Je ponce donc j’essuie

Hier, j’ai contribué aux travaux d’aménagement des combles en ponçant une large partie du plancher. Pas tout, parce que la ponceuse louée chez Leroy ne pouvait pas se glisser aux endroits les plus bas de plafond. Mais bon, ça en fait tout de même une bonne partie.

Il faisait très chaud et je dégoulinais de sueur. Malgré le sac prévu à cet effet pour aspirer la poussière dégagée, une partie se retrouvait dans l’air. J’ai fait pas mal de pauses, avec des passages à la salle de bains pour me mouiller le visage et me rincer les avant-bras à l’eau froide. Et j’ai beaucoup bu, bien sûr.

Même si l’appareil est très simple, il m’a fallu une bonne vingtaine de minutes avant de le manipuler efficacement. Il y avait quelques meubles plus ou moins faciles à déplacer qu’il a fallu bouger d’un endroit à un autre pour pouvoir tout faire. Mais quel plaisir une fois arrivé au bout…

Prochaine étape : finir le ponçage des parties inaccessibles avec une ponceuse à main (on en a une, qui a largement été mise à contribution par Anti pour lisser les joints de placo).

Très belle journée à vous

3 Replies to “Je ponce donc j’essuie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *