Berceuse (Nâzim Hikmet)

Dors ma belle, dors
Des jardins je t’apporte à l’instant le sommeil
Ah ! dans tes yeux marrons, que sont vertes les treilles
Dors ma belle, dors
Dors en souriant aux anges.
do, do

Dors ma belle, dors
De la mer, je t’apporte à l’instant le sommeil
Un sommeil vaste et frais, léger comme une abeille
Dors ma belle, dors
Des astres, je t’apporte à l’instant le sommeil
Un sommeil d’un bleu sombre à du velours pareil
Dors ma belle, dors
Car à ton chevet, mon coeur veille
do, do

Je suis dans la clarté qui s’avance
Mes mains sont toutes pleines de désir
Le monde est beau
Mes yeux ne se lassent pas de regarder les arbres
Les arbres si verts, les arbres si pleins d’espoir
Un sentier s’en va à travers les mûriers
Je suis à la fenêtre de l’infirmerie
Je ne sens pas l’odeur des médicaments
Les oeillets ont dû s’ouvrir quelque part

Etre captif
Là n’est pas la question
Il s’agit de ne pas se rendre

Nâzim Hikmet, Bursa 1954

A lire également: Eric Fabre-Maigné et Nâzim Hikmet

One Reply to “Berceuse (Nâzim Hikmet)”

  1. anti Post author

    Dieu que c’est beau !

    Je vais de ce pas la copier et l’afficher j’sais pas encore où.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.