sur près de 30 km.

La grotte est creusée dans les calcaires du sommet du Jurassique (kimmeridgien, Tithonien) déposés entre 146-135 millions d’années.

Le creusement de l’ensemble souterrain a débuté à l’Eocène, vers -35 MA, Ere Tertiaire) et se poursuit de nos jours.

L’entrée de la grotte touristique se situe en bordure de la route départementale 904-104 entre Alès (Gard) et Aubenas (Ardèche). Plusieurs parcs-autos ombragés permettent de recevoir plusieurs centaines de véhicules.

La COCALIERE se trouve dans le magnifique environnement naturel que constitue le plateau des GRAS ou GARRIGUES souligné ici par une remarquable emprise Karstique avec avens, dolines, lapiaz, tourelles, ruelles, grottes semi-arasées…où les témoignages humains pré et proto-historiques ne sont pas rares (grottes sépulcrales, tumuli de pierres, dolmens, capitelles…)

Les premiers découvreurs du Système furent les hommes préhistoriques qui ont laissé des témoignages matériels de leur incursions (ossements, outils, poterie…)

Le premier explorateur dont on possède les écrits fut Jules de Malbos (1854), naturaliste ardéchois qui s’engagea par l’orifice naturel, l’Aven de la Cocalhère, dans le cours temporaire de la Cocalhère-Basse, pièce maîtresse du Système. J. de Malbos reconnut en outre d’autres branches du Système comme la GOULE DE SAUVAS.

On retiendra l’exploration de l’ingénieur GAUPILLAT (1892), cousin du célèbre explorateur MARTEL. Gaupillat parcourut la Cocalhère-Basse jusqu’au premier plan d’eau à 1900 m du jour.

intro_09.gif En 1937, Robert de JOLY toujours dans la Cocalhère-Basse conduisit une équipe jusqu’à un syphon à 2.500 km du jour et atteignit un étage supérieur.

Entre 1953-1966, la société de spéléologie et préhistoire Gard-Ardèche entreprit l’exploration méthodique de tout l’ensemble synclinal.

En 1953, par exemple, la SSPGA découvrit à partir de ce qui est devenu les salles touristiques, le puit de l’Aventure qui donne dans un ruisseau souterrain actif. C’était la première fois que l’on trouvait une eau vive dans un complexe. Actuellement, une station de pompage amène l’eau en surface.

Les premiers aménagements sont entrepris dès 1965 sur le site extérieur de la Cocalière. Le percement du tunnel (descenderie) facilite les accès dans la caverne. C’est ainsi qu’est découvert (1966) le réseau des SPÉLOUFIS (ou des BAUMETTES) très joliment concrétionné et non encore aménagé.

Les explorations sont souvent arrêtées par des plans d’eau. Dès 1953, des essais de pompage sont effectués en plusieurs points (Peyraous) mais sans grand succès.

En 1955, le décès d’un plongeur au Peyrou de Chadouillet met un frein à ce mode de reconnaissance.

Par contre entre 1969-1999, les plongeurs spéléos, appartenant à des groupes spécialisés, franchissent de nombreux siphons tant à Peyrejal qu’à la Goule de Sauvas, voire à la Cocalière même.

Ces plongées conduisent à la découverte de nombreux kilomètres de galeries montrant l’interconnexion des réseaux du système. Des plongées effectuées en 99 par B.POINARD au Peyrou de Chadouillet lui permettent de descendre dans des conduits noyés jusqu’à -80 m sans atteindre le fond.

Pour terminer, indiquons que l’exploration de la BAUME DE CHAZELLES commencée en 1937 par R. DE Joly, continuée en 1950-1970 par la SSPGA se poursuit de nos jours. Ce vaste réseau n’a pas encore été relié à ceux situés plus au Nord.

intro_05.gif

Je rajouterai des photos de cette sortie à notre retour 😉 En attendant, je vous propose une visite virtuelle en cliquant ici.

A lire ailleurs sur le blog : La Baoume di fado, Sauver Lascaux, Lespugue, Robert Ganzo et Quand la glace se fait pierre, Grottes et cavernes. Le Gouffre de Proumeyssac
Belle journée !

anti y couscous sous la tente !!!

2 Replies to “On est là : …”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.