Les Roms


Jeunes gitanes aux Saintes-Maries de la Mer
http://pkarus-team.blogspot.com/

Les Roms sont originaires d’Inde du Nord. Ils sont connus sous de nombreuses dénominations : Gitans, Tsiganes ou Tziganes, Manouches, Romanichels, Bohémiens, Sintis, ou parfois « gens du voyage » (bien que cette dernière dénomination ne soit pas réservée aux Roms).

Les mots Rom et romani (la langue parlée par les Roms) n’ont aucun rapport avec la ville de Rome, la Roumanie, l’empire romain ou les Roumains.

En hindi, « rom » signifie « être humain » et « gadjo » (ou gadjé), « étranger ». Un grand nombre d’autres peuplades a adopté une dénomination similaire de type « nous » / « les autres » (les Inuits, plusieurs tribus indiennes et africaines, les aborigènes, etc.)

Les différents noms donnés à certains groupes de Roms ont les origines suivantes :

Romanichels est un dérivé de Romani (groupe d’hommes).

Manouches est proche de manushiam, qui signifie gens en hindi.

Gypsies en anglais rappelle une ancienne légende selon laquelle les Roms seraient venus d’Égypte (« Egyptos »: Αιγύπτοs en grec) mais en fait les noms grecs Γύψ (Gyps) et Γύφτοs (Gyftos), dont dérive Gypsies, signifient respectivement recycleur, équarrisseur, et ferronnier, ferrailleur, chaudronnier.

Gitans, de l’espagnol Gitanos, dérive aussi de Gyps et de Gyftos, et a également été rapproché d' »Egiptos ». Cet ethnonyme n’a jamais été utilisé par les Roms pour se désigner eux-mêmes. En France, ce terme a longtemps été associé à la persécution dont ils ont fait l’objet, et a acquis une connotation péjorative. Ils furent donc appelés « Égyptiens » en France.


Photo http://www.sonsdumonde.fr/ Les gitans Dhoad

Tziganes vient du grec Αθίγγανος (« intouchable »). Cette dénomination a donné Zigeuner en allemand, Cigány en hongrois, Zingaro en italien, etc. Il existe une autre graphie du mot en français : Tsigane. Les Tsiganes préfèrent le S au Z, d’une part, parce que ce dernier évoque trop douloureusement le Z (pour Zigeuner) tatoué par les SS dans les camps de concentrations, ensuite, parce qu’il ne correspond pas à la prononciation du mot. Pourtant, l’usage du Z est plus courant en français, et recommandé par l’Académie française.

– On appelait, autrefois, certains groupes tsiganes Bohémiens. Le roi de Bohême leur avait, en effet, accordé un passeport qu’ils montraient en Europe.

Les Roms parlent de nombreuses langues : certaines leur sont propres, d’autres sont celles des contrées qu’ils ont traversées et où ils vivent, d’autres encore sont des dialectes nés de ces multiples influences. La parenté de la romani avec le sanskrit est clairement établie, avec des influences avestiques et hébraïques.

Légendes sur les origines des Roms

L’origine des Roms a été l’objet de tous les fantasmes. Les Roms descendraient ainsi (au choix, ou tout ensemble) de la divinité hindoue Rāma, ou encore de Rāmachandra, avatar de Vishnou, de Tubalkaïn le premier forgeron (Hiram), des enfants de la Marie-Madeleine biblique, des manichéens de Phrygie, des Mayas, des Aztèques, des Incas… et même de Tamerlan, du Grand Moghol ou des Mameluks.


Sara e Kali (Sara la Noire), église des Saintes Maries de la Mer

Histoire des Roms

Les Roms pourraient avoir quitté le nord de l’Inde autour de 1000 ap. J.-C., et avoir traversé ce qui est maintenant l’Afghanistan, l’Iran, l’Arménie, une grande partie du Caucase et la Turquie. La plupart d’entre eux, une fois parvenus en Europe, se mirent sous la protection des seigneurs nobles et des monastères ou abbayes, échappant ainsi à la vindicte des cultivateurs sédentaires, et continuant à exercer leurs métiers traditionnels au service de leurs nouveaux maîtres.

Au XIVe siècle, les groupes actuellement connus avaient achevé leur installation en Europe.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, entre 50 000 et 220 000 Tziganes d’Europe sont morts des suites des persécutions nazies. Le terme tsigane le plus courant pour désigner ce génocide est Porrajmos, qui signifie littéralement «dévoration». Les Tziganes ont aussi participé à la résistance armée en France, en Yougoslavie, en Roumanie, en Pologne et en URSS.

La France n’attend pas l’occupation allemande pour interner ses propres populations nomades, «par mesure de sécurité nationale». Les décrets d’avril 1940 les obligent à se fixer dans une commune, et on parle de « camps de concentration » en toutes lettres dans les circulaires destinées aux préfets.


Photo http://gypsies.canalblog.com/

D’autres massacres ont pris une forme particulièrement cruelle dans cette période de chaos : ainsi, en Roumanie, le régime d’Antonescu déporte plus de 5000 Roms vers l’Ukraine occupée par les Roumains (« Transnistrie »): la plupart meurent de froid, de faim et de dysenterie. Quelques habitants courageux parviennent à protéger certains groupes. Le gouvernement roumain a officiellement reconnu ce génocide (en même temps que la Shoah) en 2005.

Des estimations laissent à penser qu’il y a approximativement 8 à 10 millions de Roms dans le monde. Entre 7 et 10 millions vivent en Europe. Les plus grandes concentrations de Roms se trouvent dans les Balkans, en Europe Centrale et de l’Est, aux États-Unis, et en Amérique du Sud.


Le drapeau Rom depuis 1971. Sur un fond vert (la Terre fertile) et bleu intense (le Ciel, la liberté), est posé le Chakra (roue solaire à vingt-quatre rayons, symbole de la route et de la liberté), du rouge de l’empereur Ashoka.

D’un point de vue génétique, la distribution de leur groupe sanguin ABO est cohérente avec celle des castes guerrières du nord de l’Inde. Une étude récemment publiée dans le magazine Nature suggère que les Roms sont apparentés aux Cingalais du Sri-Lanka, eux aussi originaires de l’Inde du nord.

Méfiance et persécutions

Du fait de leur style de vie nomade et de leurs réticences ou la résistance qui est opposée à leur « intégration », il y a toujours eu une grande méfiance mutuelle entre les Roms et leurs voisins Gadjés.

On les disait (et dit encore) traditionnellement vagabonds, voleurs, incapables d’un travail sédentaire, ils furent et sont toujours l’objet de constantes persécutions, sous des formes plus ou moins visibles. Le nom en allemand des Roms, Zigeuner est parfois abusivement assimilé à Ziehende Gauner (voleurs voyageurs).

Les Roms n’ayant parfois d’autre choix que d’accepter parmi eux des marginaux font alors l’objet d’amalgames, comme c’est le cas de toutes les minorités.

Religion


Le pèlerinage du 25 mai aux Saintes Maries de la Mer
Photo Office du tourisme

On a suggéré que, lorsqu’ils étaient encore en Inde, les Roms étaient hindouistes, le mot romani pour « croix », trushul, est le même mot que le sanscrit « trishula » qui désigne le trident de Shiva. Mais vu le statut que l’hindouisme leur réservait, leurs pratiques, à l’arrivée en Europe, s’apparentaient davantage au chamanisme initial de leurs protecteurs Tatars et à la divination.

Les Roms ont souvent adopté la religion dominante du pays où ils se trouvaient, en gardant toutefois leur système spécial de croyances. La plupart des Roms sont protestants, orthodoxes ou musulmans.

Dans les Balkans, les Roms de Macédoine et du Kosovo ont été particulièrement actifs dans les fraternités mystiques soufies. Les immigrants roms musulmans vers l’Europe de l’Ouest et vers les États-Unis ont apporté ces traditions avec eux.

A voir également sur ce blog:
Première rencontre avec Sara la Noire, un aperçu du pélerinage d’octobre consacré aux trois saintes qui ont vécu jusqu’à leur mort à Saintes Maries de la Mer, Marie-Salomé, Marie-Jacobé et Sara la vierge noire aux traits hindous vénérée par les Roms.
La légende des saintes Maries, qui raconte l’arrivée en Camargue des trois Maries, de Sara et d’autres disciples chrétiens chassés de Jérusalem, dont Joseph d’Arimathie, porteur du Graal.

Culture rom

La plupart des films d’Emir Kusturica, dont Le Temps des Gitans et Chat noir, chat blanc, prennent les Roms pour thème du film. Latcho Drom, Gadjo Dilo et Vengo de Tony Gatlif forment un parcours musical à travers l’Europe des Roms.

Deux des trois films de la « trilogie flamenca » de Carlos Saura (Carmen et L’Amour sorcier) importe des héros roms.

Il en va de même de Montoyas y Tarantos de Vicente Escrivá, Luna Papa de Bakhtiar Khudojnazarov, Gypsy Caravan (2007) de Jasmine Dellal, Snatch (2000) de Guy Ritchie et Mohamed Bertrand-Duval, film d’Alex Métayer.

Rajko Djuric (1947-) est l’auteur de plusieurs romans et poèmes dont Sans maisons, sans tombe – Bi kheresqo bi limoresqo (recueil de poèmes, Paris, L’Harmattan), Les rêves de Jésus Christ (Montpellier, 1996) et Malheur à qui survivra au récit de notre mort (Buzet-sur-Tarn, 2003).

Mateo Maximoff (1917-1999) a écrit La Septième Fille (Romainville, 1982), La poupée de Maméliga (Romainville, 1986), Les Ursitori (Romainville, 1988) et Le prix de la liberté (Port-de-Bouc, Wallada, 1996).

Esméralda Romanez (1949- France) est l’auteure de Les Chemins de l’arc-en-ciel (Wallada) et De coups de cœur en coups de gueule (édition Lacours à Nîmes).

Django Reinhardt et Manitas de Plata (né dans une caravane à Sète) sont sans doute deux des Roms les plus célèbres au monde.

Les Roms sont connus pour être d’excellents musiciens et danseurs. En Espagne, ils ont influencé le flamenco et ils sont devenus les protagonistes de ce genre. Dans la plupart des pays d’Europe centrale et orientale, les musiciens tziganes ont été très recherchés pour les mariages, funérailles, etc.

En France, leurs talents d’amuseurs publics et de dresseurs de chevaux ont généré les familles du cirque célèbres comme les Bouglione ou les Zavatta.

Cette note sur les Roms puise l’essentiel de ses informations sur l’excellent article de Wikipedia qui leur est consacré, avec de nombreux autres détails passionnants http://fr.wikipedia.org/wiki/Roms


Photo Gilles Martin-Raget

A lire aussi sur le blog :

Les fils du vent
La veuve obscure
L’hymne à la paix
Le réveillon invisible des Roms
Le fichage des Roms légal en Europe
Sous le sceau de la vierge noire
Journée internationale des Roms : L’appel européen

12 Replies to “Les Roms”

  1. Adele Riner Post author

    C’est vraiment amusant, ces connexions hasardeuses entre les sujets que tu traites et la musique que j’écoute. Sous une pile de Cd poussiéreux, je suis tombée ce matin sur un disque de Lo Jo « Bohème de cristal » que je n’avais pas écouté depuis des années. Sur fond de musique mélangeant jazz manouche et accents africains, j’allume internet et…

  2. Anna Galore Post author

    Dans le paragraphe sur la culture rom, j’ai oublié de citer « La belle de Cadix », l’opéra « Carmen » et sans doute encore pas mal d’autres.

    Ce soir, à la maison, nous regarderons un excellent film de Tony Gatlif, « Swing », que j’ai depuis des années. Un jeune garçon gadjé apprend à jouer de la guitare avec un Manouche qui vit dans un camp de caravanes tout près de son HLM. De superbes passages musicaux (certains écrits par Tony Gatlif, lui-même guitariste très influencé par Django Reinhardt), dont l’Hymne à la Paix, chanté en arabe par de jeunes alsaciennes blondes avec des musiciens musulmans, juifs et manouches.

  3. anti Post author

    « La plupart des films d’Emir Kusturica, dont Le Temps des Gitans »

    dont la musique est composée entièrement par l’excellentissime Goran Bregovic.

    Dans les références, ajouter aussi Sanseverino chanteur musicien qui donne essentiellement dans le style swing ou jazz manouche qui a composé la musique du film U (et prété sa voix à un personnage : Kulka. http://www.stephane-sanseverino.c.la/

    La très célèbre marque de cigarette : les gitanes

    Le bossu de Notre-Dame

    Les bijoux de la Castafiore

    etc. etc.

    ce peuple fier et libre fascine depuis longtemps. L’article de la Wikipédia est fascinant d’informations et de références. Un vrai boulot bien complété par ta pomme ma Caille

    anti, la rom à niche L

  4. michel Post author

    Très bon résumé et approche du sujet, pas de cliché, du concret !

    Amicalement

    Michel

    PS: je lis tes livres grace aux liens de e-books libres et gratuits

  5. Jeanne Gamonet Post author

    Bonjour! Je travaille en ce moment à une thèse sur l’étymologie de la langue rromani. Sur une base indienne bien sûr fondamentale très importante se sont greffés en Asie des emprunts persans, arméniens, caucasiens, grecs (byzantins) puis après l’arrivée en Europe, une quantité de mots provenant des langues de tous les pays européens. Mais à l’heure actuelle, je n’ai pas trouvé de mots hébraïques à part peut-être « divrush » qui signifie « petit objet ». Je vous serais très reconnaissante de bien vouloir m’indiquer par mail dans quel ouvrage on peut trouver des étymologies hébraïques.Je cherche cela depuis des mois et des mois….. Merci d’avance.

  6. Anna Galore Post author

    Bonjour et merci de votre passage.

    Je ne suis malheureusement pas spécialiste. Avez-vous essayé de contacter la synagogue de votre ville (ou de la ville la plus proche de chez vous)?

    Un rabbin (ou tout autre judéophone) pourrait certainement vous aider ou au minimum vous indiquer où trouver l’information que vous recherchez.

  7. anti Post author

    Ce lieu est… empli de magie…

    Que c’est bien tous ces échanges ! en plus de ce qu’on lit !

    anti, blonk !

  8. vanessa Post author

    bonjour,

    Je suis moi même rom par ma mére et gadji par mon pére … j’ai baignée toute mon enfance dans ces deux cultures parfois même sans jamais vraiment savoir ou me situer … votre discours ma beaucoup plus et ma appris certaines choses sur mes origines que j’ignorais … merci ! et bravo …
    ps /// seriez vous me conseiller un livre qui parle de tout cela … j’aimerai l’offrir à ma mére …

  9. esméralda Post author

    petite précision… Le 24 mai est le jour de la procession de Sara à la mer en commémoration du geste d’accueil qu’elle a eu il y a un peu plus de 2000 ans… Et on orthographie Sara la patrone des gitan sans « H » car il ne s’agit pas de sarah qui est connue dans la bible…
    Merci pour ce blog mais s’il te lait viens pêcher tes renseignements auprès de nous, ils seront tellement plus croustillants… maintenant tu as mon adresse mail, alors profites en. Tchoum

  10. Anna Galore Post author

    « j’ai vraiment cru que les Tsiganes venus d’Egypte »

    Les Roms ont été crus originaires d’Egypte par les Espagnols à tort (« gypsies » comme une déformation du mot « égyptiens ») parce que les chefs Roms se prétendaient comtes ou ducs de la Petite Egypte, nom qui était donné au sud de la Grèce pendant le Moyen-âge. De même, ils ont été appelés Bohémiens quand ils provenaient de Bohême, Manush quand ils ont résidé en Allemagne (« mensh » veut dire « hommes » en allemand), etc.

    Le mot « tsigane » vient de « zigeuner » dont l’étymologie la plus ancienne signifie « intouchable ».

    Tous sont issus d’un même peuple parti d’Inde il y a un millier d’années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.