Le Manuscrit de Voynich

774982394.jpg

Il y a quelques jours, je suis tombée sur ce nom « Manuscrit de Voynich » qui m’a intrigué. Une découverte, légende ou réalité, que je vous fais partager ici en recopiant une partie de l’article fantastiquement complet de la Wikipédia.

Très beau voyage à tous…

Manuscrit de Voynich

Le manuscrit de Voynich est un livre ancien écrit à l’aide d’un alphabet inconnu, et dont le sujet reste également un mystère. Son contenu n’a pour l’instant pas été déchiffré. Selon les estimations les plus couramment admises, il aurait été écrit entre 1450 et 1520.

Le livre tire son nom d’un de ses anciens propriétaires, Wilfrid M. Voynich, qui l’acquit en 1912 auprès des Jésuites de Frascati, une ville près de Rome. En 1962, Hans Kraus fait une description du manuscrit sur son catalogue de vente.

Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Beinecke de l’université Yale. D’après les travaux récents de Gordon Rugg, il pourrait s’agir d’une supercherie. Le mystère demeure entier quant à la nature exacte de ce manuscrit puisque les thèses les plus diverses s’affrontent.

L’intégralité du manuscrit a été publiée pour la première fois par un éditeur français, Jean-Claude Gawsewitch, en octobre 2005, afin que le grand public puisse enfin avoir accès tant au mystérieux texte qu’aux énigmatiques images.

Description

Le livre contient 234 pages de 15 cm de large et 23 cm de haut. Le manuscrit est en vélin (peau d’un animal très jeune) et 42 pages sont manquantes d’après la pagination. Il semble que lors de son acquisition par Voynich en 1912, le livre était déjà incomplet. Une plume d’oie a été utilisée pour le texte et le contour des figures. Plusieurs couleurs ont été apposées sur les figures d’une manière parfois grossière. On pense que ces ajouts de peinture se sont faits après la rédaction du texte.

81125918.jpg

Illustrations

Les illustrations dans le manuscrit donnent peu d’indications sur son contenu exact mais permettent d’identifier une demi-douzaine de sections consacrées à des sujets différents avec un style qui varie. Excepté pour la dernière section dont le contenu est entièrement textuel, presque toutes les pages contiennent au moins une illustration. Les sections et leur nom contemporain sont :

Herbier : chaque page contient une plante, parfois deux, accompagnées de paragraphes. Le tout est présenté selon le style européen des herbiers de l’époque. Certaines parties sont des agrandissements et des versions améliorées des esquisses présentes dans la partie pharmacologie (voir ci-dessous).

Astronomie : des diagrammes d’astres comme des soleils, des lunes et des étoiles suggèrent que le contenu porte sur l’astrologie et l’astronomie. Une série de 12 diagrammes représente les symboles des constellations du Zodiaque (deux poissons pour la constellation des Poissons, un Taureau, un soldat avec une arbalète pour le Sagittaire, etc.). Chaque symbole est entouré d’exactement 30 figures féminines, la plupart nues, qui portent une étoile avec une légende. Les deux dernières pages de cette section, le Verseau et le Capricorne, ont été perdues. Quant au Bélier et au Taureau, les pages qui leur sont consacrées sont divisées en deux paires de schémas avec 15 étoiles chacun. Certains de ces dessins sont sur des pages qui peuvent être dépliées.

Biologie ou balnéothérapie : un texte dense et continu parsemé de dessins qui représentent principalement des femmes nues se baignant dans des bassins ou nageant dans un réseau de tubes élaboré. La forme d’une partie de cette plomberie fait penser à des organes. Certaines de ces femmes portent des couronnes.

Cosmologie : des diagrammes circulaires à la signification obscure. Cette section possède également des dépliants. L’un d’entre eux s’étale sur six pages et contient des cartes de 9 « îles » reliées par des chemins avec la présence de châteaux et de ce que l’on estime être un volcan.

514149852.jpg

Pharmacologie : plusieurs dessins de plantes avec une légende. Les figures décrivent des parties des végétaux (racines, feuilles, etc.) ce qui fait penser à un guide pour un apothicaire. Des objets dans les marges ressemblent à des pots utilisés par les pharmaciens de l’époque, les pages sont clairsemées avec seulement quelques paragraphes de texte.

Recettes : beaucoup de paragraphes assez courts, chacun étant marqué d’une puce en forme de fleur ou d’étoile.

Histoire

Comme l’alphabet du manuscrit ne ressemble à aucun autre et que le texte est toujours indéchiffrable, les seuls signes reflétant son ancienneté et son origine sont les illustrations, spécialement les robes et les coiffures des personnages, ainsi que deux châteaux apparaissant dans les schémas. Ils sont caractéristiques du style européen et, se basant sur ce fait, les experts datent le livre sur une période comprise entre 1450 et 1520. Cette évaluation est confortée par des indices complémentaires.

Le propriétaire officiel le plus ancien de ce manuscrit était un certain Georg Baresch, un alchimiste qui vivait à Prague au XVIIe siècle. Apparemment Baresch était aussi perplexe que nous aujourd’hui à propos de ce « Sphinx » qui a « pris de la place inutilement dans sa bibliothèque » pendant tant d’années. Baresch apprit que Athanasius Kircher, un savant jésuite issu du collège romain, avait publié un dictionnaire copte (éthiopien) et déchiffrait les hiéroglyphes égyptiens. Il lui envoya une copie d’une partie du manuscrit à Rome (par deux fois), demandant des indices. Sa lettre destinée à Kircher datant de 1639, qui a été retrouvée récemment par René Zandbergen, est la première allusion au manuscrit trouvée jusqu’alors.

On ne sait pas si Kircher a répondu mais il semblerait qu’il s’intéressa assez au sujet pour tenter d’acquérir le livre, que Baresch refusa de montrer apparemment. Après la mort de Baresch, le manuscrit passa à son ami Jan Marek Marci (Johannes Marcus Marci), alors proviseur à l’Université Charles de Prague, qui envoya le livre à Kircher, son ami de longue date et correspondant. La lettre d’explication de Marci (1666) est encore jointe au manuscrit. La lettre prétend entre autres que le manuscrit fut, à l’origine, acheté pour 600 talers d’or par l’Empereur Rodolphe II qui pensait que l’ouvrage était le fruit du travail de Roger Bacon.

On perd ensuite la trace du livre pendant 200 ans, mais selon toute vraisemblance il était conservé, comme le reste de la correspondance de Kircher, dans la bibliothèque du collège romain (maintenant l’université pontificale grégorienne). Il y resta probablement jusqu’à l’invasion de la ville par les troupes de Victor-Emmanuel II d’Italie, qui annexa les États pontificaux en 1870. Le nouveau gouvernement italien décida de confisquer beaucoup de biens de l’Église, notamment la bibliothèque du collège romain. D’après les recherches de Xavier Ceccaldi et d’autres, de nombreux livres avaient été transférés à la hâte juste avant ces événements dans les bibliothèques privées de ses facultés. Ces dernières avaient été exemptes des confiscations. Les lettres de Kircher étaient parmi ces livres et, apparemment, le manuscrit de Voynich aussi, vu qu’il portait encore l’ex-libris de Petrus Beckx, Supérieur général de l’ordre jésuite et proviseur de l’université en même temps.

La bibliothèque privée de Beckx fut déménagée à la Villa Mondragone, Frascati, un grand palace près de Rome, acheté par la Compagnie de Jésus en 1866.

Vers 1912, le collège romain décida de vendre, très discrètement, quelques uns de ses biens. Wilfrid Voynich acheta 30 manuscrits, parmi lesquels celui qui porte maintenant son nom. Après sa mort en 1931, sa veuve Ethel Lilian Voynich hérita du manuscrit. Elle mourut en 1960 et laissa le manuscrit à son amie proche, Mlle Anne Nill. En 1961, Anne Nill vendit le livre au marchand de livres anciens Hans P. Kraus. Incapable de trouver un acheteur, Kraus en fit don à l’université Yale en 1969.

772533361.jpg

HYPOTHESES SUR LE LANGAGE

Plusieurs hypothèses ont été avancées concernant le « langage » utilisé par le manuscrit de Voynich.

Codage lettre-à-lettre

Selon cette hypothèse, le manuscrit de Voynich est un texte écrit dans une langue européenne, mais dont le sens a été rendu intentionnellement caché en le codant au moyen d’un chiffrement. Cet algorithme opère lettre par lettre, et produit un texte utilisant « l’alphabet » du manuscrit de Voynich.

C’est cette hypothèse de travail qui a été utilisée dans la plupart des tentatives de déchiffrement effectuées au XXe siècle, dont l’une a été conduite par le cryptologue William F. Friedman à la tête d’une équipe informelle de la NSA au début des années 1950.

Table utilisée pour le chiffre de VigenèreLes chiffrements simples par substitutions peuvent être exclus car ils sont trop faciles à casser. Les efforts se sont donc portés sur des chiffrements polyalphabétiques, inventés par Alberti dans les années 1460. Le chiffre de Vigenère, qui fait partie de cette famille, aurait pu être utilisé et renforcé par l’utilisation de symboles nuls ou équivalents, le réarrangement de lettres, des fausses coupures de mot, etc.

Certaines personnes ont élaboré une théorie selon laquelle les voyelles avaient été supprimées avant le chiffrement. Plusieurs solutions de déchiffrement utilisant cette théorie ont été proposées, mais aucune n’a été largement acceptée : les textes ainsi déchiffrés dépendent de tant de conjectures que, en utilisant ces techniques, on pourrait reconstituer n’importe quel message à partir d’une chaîne de symboles pris au hasard.

Le principal argument en faveur de l’hypothèse du codage lettre-à-lettre est que l’utilisation d’un alphabet étrange par un auteur européen s’explique difficilement, sauf dans la volonté de masquer l’information. Effectivement, Roger Bacon connaissait les techniques de chiffrement, et la date estimée du manuscrit coïncide approximativement avec la naissance de la cryptologie en tant que discipline systématique.

Cependant, un chiffrement polyalphabétique devrait normalement détruire les caractéristiques statistiques « naturelles » observées dans le manuscrit de Voynich, telles que la loi de Zipf. De plus, bien que les chiffrements polyalphabétiques aient été inventés vers 1467, les variantes ne devinrent populaires qu’au XVIe siècle, c’est-à-dire après la date estimée du manuscrit de Voynich.

Chiffrement par dictionnaire

Selon cette théorie, les « mots » du manuscrit de Voynich seraient codés de telle sorte qu’il faille les retrouver grace à un dictionnaire ou une table de chiffrement. Le principal indice concordant est que la structuration et la distribution statistique de ces mots sont similaires aux nombres romains. Ceux-ci seraient un choix naturel pour le code utilisé. Les livres codés ne sont cependant viables que pour de courts messages à cause de leur encombrement et leur utilisation peu commode : chaque écriture ou lecture d’un mot demande un parcours du répertoire. D’autres théories remettent en cause « l’évidence » du choix des nombres romains.

Chiffrement visuel

James Finn a proposé dans son livre Pandora’s Hope (2004) que le manuscrit de Voynich serait en fait de l’hébreu visuellement codé. Une fois les lettres de Voynich transcrites correctement, avec EVA comme guide, beaucoup de mots peuvent être lus comme des mots hébreux qui se répètent avec des distorsions pour troubler le lecteur. Par exemple, le mot AIN du manuscrit est un mot hébreu pour « œil » et il apparaît aussi sous d’autres formes comme « aiin » ou « aiiin », pour donner l’impression qu’il s’agit de mots différents alors qu’en fait ils sont identiques. Un argument en faveur de cette méthode est qu’elle expliquerait le manque de succès des autres chercheurs basant leurs méthodes sur des approches plus mathématiques. L’argument principal contre l’hypothèse du chiffrement visuel est que cela induit une accablante charge de travail pour le déchiffrement du texte qui induit de multiples interprétations visuelles. Il serait difficile de séparer le sens du texte d’origine de son interprétation et de l’influence du « décrypteur ».

Stéganographie

Cette théorie met en avant l’hypothèse qu’une bonne partie du texte n’a aucun sens mais dissimule des informations cachées dans des détails passant inaperçus. Par exemple, la deuxième lettre de chaque mot ou le nombre de lettres de chaque ligne peuvent avoir une signification, le reste étant inutile. Cette technique nommée stéganographie est très ancienne et était décrite, entre autres, par Johannes Trithemius en 1499. Il fut aussi suggéré de déchiffrer le texte grâce à une grille de Cardan quelconque.

Cette théorie est complexe à prouver (on peut obtenir un résultat probant sans avoir trouvé la bonne méthode) mais aussi à réfuter, puisque ce genre de code peut être arbitrairement difficile à « casser ». Un argument contre cette hypothèse est que l’aspect « texte chiffré » de l’ensemble du manuscrit va à l’encontre de l’objectif premier de la stéganographie, à savoir cacher l’existence même du message secret.

D’autres ont suggéré que la signification du texte serait codée dans la longueur ou la forme du trait d’écriture. Des exemples existent d’une telle méthode contemporaine à cette époque, utilisant la forme des caractères (italique contre droit) pour cacher des informations. Cependant, après examen, le manuscrit de Voynich semble bien avoir été rédigé d’une écriture naturelle, influencée par les reliefs de la surface de vélin.

Langage naturel exotique

Le linguiste Jacques Guy a suggéré que le manuscrit de Voynich pouvait être un langage naturel exotique, écrit ordinairement avec un alphabet inventé. La structure des mots est en fait assez similaire aux langues de l’Orient et d’Asie centrale, principalement le sino-tibétain (chinois, tibétain et birman), l’austroasiatique (vietnamien, khmer, etc.) et peut-être aussi le tai (thaï, lao, etc.). Dans beaucoup de ces langages, les « mots » n’ont qu’une syllabe ; et les syllabes ont une structure plus riche, incluant des tons.

Cette théorie est historiquement vraisemblable. Bien que ces langues possédassent des manuscrits, ceux-ci étaient notoirement difficiles à comprendre par les Occidentaux ; ce qui motivait l’invention de plusieurs alphabets phonétiques. La plupart utilisaient les lettres latines mais quelquefois avec des nouveaux alphabets inventés. Bien que ces exemples connus soient bien postérieurs à la période supposée de l’origine du manuscrit de Voynich, l’histoire enregistre des centaines d’explorateurs et de missionnaires qui ont pu l’avoir écrit, même avant le voyage de Marco Polo au XIIIe siècle, mais plus particulièrement après que Vasco de Gama découvrit la route de l’Orient par la mer en 1499. L’auteur du manuscrit aurait pu être un natif d’Asie de l’est vivant en Europe, ou éduqué dans une mission européenne.

L’argument principal de cette théorie est qu’elle serait cohérente avec toutes les propriétés statistiques du texte du manuscrit de Voynich testées jusqu’à maintenant, incluant les mots doubles et triples (trouvés aussi fréquemment dans des textes chinois ou vietnamiens). Cela explique aussi le manque apparent de nombres et de traits caractéristiques de syntaxe occidentale (comme les articles et les copules), et les illustrations au graphisme général impénétrable. Un autre point concordant est la présence des deux grands symboles rouges de la première page, qui ont été comparés à un titre de livre façon chinoise, écrit de haut en bas et mal recopié. De même, l’apparente division de l’année en 360 degrés (plutôt que 365 jours), en groupes de 15 et partant des Poissons, est un trait relatif au calendrier agricole chinois (jie q`i).

L’argument principal des détracteurs de cette théorie est que personne (y compris des savants de l’Académie des sciences chinoise de Beijing) n’aurait trouvé d’exemple probant de symbolisme ou de science asiatique dans les illustrations du manuscrit.

Fin 2003, le polonais Zbigniew Banasik a proposé une traduction incomplète de la première page du manuscrit en postulant qu’il était écrit en langue mandchoue.

Langue polyglotte

Dans son livre Solution of the Voynich Manuscript: A liturgical Manual for the Endura Rite of the Cathari Heresy, the Cult of Isis (1987), Leo Levitov déclarait que le manuscrit était une transcription d’une « langue orale polyglotte ». Il la définit comme « un langage littéraire compréhensible pour les personnes qui ne comprenaient pas le latin mais qui pourraient lire ce langage ». Sa méthode de déchiffrement rassemble des séries de trois lettres pour former chaque syllabe et produire une série de syllabes formant un mélange de flamand médiéval, d’ancien français et d’ancien haut allemand.

Selon Levitov, le rite d’Endura n’était rien d’autre que l’assistance au suicide rituel pour les personnes considérées comme proches de leur fin, associé à la foi cathare (bien que la réalité de ce rite soit aussi remise en question). Il explique que les plantes chimériques ne sont pas là pour représenter une quelconque espèce florale, mais sont des symboles secrets de la foi. Les femmes dans les bassins à la tuyauterie complexe représentent le rituel lui-même, qui impliquait de se couper les veines pour laisser couler le sang dans un bain chaud. Les constellations, sans analogue céleste, représentent les étoiles du manteau d’Isis.

Cette théorie est mise en doute sur plusieurs points. Premièrement, la foi cathare est largement connue pour avoir été un gnosticisme chrétien mais jamais associé d’une quelconque façon à Isis. Deuxièmement, cette théorie place l’origine du livre au XIIe siècle ou au XIIIe siècle, donc très antérieure à ce que croient les adhérents de la théorie de Roger Bacon eux-mêmes. Troisièmement, le rite d’Endura implique un jeûne et non pas un acte d’automutilation comme se couper les veines. Levitov n’a proposé aucune preuve de sa théorie au-delà de sa traduction.

Langage construit

Le cryptologue américain William F. FriedmanLa structure singulière des « mots » du manuscrit de Voynich ont mené William F. Friedman et John Tiltman, indépendamment l’un de l’autre, à la conjecture que le texte serait le résultat de l’utilisation d’un langage inventé de toutes pièces, spécifiquement philosophique. Dans les langages de ce style, le vocabulaire est organisé selon un système de catégories, si bien qu’on peut déduire le sens général d’un mot à partir de sa séquence de lettres. Par exemple, dans la langue moderne Ro, bofo- est la catégorie des couleurs et tous les mots commençant par ce préfixe désignent en fait une couleur : ainsi rouge est bofoc et jaune est bofof. Il s’agit ici d’une version poussée à l’extrême de certaines méthodes de classification des livres utilisées par les bibliothèques et qui disent, P pour langage et littérature, PA pour langage grec et Latin, PC pour les romans à l’eau de rose…).

Ce concept est assez ancien, comme l’atteste Philosophical Language de John Wilkins (1668). Dans la plupart des exemples connus, les catégories sont subdivisées par ajout de suffixes. En conséquence, un texte lié à un thème particulier contiendrait beaucoup de mots comportant des préfixes similaires ou communs. Par exemple, les noms de toutes les plantes commenceraient par le même préfixe et il en irait de même pour les maladies, etc. Cette caractéristique pourrait expliquer la nature répétitive du texte du manuscrit. Cependant, personne n’a été en mesure d’établir des correspondances entre des significations évidentes ou plausibles et certains préfixes ou suffixes du manuscrit de Voynich. De plus, les exemples de langages philosophiques connus sont postérieurs au manuscrit, vers le XVIIe siècle.

Canular

Les caractéristiques étranges du texte du manuscrit de Voynich (comme le doublement ou le triplement de mots) et le contenu suspect de ses illustrations (comme les plantes chimériques) ont fait penser que ce manuscrit était en fait un canular.

En 2003, l’informaticien Gordon Rugg montra qu’un texte comparable au manuscrit de Voynich pouvait être produit en utilisant une table de préfixes, radicaux et suffixes de mots, qui seraient sélectionnés et combinés au moyen d’un cache de papier perforé. Ce dernier système, connu sous le nom de grille de Cardan, fut inventé vers 1550 comme outil de chiffrement. Malgré tout, les textes générés par la méthode de Gordon Rugg n’ont, ni les mêmes mots, ni les fréquences du manuscrit de Voynich ; la ressemblance est visuelle, non quantitative. Mais depuis, on est en mesure de produire un galimatias ressemblant à de l’anglais (ou n’importe quelle autre langue) dans des proportions analogues au manuscrit de Voynich.

1771570847.jpg

Photo BastOo

A découvrir aussi toutes les hypothèses concernant l’auteur de ce manuscrit. Passionnant.

A lire aussi sur le blog :

Le code maya enfin déchiffré
Les écritures silencieuses de l’île de Pâques

anti

7 Replies to “Le Manuscrit de Voynich”

  1. Anna Galore

    J’ai été omplètement sidérée par la découverte de ce document fascinant. Si c’est un faux, il tient en haleine les meilleurs spécialistes de cryptologie depuis déjà 4 siècles, tellement il est crédible.

    Pour les très rares parmi vous qui ont lu « Le septième livre » jusqu’à son dernier chapitre, vous imaginez ma stupéfaction amusée devant ce livre que personne ne sait lire.

  2. anti

    « Pour les très rares parmi vous qui ont lu « Le septième livre » jusqu’à son dernier chapitre, vous imaginez ma stupéfaction amusée devant ce livre que personne ne sait lire. »

    Pour l’unique auteur du 7e livre, tu as vu en direct live ma surprise en tombant dessus ! C’est trop génial.

    anti, « Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve ! »

  3. Catherine

    J’ai hate d’être le 30 octobre pour en savoir un peu plus…

    J’ai lu dernièrement le Miroir noir… Je me suis pris des tilts plein la tête ! Dont un, sur le prenom de ma dernière, Eve ! Et dire que je la trouve lumineuse, pour une maman, on va me dire que j’ai du parti pris…

    Alors maintenant, j’attends le « 7e livre »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.