L’histoire de « Every breath you take »

Ce hit mondial écrit par Sting en 1983 a une histoire qui mérite d’être racontée. Deux de ses multiples adaptations ont, par ailleurs, une signification bien précise sur laquelle je vais revenir.

La version d’origine par Sting

Sting raconte qu’il a écrit les paroles et la musique de « Every breath you take » d’une traite, en se réveillant au milieu de la nuit, alors que son premier mariage était en train de voler en éclats.

Les paroles peuvent être interprétées soit comme une déclaration d’amour réconfortante, soit comme des mots d’une jalousie morbide. L’ambiguité vient du verbe « to watch » qui peut aussi bien signifier « veiller sur » que « surveiller » – « je veillerai sur toi » devient alors « je te surveillerai ». Le texte intégral est à la fin de cette note, en voici un extrait :

« Chaque respiration que tu prendras, chaque mouvement que tu feras, chaque lien que tu rompras, chaque pas que tu feras, je te surveillerai […] Oh ne vois-tu pas que tu m’appartiens? »

Sting a d’ailleurs déclaré qu’il ne s’est rendu compte du sens le plus « sinistre » (selon son expression) que bien plus tard. Le rapprochement avec le « Big Brother is watching you » (Grand Frère veille sur vous / vous surveille ») de George Orwell est évident.

Il a reconnu, de plus, s’être directement inspiré pour les paroles d’une nouvelle de Judith Merrill (« Whoever you are ») et de chansons de Leo Sayer (« More than I can say ») et de Led Zeppelin (« D’yer m’aker »), dont il a repris des phrases quasiment au mot près.

Sur la version jouée par Police et enregistrée en une seule prise, Andy Summers, le guitariste, improvise un thème inspiré de Béla Bartok dont il a dit que c’est la première chose qui lui est venue à l’esprit. Son idée lui a valu une explosion d’applaudissements des personnes présentes dans le studio.

Vingt ans après sa sortie, Sting continuait à toucher 1500 euros par jour de droits d’auteur sur « Every breath you take ».

Le clip, réalisé par le duo de musiciens Godley & Cream, a régulièrement été classé dans la liste des meilleurs jamais tournés. Le voici.

Deux reprises particulières

De nombreuses reprises de « Every breath you take » ont été réalisées, la plupart pour des raisons purement commerciales. Voici l’histoire de deux d’entre elles qui présentent une réelle originalité.

La première est de Sting lui-même, lors d’un concert en 2005 pour Live 8, une association caritative de lutte contre la pauvreté dans le monde. Le refrain légèrement modifié s’adressait aux membres du G8 : « We’ll be watching you ». Les paroles prenaient alors un sens politique: tout ce que vous ferez, chaque pas, chaque souffle, chaque promesse, nous le surveillerons de près.

La deuxième a été faite par Puff Daddy en collaboration avec Sting, pour rendre hommage, de façon très émouvante, au rapper Notorious BIG, assassiné en mars 97. Puff Daddy a en effet changé certains mots avec l’accord de Sting. « I’ll be watching you » a ainsi été remplacé par « I’ll be missing you ». Le message est alors devenu « où que tu sois, quoi que tu deviennes, tu me manqueras toujours ».

Les paroles de Sting

Every breath you take
Every move you make
Every bond you break
Every step you take
I’ll be watching you

Every single day
Every word you say
Every game you play
Every night you stay
I’ll be watching you

Oh can’t you see
You belong to me
How my poor heart aches
With every step you take

Every move you make
Every vow you break
Every smile you fake
Every claim you stake
I’ll be watching you

Since you’ve gone I’ve been lost without a trace
I dream at night I can only see your face
I look around but it’s you I can’t replace
I feel so cold and I long for your embrace
I keep crying baby, baby please

Oh can’t you see
You belong to me
How my poor heart aches
With every step you take

Every move you make
Every vow you break
Every smile you fake
Every claim you stake
I’ll be watching you

Every move you make
Every step you take
I’ll be watching you

I’ll be watching you

7 Replies to “L’histoire de « Every breath you take »”

  1. anti Post author

    « La première est de Sting lui-même, lors d’un concert en 2005 pour Live 8, une association caritative de lutte contre la pauvreté dans le monde. Le refrain légèrement modifié s’adressait aux membres du G8 : « We’ll be watching you ». Les paroles prenaient alors un sens politique: tout ce que vous ferez, chaque pas, chaque souffle, chaque promesse, nous le surveillerons de près. »

    Trop fort ! C’est fou l’impact de ces paroles.

    « Puff Daddy ». Très chouette version aussi. C’est dingue, je la connais mais n’avais jamais fais attention au changement de paroles.

    anti

  2. Catherine Post author

    Intéressant cette histoire… Je n’avais perçu que le coté amoureux des paroles… « Je veillerai sur toi… »

    De toute façon, j’avoue que j’ai du parti pris ! Quand Sting chante ces mots pour moi, il ne peut s’agir que de mots d’amour !!! Aaaahhh !

    Nooooon ! Ne me réveillez pas…………. 🙂

  3. Bloody beat Post author

    La voix de sting, c’est du velours particulierement sur ce titre 🙂

    Les paroles de Puff Daddy sont sympas aussi quand on sait qu’il parle de son ami :

    (Puff Daddy)
    Every day I wake up
    I hope I’m dreamin
    I can’t believe this shit
    Can’t believe you ain’t here
    Sometimes it’s just hard for a nigga to wake up
    It’s hard to just keep goin
    It’s like I feel empty inside without you bein here
    I would do anything man, to bring you back
    I’d give all this shit, shit the whole knot
    I saw your son today
    He looks just like you
    You was the greatest
    You’ll always be the greatest
    I miss you Big
    Can’t wait til that day, when I see your face again
    I can’t wait til that day, when I see your face again…

    Yeah… this right here (tell me why)
    Goes out, to everyone, that has lost someone
    That they truly loved (c’mon, check it out)

    (Puff Daddy)
    Seems like yesterday we used to rock the show
    I laced the track, you locked the flow
    So far from hangin on the block for dough
    Notorious, they got to know that
    Life ain’t always what it seems to be
    Words can’t express what you mean to me
    Even though you’re gone, we still a team
    Through your family, I’ll fulfill your dream (that’s right)
    In the future, can’t wait to see
    If you open up the gates for me
    Reminisce some time, the night they took my friend
    Try to black it out, but it plays again
    When it’s real, feelings hard to conceal
    Can’t imagine all the pain I feel
    Give anything to hear half your breath
    I know you still living your life, after death

    [Chorus] (Faith Evans)
    Every step I take, every move I make
    Every single day, every time I pray
    I’ll be missing you
    Thinkin of the day, when you went away
    What a life to take, what a bond to break
    I’ll be missing you

    (Puff Daddy)
    I miss you Big

    It’s kinda hard with you not around
    Know you in heaven smilin down
    Watchin us while we pray for you
    Every day we pray for you
    Til the day we meet again
    In my heart is where I’ll keep you friend
    Memories give me the strength I need to proceed
    Strength I need to believe
    My thoughts Big I just can’t define
    Wish I could turn back the hands of time
    Us in the 6, shop for new clothes and kicks
    You and me taking flicks
    Makin hits, stages they receive you on
    I still can’t believe you’re gone
    Give anything to hear half your breath
    I know you still living your life, after death

    [Chorus]

    (Faith Evans)
    Somebody tell me why

    On that morning
    When this life is over
    I know
    I’ll see your face

    (112)
    Every night I pray, every step I take
    Every move I make, every single day
    Every night I pray, every step I take
    (Puff) Every day that passes
    Every move I make, every single day
    (Puff) Is a day that I get closer
    (Puff) To seeing you again
    Every night I pray, every step I take
    (Puff) We miss you Big… and we won’t stop
    Every move I make, every single day
    (Puff) Cause we can’t stop… that’s right
    Every night I pray, every step I take
    Every move I make, every single day
    (Puff) We miss you Big

    Bloody beat, heart beat

  4. Anna Galore Post author

    En ce qui concerne les emprunts aux paroles d’autres chansons, voici un court extrait de « D’yer M’aker’ de Led Zep:

    Every breath I take
    Every move I make

  5. Anna Galore Post author

    « Every breath you take » est la chanson qui a eu le plus de passages radio ou télé de l’histoire du rock, avec un total de
    9 000 000 de diffusions, soit l’équivalent de 68 ans de diffusion continue.

    Une autre chanson de Sting atteint des records de diffusion, avec 5 000 000 de passages, « Every little thing she does is magic ».

  6. Anna Galore Post author

    J’aurais dit pareil, j’avoue.

    J’ai trouvé cette info sur le site de BMI (www.bmi.com/news/entry/535578), qui remet tous les ans un « million-air award » pour les chansons qui dépassent les 3 millions de passages radio/télé.

    Sting est arrivé en tête dans le classement de 2007 – qui a par ailleurs couronné Peter Gabriel « BMI Icon » pour l’ensemble de sa carrière musicale et humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.