Pasado en claro, Octavio Paz.

En décembre dernier, j’ai reçu un beau cadeau, un livre d’un auteur que je n’avais jamais encore lu : Mise au net , en espagnol Pasado en claro , de Octavio Paz. Une vraie belle rencontre !

Octavio Paz est un poète et essayiste mexicain qui reçu le prix Nobel de littérature en 1990. La sensualité et la beauté sont les thèmes prédominants de ses œuvres de jeunesse puis, on trouve au cœur de ses ouvrages le problème de la communication de l’individu avec le monde extérieur, et celui de la condition humaine en générale.

Dans ce livre, j’ai particulièrement aimé certains poèmes . Voici l’un d’eux :

Est-il des messagers ? Oui,
Corps tatoués de signes, tel est l’espace, l’air un invisible
Tissu d’appels et de réponses.
Animaux et choses deviennent langages,
Au travers de nous l’univers s’entretient
Avec lui-même. Nous sommes un fragment,
– accompli dans son inaccomplissement –
de son discours. Solipsisme
cohérent et vide :
Depuis le début du début
Que dit-il ? Il dit qu’il nous parle.
Il se le dit à soi-même. Oh madness of discourse
That cause sets up with and against himself !

Anti, merci Filo.

2 Replies to “Pasado en claro, Octavio Paz.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.