Au pays des pharaons noirs

550544653.jpg

Ca ressemble à un décor de Stargate et pourtant, cet endroit existe bel et bien, il s’agit de Méroé, le pays des pharaons noirs au Soudan, ancienne Nubie.

Dans la série sur l’Egypte dont nous parlons beaucoup en ce moment sur le blog, cet État, indépendant de sa puissante voisine, s’était développé de – 2500 à – 1500 dans la zone de l’actuel Soudan, sa capitale étant Kerma.

Un temps même, les souverains de ce royaume prirent possession du pouvoir sur toute l’Égypte, à partir de -747 et, pendant près d’un siècle, cinq pharaons Noirs règneront. Défaits par les Assyriens, les Nubiens refluent vers le sud. Débute alors l’époque des royaumes de Napata puis de Méroé.

1412642004.jpg

Cette cité, située en aval de la sixième cataracte du Nil en Nubie, à l’Est de Koush, donne son nom à une brillante civilisation qui se développe depuis la première cataracte jusqu’au confluent des deux Nils et sans doute plus au sud, entre le Ve et IIIe siècles de notre ère. Influencée par ses voisins, surtout l’Égypte lagide des Ptolémées puis romaine, mais aussi le Proche-Orient et la Perse, elle connaît un âge d’or au Ier siècle av. J.-C..

La cité fut découverte par l’explorateur français Frédéric Cailliaud en 1822.

Le site de Méroé est très étendu et les fouilles n’ont qu’à peine effleuré les vestiges. De nombreux sanctuaires ont été dégagés à l’extérieur de la ville et environ deux cent pyramides sont recensées dans les trois nécropoles.

271321420.jpg
La reine Amanishakhéto

Loin vers l’est, fermant cette immense plaine, les pyramides royales, construites au sommet de deux petites collines, étaient encore quasi intactes avant qu’en 1834, Giuseppe Ferlini, un aventurier italien, médecin militaire au service de l’armée de Mohamed Ali, ne découvre un trésor dans la sépulture de la reine Amanishakhéto en se servant des dessins et plans de Cailliaud.

Pour y parvenir, Ferlini ordonna le démantèlement de la pyramide, la transformant en un amas de pierre. Les bijoux de la reine sont actuellement exposés à Munich et à Berlin (Ägyptisches Museum). Toutes les tombes furent ensuite systématiquement pillées.

Les pyramides de Méroé

Les rois et reines qui se succèdent, ne sont souvent pour nous qu’un nom sur une table d’offrandes funéraires ou le décor d’une pyramide. La connaissance du Méroïtique restant parcellaire.

Plusieurs femmes accèdent au pouvoir sous le titre de candace. En -33, la candace Amanishakhéto refuse de se soumettre aux Romains. Le royaume vit encore deux cents ans, avant de s’éteindre pour des raisons encore mal connues.

Vers 350, Ezana, le roi d’Axoum, affirme sur deux stèles qu’il a combattu victorieusement les Noba (Nubiens), traversant l’ancien territoire des Kasou (Koushites). On en a conclu qu’à cette époque, le royaume de Méroé avait succombé sous les coups des Éthiopiens.

Six pharaons noirs, issus de Nubie ont régné sur l’Égypte durant la XXVe dynastie, dite koushite, à la Basse Époque :
Piânkhy, Shabaka (Chabaka), Shabataka (Chabataka), Taharqa, Tanoutamon (Tantamani). (Source Wikipédia)

460912883.jpg

La civilisation de Méroé par Claude Rilly, chargé de recherche au CNRS

En aval de la sixième cataracte du Nil, un peu à l’écart du fleuve, au milieu d’une plaine désertique, s’élèvent des pyramides étranges, aux arêtes abruptes. C’est là, à Méroé, au cœur du Soudan, que furent inhumés les rois de la première civilisation connue d’Afrique noire. Appelé Koush par la Bible, Éthiopie par les Grecs et les Romains, le royaume méroïtique, qui occupa du troisième siècle av. J.-C. au quatrième siècle de notre ère un immense territoire de Philae à Khartoum, n’avait rien à envier à ses voisins du Nord, ces Égyptiens alors soumis à la domination grecque puis romaine, comme nous l’explique ici Claude Rilly co-auteur du Répertoire d’épigraphie méroïtique (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres-2000).

Une riche civilisation, héritière d’une culture fort ancienne

Les Méroïtes possédaient une administration efficace, des armées redoutées, des temples sans cesse embellis, une écriture ingénieuse, une agriculture prospère. Et surtout, ils tenaient les seules voies de commerce terrestre reliant le monde méditerranéen à l’Afrique subsaharienne, les pistes par où transitaient les caravanes convoyant l’or, l’ivoire, l’ébène, les peaux de panthère, les plumes d’autruche, les singes et les fauves.

Ce que nous appelons civilisation méroïtique n’est en fait que le dernier état d’une culture bien plus ancienne. De 2200 à 1550 av. J.-C., le royaume de Kerma, qui dominait la vallée du Nil entre les IIIe et IVe cataractes, était déjà, si l’on en croit les plus récentes recherches, de langue protoméroïtique. La conquête pharaonique sous la XVIIIe dynastie mit fin à ce pouvoir indigène. Il ressuscita cependant sept siècles plus tard avec le retrait des Égyptiens ; un nouveau royaume se développa alors autour de la métropole religieuse de Napata, sur le site actuel du Djebel Barkal.

En 730 av. J.-C., le roi koushite Piankhy s’empara de l’Égypte « au nom d’Amon », et les peuples du Proche-Orient abasourdis virent bientôt triompher jusqu’en Palestine ces guerriers hautains issus du cœur de l’Afrique, comme en témoigne le livre d’Isaïe. Pendant près de soixante ans, la XXVe dynastie dite « éthiopienne », dont les noms sont incontestablement méroïtiques, régna sur le pays des Pharaons, avant d’en être chassée par les invasions assyriennes. Dès lors, repliés sur le Nil moyen, les Koushites perpétuèrent une civilisation originale, appelée « royaume de Napata », où les influences égyptiennes se mêlaient aux traditions indigènes. Vers 300 av. J.-C., la nécropole des souverains fut transférée de Napata à Méroé, trois cents kilomètres au sud. C’est à partir de cette époque que l’on parle véritablement de civilisation méroïtique, même s’il s’agit de la même culture, de la même ethnie dominante et des mêmes institutions que précédemment. Les premiers spécialistes se fondèrent sur le récit mythique rapporté par l’historien grec Diodore de Sicile, selon lequel le roi philhellène Ergaménès (Arkamani en méroïtique) mit à mort les prêtres qui, jusqu’alors, avaient la haute main sur l’État et sur la vie même du souverain. C’est, croyait-on, pour éloigner de la royauté le clergé de Napata qu’il avait ensuite établi sa capitale à Méroé. On pense plutôt aujourd’hui que ce changement correspond à l’avènement d’une dynastie originaire du Sud.

Les nouveaux rois concentrèrent d’ailleurs leurs efforts de construction sur la région méridionale, sans toutefois négliger le reste du royaume.

646043355.jpg

Une religion et une écriture spécifiques, même si elles intègrent des éléments égyptiens

Des divinités autrefois locales reçurent un culte royal : Apedemak, le dieu à tête de lion, dispensateur de vie et protecteur de la nouvelle dynastie, eut désormais ses temples à Naga et à Musssawarat, au nord-est de Khartoum.

D’autres dieux ou déesses, inconnus des Égyptiens, furent également honorés : Sebioumeker, figuré comme un pharaon coiffé de la double couronne, Amesemi, parèdre d’Apedemak, représentée avec les cheveux crépus couronnés d’un faucon, les traits fortement africains et les joues tailladées de scarifications rituelles.

Les divinités égyptiennes gardent cependant les faveurs des Méroïtes : Amon, Mout, Horus, Hathor, Bès font toujours l’objet d’une fervente adoration. Le développement considérable du culte d’Isis que connaît le monde méditerranéen touche également Méroé ; son sanctuaire principal à Philae, à la frontière avec l’Égypte, est fréquenté assidûment par les pèlerins venus de Koush.

1169358101.jpg

La création d’une écriture propre transcrivant la langue indigène est une autre caractéristique de la civilisation méroïtique. Les pharaons de la XXVe dynastie, et après eux les rois de Napata, employaient pour leurs inscriptions la langue et l’écriture égyptiennes.

C’est à partir du IIe siècle av. J.-C. qu’apparaît à Koush une écriture spécifique, comportant vingt-trois caractères sous deux formes : l’une hiéroglyphique, rare et réservée à l’usage royal ou cultuel, l’autre cursive, abondamment employée par toutes les couches de la société.

En raison du nombre restreint des signes, on a longtemps cru qu’ils composaient un alphabet, et une influence étrangère a même été suggérée. On sait maintenant qu’il s’agissait en fait d’un syllabaire simplifié, très proche du système utilisé en Inde ou au Tibet, mais élaboré sur place.

Les caractères cursifs dérivent du démotique, l’écriture stylisée de l’Égypte tardive, tel qu’il se présentait au IIIe siècle av. J.-C. Quant aux hiéroglyphes, ils correspondent à un choix, parfois déroutant, effectué plus tard dans le répertoire égyptien pour doter les rois de Méroé d’une écriture sacrée.

Le déchiffrement de l’écriture méroïtique, après soixante ans de tentatives infructueuses, fut réalisé en 1911 par le brillant égyptologue britannique Francis Llewelyn Griffith, mais un problème aigu se posa rapidement : l’idiome qu’on pouvait désormais lire était incompréhensible, et ne présentait aucun rapport éclairant avec les langues anciennes ou modernes connues dans cette partie de l’Afrique.

Depuis bientôt un siècle, les recherches de Griffith, puis des Allemands et enfin de l’équipe française du professeur Leclant n’ont permis que de faibles progrès. Sur les quelque mille textes actuellement connus, seules les inscriptions funéraires sont relativement bien comprises. Les recherches continuent en raison de l’enjeu historique et linguistique que représenterait une éventuelle traduction, mais on ne sait si elles aboutiront un jour. Aucun document bilingue d’ampleur n’a encore été mis au jour. La langue méroïtique, l’« étrusque de l’Afrique », est une des énigmes les plus difficiles que nous aient léguées les civilisations antiques.

Des relations mouvementées avec son puissant voisin du Nord

Durant le règne des Ptolémées, le territoire méroïtique resta fréquemment l’ultime refuge pour les rebelles qui attisaient les révoltes en Haute-Égypte, et recevaient à l’occasion le soutien logistique des souverains de Koush.

La réplique des rois hellénistiques fut souvent brutale : en 185 av. J.-C., Ptolémée V non seulement reconquit la Thébaïde perdue depuis vingt ans, mais en profita pour annexer une grande partie de la Basse-Nubie. Le premier contact avec les armées romaines fut pire encore. En 25/24 av. J.-C., les Méroïtes attaquèrent Assouan, sous la direction de leur roi.

Il semble que le monarque mourut peu après, et la riposte romaine, conduite par le préfet d’Égypte Caius Petronius, affronta les armées de son successeur, une « candace » borgne selon les historiens classiques (peut-être la reine Amanirenas).

On ignore la signification exacte de ce titre habituellement traduit par « reine-mère », mais on sait qu’à plusieurs reprises, des femmes, désignées dans les textes officiels comme « candace » (kdke) et « souverain » (qore), montèrent sur le trône de Méroé. La victoire des Romains, mieux armés, mieux organisés, fut complète, et des ambassadeurs méroïtes durent rencontrer Auguste à Samos en 21/20 av. J.-C. L’empereur fit apparemment preuve de clémence, et une certaine cohabitation s’instaura pour longtemps dans la région de Philae entre les autorités romaines d’Égypte et celles de Méroé. Nous ne connaissons les événements que d’après les textes grecs ou latins, forcément partiaux.

On a supposé que la grande stèle d’Amanirenas et Akinidad, retrouvée près de Méroé, relate la même guerre, et pourrait donc nous procurer le témoignage du camp adverse. Malheureusement, notre mauvaise connaissance de la langue méroïtique ne nous permet pas de comprendre son contenu. Après ces événements, le royaume de Koush vivra plus de deux cents ans de paix relative.

Des rois, des reines se succèdent, qui ne sont souvent pour nous qu’un nom sur une table d’offrandes funéraires ou le décor d’une pyramide. La candace Amanishakheto, qui succéda à Amanirenas et régna à l’époque du Christ, brille pour nous d’un éclat particulier : son trésor de bijoux, retrouvé dans sa pyramide de Méroé par un aventurier italien, est actuellement exposé à Munich et à Berlin.

À la fin du IIIe siècle, les « vice-rois » méroïtiques (peseto) de Basse-Nubie ont fort à faire pour juguler les invasions fréquentes des peuples venus du désert, Blemmyes et Nobades, ancêtres des actuels Bedja et Nubiens. La fin de Méroé est encore mal connue. Vers 350 Ezanas, le roi d’Axoum, affirme sur deux stèles qu’il a combattu victorieusement les Noba (Nubiens), traversant l’ancien territoire des Kasou (Koushites). On en a conclu qu’à cette époque, le royaume de Méroé avait succombé sous les coups des Nubiens, les Abyssins n’ayant fait qu’achever le travail. Cependant, les récentes fouilles d’El-Hobagi, près de la VIe cataracte, semblent montrer que la civilisation méroïtique a survécu quelque temps après le passage d’Ezanas. La gloire de Méroé était toutefois révolue, les anciens souverains oubliés, et dans les chambres funéraires pillées des pyramides royales, le sable commença à couler doucement.

1097220643.gif

A lire aussi, ce récit de voyage au pays des pharaons noirs.

anti

8 Replies to “Au pays des pharaons noirs”

  1. Anna Galore

    Passionnant ! J’avais déjà entendu parlé de Méroé et de ses pyramides mais pas avec autant de détails.

    L’histoire de l’écritre en 23 signes qui ne sont pas des lettres mais des syllabes est tout à fait fascinante. Le parallèle avec le tibétain est tout à fait pertinent (non que je le lise couramment mais on en a une description détaillée à la maison).

    L’aventurier italien qui démolit tout pour récupérer les bijoux, ça déchire le coeur… Quelle honte pour lui et quelle perte irréparable pour tous…

    Bon, il va falloir que je relise ça de plus près et que je creuse l’histoire des candaces, ces reines particulières, ça me titille !

    Dernier commentaire: le bas-relief qui représente la reine Amanishakhéto montre des symboles typiquement « égyptiens », tel que le vautour (ou faucon), alors que l’article précise l’existence d’une cosmogonie différente – ce qui ne manque pas de m’intéresser également au plus haut point !

    Que de richesses !…

  2. ramses

    Voici donc l’origine des « Pharaons noirs »…

    Cette région de Méroé est très méconnue, car à l’écart des circuits touristiques traditionnels. La note regorge de précisions que j’ignorais, notamment sur la langue méroïtique, qui n’a pas encore livré ses secrets.

    La pyramide au 1er plan de la 1ère photo est particulièrement bien conservée. La conception est différente de celles de Gizeh, puisqu’on y accède par des porches. La plupart des pyramides ont, semble t’il, été « démontées », pour en récupérer les pierres , sans doute destinées à d’autres constructions moins sacrées…

    A l’origine, les pyramides de Gizeh étaient entièrement recouvertes d’un enduit, qui a fini par disparaître avec le temps, sauf à la pointe de Khéops.

    Bravo, Anti, pour cette recherche passionnante.

  3. voiedoree

    Anna tu as reconnu Maat sans doute ?

    Intéressant cet article, il faut aller à Assouan pour voir les descendants des nubiens, il y en a peu dans le reste de l’Egypte….

  4. anti

    Apedemak, le dieu à tête de lion ?

    Ravie que vous ayez appris plein de choses. Ca a été le cas pour moi aussi.

    anti, à la découverte des mondes nouveaux/anciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.