Le commissaire Maigret passe à table

852793810.jpgVoilà une idée originale et sympathique, qui allie les nourritures de l’esprit et du corps. Une classe d’apprentis cuisiniers des environs de Nantes vient de publier un livre rassemblant les recettes préférées du commissaire Maigret. Pour ce faire, les élèves ont sélectionné tout au long de l’oeuvre de Georges Simenon, les différents plats typiques des années 50 que le célèbre commissaire affectionne et fait préparer par sa fidèle épouse.

On retrouve donc la soupe vichyssoise, l’omelette aux fines herbes et la mythique blanquette de veau (avec sa citation cinématographique dans le premier OSS joué par Jean Dujardin : « Comment est votre blanquette ? »)

Le livre a été édité à 1500 exemplaires et rassemble vingt recettes. Il s’intitule, très joliment, « Ma saucière bien-aimée ». On en a le nez qui frétille.

Ce qui est absolument génial de la part des superviseurs de ce projet, c’est qu’ils ont fait rédiger par chaque élève un résumé du roman dans lequel le plat est mentionné.

« C’est une autre façon de faire du français, qui ne repose pas sur les manuels scolaires », estime François Thomas, professeur de français et d’histoire au Centre interprofessionnel de formation à l’artisanat et aux métiers (CIFAM) de Sainte-Luce-sur-Loire.

En 2006, les élèves du baccalauréat professionnel Restauration du CIFAM avaient déjà édité « L’Apprenti saucier », un des 160 polars de la collection « Le Poulpe » de l’écrivain Jean-Bernard Pouy. Il mettait en scène la disparition d’un jeune apprenti et d’un enseignant du centre de formation.

Cette note a été écrite d’après une dépêche de Reuters

2 Replies to “Le commissaire Maigret passe à table”

  1. anti Post author

    Une excellente initiative que tu fais bien de mettre en avant Anna. Ca me fait penser à Pennac et son « Comme un roman » quand il s’interroge et raconte comment il agit pour capter l’attention de ses élèves lui, professeur de français, notamment en leur faisant la lecture à voix haute de « Le parfum » de Süskind.

    anti

  2. ramses Post author

    Le goût et l’odorat seront un jour intégrés à la création artistique, notamment cinématographique, apportant une nouvelle dimension aux films. Une nouvelle génération de téléviseurs et d’ordinateurs diffuseurs d’odeurs devrait voir le jour dans un avenir pas si lointain. Choisir son « ambiance olfactive » sera bientôt une réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.