La Chine adoubée par les USA

Les USA viennent de retirer la Chine de la liste des pays violateurs des droits de l’homme.

Ca sent l’annonce d’un grand accord commercial. Il est vrai que les deux pays ont en commun d’être respectivement numéro 2 et numéro un dans le nombre de condamnés à mort.

Voici ce que dit Amnesty international (qui n’attend aucun contrat juteux) de la Chine:

Recours persistant à la peine de mort et à des formes abusives de détention administrative, incarcérations, torture, harcèlement continu et détention des défenseurs des droits humains, répression des journalistes tout médias confondu des médias y compris Internet.

La Chine exécute chaque année davantage de condamnés que tous les autres pays réunis.

Sur la base des informations rendues publiques, Amnesty International a estimé qu’au moins 1 010 personnes avaient été exécutées et 2 790 condamnées à mort en 2006. Cependant, ces chiffres sont certainement bien en dessous de la réalité. Dernièrement, un juriste chinois a estimé le nombre d’exécutions à environ 8 000 par an.

Les condamnés sont exécutés d’une balle dans la nuque ou, de plus en plus souvent, par injection létale.

Beaucoup des crimes passibles de la peine de mort en Chine – quelque 68 au total – sont des crimes non violents, comme la fraude fiscale, la contrebande et le proxénétisme.

Détention arbitraire

La rééducation par le travail est une forme abusive de détention administrative qui est appliquée sans inculpation, procès ou contrôle d’une autorité judiciaire donnant un pouvoir illimité à la police.

Les personnes détenues dans les centres de «rééducation par le travail» sont exposées à des risques de mauvais traitements ou de tortures, surtout si elles refusent de reconnaître leurs «torts», de renier leurs convictions ou de «s’amender».

La police de Pékin a étendu le champ d’application de ce type de détention afin de «nettoyer» la ville à l’approche des JO. Ainsi, Fu Zhenghua, directeur adjoint du bureau de la Sécurité publique de Pékin a dit «Nous n’excluons pas la possibilité d’obliger tous les toxicomanes de la capitale à se libérer de leur accoutumance avant les Jeux olympiques.»
Les périodes de détention prévues par le système de «désintoxication obligatoire» seraient allongées de six à douze mois.

Entraves à la liberté des médias et répression sur internet

Les mesures de répression contre les journalistes, les journaux et les sites Internet chinois, déjà courantes durant l’année 2006, se sont poursuivies en 2007 malgré l’instauration le 1er janver 2007 d’une disposition permettant aux journalistes étrangers de mener investigations et interviews sans autorisation préalable des autorités. Pourtant, la situation des journalistes chinois s’est fortement dégradée et de nouvelles règles de pré-censure ont été instaurées.

De plus en février 2007, a été institué un nouveau système de points (permis à points) pour pénaliser la presse, en vertu duquel les publications ayant perdu tous leurs points seraient contraintes de fermer.
Chacune disposerait initialement d’un capital de douze points, mais le mode de calcul ou de détermination des «fautes» commises demeure flou.

Aux yeux des autorités chinoises, un environnement médiatique plus libre, représente plus que jamais un danger et reste une crainte, tous les médias restent soumis à la censure, et il est fréquent que des livres et des articles soient interdits ou retirés de la circulation.
Des organisations œuvrant pour la liberté des médias ont qualifié le pays de «premier geôlier de journalistes au monde».

Quant à Internet ; rappelons que 162 millions d’internautes chinois (selon les estimations de juin 2007) ne représentent encore qu’environ 9 % de la population totale du pays qui compte 1,3 milliard d’habitants.

En même temps, la Chine dispose du système de filtrage d’Internet le plus important, le plus sophistiqué et le plus étendu au monde.

Le système de censure chinois sur Internet a permis au gouvernement d’améliorer sa capacité technique de surveillance des contenus de sites web tout en lui assurant un meilleur contrôle des activités des internautes.

Même si ces systèmes peuvent montrer des failles, les internautes chinois ont intégré le danger qu’ils peuvent encourir en allant sur le net. Des centaines de sites Internet sont bloqués ou interdits en Chine.
Les résultats des recherches sont filtrés, et de nombreux sites sont censurés, notamment ceux affichant des expressions : «liberté», «droits de l’homme», «Tibet» ou «Amnesty International».

Des internautes ont été emprisonnés à l’issue de procès inéquitables, souvent sur des accusations très vagues telles de «subversion» ou de «divulgation de secrets d’État».

En Chine, plus de 30 journalistes et de 50 internautes sont derrière les barreaux.

Source: http://www.amnesty.fr/

7 Replies to “La Chine adoubée par les USA”

  1. anti Post author

    Soupir ! Soupir ! Soupir !

    Remontage de manches.

    On a du pain sur la planche

    anti, 1/ on apprend le tibétain.

  2. anti Post author

    T’as raison, c’est partout dans le monde qu’il faut rester vigilant et se rappeler que « La vie des autres » c’était y’a pas si longtemps encore…

    anti

  3. anti Post author

    Dans la foulée, une excellente nouvelle collection pour enfants de chez Acte Sud présente des personnages qui ont su prendre position. « Victor Hugo : « Non à la peine de mort » » de Murielle Szac – auteur de l’excellentissime  » Le Feuilleton d’Hermès. La mythologie grecque en cent épisodes  » cez Bayard –

    RESUME de Victor Hugo : « Non à la peine de mort »

    « La chose rouge était encore là, dressée…
    La place était presque déserte.  » Ah, tu es contente, bête assoiffée de sang ! Ah, tu as eu ta ration de chair fraîche !  » lui lança Victor Hugo. Il eut l’impression d’entendre la guillotine ricaner. Tu ris ! Tu ricanes ! Mais tu ne riras pas toujours ! Moi, Victor Hugo, je te le dis, je te lance un défi ! Je serai ton pire ennemi ! Partout où je pourrai je chercherai à t’abattre ! Tu es la honte de l’humanité et j’aurai ta peau ! «  »

    http://www.decitre.fr/livres/Victor-Hugo-Non-a-la-peine-de-mort.aspx/9782742773862

    Dans la même collection :

    – « Rosa Parks : « Non à la discrimination raciale » »
    – « Lucie Aubrac, non au nazisme »

  4. Slayeras Post author

    « Les USA viennent de retirer la Chine de la liste des pays violateurs des droits de l’homme. »

    J’ai lu ça hier… c’est lamentable. La Chine est une grande puissance économique, donc, on se soumet. Le pouvoir de l’argent, tjs et encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.