To temenos

Non, to temenos n’est pas l’infinitif d’un verbe anglais que vous ne connaissez pas. C’est du grec et « to » se prononce « to », pas « tou ». To temenos (τὸ τέμενος), c’est le nom donné par les égyptologues pour désigner une partie bien précise dans une tombe. Littéralement, cela signifie « l’espace découpé », sous-entendu pour la divinité, donc le sanctuaire. Pourquoi ont-ils choisi un mot grec ? Pour frimer, probablement, si vous voulez mon avis, pas du tout autorisé (je plaisante, en fait je n’en ai aucune idée).

Pourquoi je vous parle de cela ? Parce que j’ai vu il y a quelques jours un superbe documentaire sur des tombes retrouvées intactes récemment à Saqqarah, vaste nécropole au sud des grandes pyramides. Et, en lisant des infos sur Saqqarah, j’ai vu passer l’expression intriguante « to temenos ». Je l’ai utilisée pour intituler mon dernier morceau en date – auparavant, j’en avais composé un autre à quatre mains avec Fifi, le guitariste d’Evohé, auquel j’ai donné le titre de Saqqarah (au morceau, pas à Fifi), mais je vous ferai écouter ça une autre fois.

Voici donc To temenos, convergence de motifs mystérieux (comme celui qui ouvre la composition), de rythmique funky et de chœurs incantatoires très zeuhl dans l’esprit. Allez, hop, enjoy !

 

Très belle journée à vous

4 Replies to “To temenos”

  1. Anti

    Ou alors, parce que c’est l’usage (l’utilisation de ce mot) :

    « Un téménos (du grec ancien τὸ τέμενος / tò témenos) est, dans la Grèce antique, l’espace sacré (littéralement l’« espace découpé » pour la divinité) constituant un sanctuaire, lorsqu’il est délimité par une enceinte appelée péribole qui peut prendre plusieurs formes (bornes, clôture, mur, portique).

    Par extension, ce mot est employé pour désigner un espace sacré dans les cultures antiques, par exemple dans les temples égyptiens ou étrusques. »

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9m%C3%A9nos_(religion)

    Je vais écouter ça !

  2. Anti

    Je rejoins mon ami Philippe sur le côté accointances avec un des morceaux du Grand Bleu, mais ça, je te l’ai souvent dit que ta musique m’évoque régulièrement Besson/Serra. L’arrivée de la gratte a qq chose de Gotainer, léger et malicieux. C’est très chouette ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *