Et maintenant, repos

Nous voilà donc de retour à Nîmes, après une semaine en Bretagne aussi nécessaire qu’agréable.

Nécessaire, puisqu’Anti et moi avons consacré l’essentiel de notre temps à vider la maison du père disparu de ses enfants, afin de pouvoir la mettre en location. Nous avons fait des dizaines de cartons, démonté des meubles, fait le ménage en grand (surtout Anti), jeté des mètres cubes d’objets devenus inutiles, donné des tas de choses par contre bien utiles au Secours Populaire – des gens merveilleux, comme le sont souvent les bénévoles qui donnent tout leur temps à des causes généreuses.

1462759456.JPGAgréable, pour les enfants d’abord qui revoyaient leur famille et leurs copains-copines mais aussi pour nous, à peu près pour les mêmes raisons d’ailleurs, sans oublier quelques très belles balades autour de Sainte-Anne, trois soirées avec des amis et nos sorties en tête à tête ou dans divers restaurants de Saint Nazaire et Saint Marc. Et puis une ou deux histoires étonnantes qu’il faudra qu’on vous raconte. Et de multiples fous-rires, comme d’hab.

Nous ramenons pas mal de photos, les plus belles apparaîtront sur le blog dans les heures et les jours qui viennent.

Ah oui, ce n’est pas tout. En parallèle :
– nous avons reçu le premier exemplaire de chacun des trois livres composant « Reflets inachevés », du superbe boulot, vraiment magnifique
– Anti a cependant repéré une erreur de pagination sur chacun des trois (de ma faute) que nous avons corrigée par téléphone auprès de Copy Media, avec vérification des versions finales en PDF depuis un Mac Do afin d’avoir un accès internet !
– une personne de chez Copy Media a appelé jeudi pour nous dire que les livres étaient chargés dans un camion pour une livraison prévue lundi ou mardi
– mes téléchargements du mois sont en train de battre tous les records
– j’ai écrit le chapitre 10 de « La veuve obscure ».

Par contre, nous n’avons pas eu le temps d’aller voir Georges-André (ce n’est que partie remise) ni de se faire un ciné avec les enfants (cet après-midi peut-être). En tout cas, aujourd’hui c’est le dernier jour des vacances, alors repos !

Très belle journée à tous

Les photos ont été prises à l’étang de la Taberge, près de Sainte-Anne sur Vilaine

24 Replies to “Et maintenant, repos”

  1. Emma Post author

    Les photos sont très belles, mystérieuses, liquides…façon Mare au Diable.
    Je vous souhaite bon repos et de belles distractions dominicales.
    Je vous embrasse,
    Emma

  2. Anna Galore Post author

    Le lieu est tout à fait étonnant. Le fait que le ciel ait été couvert ce jour-là rajoutait à la sensation de se retrouver dans un autre monde, d’autant que nous n’avons rencontré quasiment personne en deux heures et qu’il n’y avait pas un bruit. Pour ajouter à l’ambiance, il y a sur la berge plusieurs corps de bâtiments d’une vieille maison dont une bonne partie est en ruines (d’autres photos un peu plus tard !).

    Le tour de l’étang est à l’abandon, on a pu progresser sur une partie seulement, par un chemin qui n’avait pas été parcouru par qui que ce soit depuis longtemps. C’est une propriété privée mais les propriétaires ne s’en occupent pas du tout (une histoire d’héritage) et il faut passer à travers quelques haies pour pouvoir y accéder – oui, on l’a fait !

  3. Kleman Post author

    Bon retour ici, dans votre bout d’univers !
    ce lac a vraiment l’air sublime, j’ai hâte de voir les autres photos…

  4. anti Post author

    Bonjour à tous ! Comme le dit Anna, aujourd’hui, c’est repos, alors, repos !!! Glandouille, ciné, câlins, rires ! Bref, en fait, la routine (qu’elle dit après qu’elles aient fait les courses, rangé les bagages, fait déjà 3 des 6 machines de linge, refait la vaisselle qui avait moisi dans l’engin ;-)…

    Merci pour votre accueil chaleureux ! Ca fait du bien de rentrer à la maison !

    anti

  5. ramses Post author

    Tes photos sont splendides. La première me fait penser à un test de Rorschach (!), la seconde est une toile…

    Impressionnant que toi et Anti arriviez à entreprendre tant de choses en même temps, joignant toujours l’utile à l’agréable et en prise directe avec la nature et l’attention aux autres. C’est si rare que ça mérite d’être souligné. Merci de nous faire partager tous ces beaux moments.

  6. Anna Galore Post author

    Merci !

    Pour les photos, je suis en train de préparer une petite sélection de mes préférées. Je pense les mettre enligne d’ici demain au plus tard.

  7. anti Post author

    Merci ! Ca doit être le fameux « Ici et maintenant » qui permet tout ça ramses. Dans l’instant, tout est possible.

    anti

  8. ramses Post author

    « Ici et maintenant » et « tout est possible », l’alliance improbable de François Mitterrand et Nicolas Sarkozy ?!

  9. ramses Post author

    « J’vous sers quelque chose mon bon monsieur ? »

    Un truc fort, pour oublier aujourd’hui, rêver à demain et se souvenir d’hier…

    La politique ? Bof…

  10. anti Post author

    Ouh là ! Ca va pas toi ! Alors, pour aujourd’hui, je vous sers un breuvage à base de poussière d’ailes de papillon, idéal pour ce que vous avez. Pour rêver à demain, ben, demain, c’est un jour spécial, alors, je te laisse le meilleur : celui d’imaginer et se souvenir d’hier : non ! Je te sers un verre des eaux du Léthé, pour oublier.

    Plein de bisous à toi,

    anti qui va plonger dans les eaux de la salle de bain.

  11. ramses Post author

    Bon bain, Cléopatre, n’oublie pas le lait d’ânesse !

    Et merci de ton réconfort ! Bisous aussi !

  12. anti Post author

    C’est curieux, le commentaire de Béatrice sur « L’écho de la Chapelle » me ramène à cette note et je me dis que toute cette période est à nouveau bien présente puisque ce déménagement m’amène à passer un IRM mercredi et les histoires de successions à appeler mon avocat cette semaine aussi…

    anti

  13. Catherine Post author

    Tout pareil que Ramsès ! Plein de pensées vers toi. J’espère que cela va s’arranger très vite !

  14. anti Post author

    J’espère aussi 😉 Quand on ne peut rien faire, autant espérer, et le meilleur tant qu’à faire 😉 Comme je le disais à Anna qui me plaignait l’autre jour alors que j’avais encore mal au cou (j’avais rien dit, mais elle a vu la bougresse) : puisque c’est comme ça et que je ne peux rien y faire, on va dire qu’on va s’en foutre. Et de fait, ben, pour l’instant, je m’en fous. Forcément, je suis plus vigilante dans mes gestes et extravagances, mais sinon, je ne vais pas non plus me morfondre plus que de raison. Pour le reste, j’attends des nouvelles et puis la justice agira. Ce qui compte n’est pas tant le résultat que le fait de pouvoir me dire que j’ai fait ce qu’il fallait faire.

    Merci en tout cas pour vos souhaits !

    Bisous !

    anti

  15. anti Post author

    Comme dit Jampa : « remercie tes « ennemis », s’ils n’étaient pas là, tu ne pourrais pas éprouver ta patience… » Mdrrr !

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.