Neige donc, tant vécue

C’était prévu et c’est arrivu : il a neigé dru à Nîmes (et ailleurs) hier de 9 h du matin à 16 h. L’occasion de prendre tout un tas de jolies photos et surtout de ressentir cette euphorie particulière qui nous envahit quand on voit la neige tomber à gros flocons et que tous les sons se font ouatés.

Rares sont les chats, curieux, qui sont allés faire un tour dehors, interloqués. Ils sont vite rentrés, découvrant avec effroi que la neige, quand ça fond sur les poils, ça mouille.

La couche accumulée était fort respectable. Je vous montre juste deux photos pour le moment, prises dans le jardin et sur notre terrasse, mais il y en aura d’autres.

En milieu d’après-midi, Anti, qui devait se rendre en train à Montpellier pour une retraite bouddhiste, a rejoint la gare en cheminant le long de pistes sauvages sur les flancs de l’Himala… euh… je veux dire, le long de rues de la ville enneigée.

Sur sa route, elle a, elle aussi, pris plein de photos à l’atmosphère brueghelienne, qu’elle vous montrera dès que possible.

Très belle journée à vous

One Reply to “Neige donc, tant vécue”

  1. Valentine

    Aaaaahhhh super jeu de mots et magnifiques photos.
    Tout est plus beau sous la neige. Et le silence ça c’est un truc qui me fascine. Tout devient feutré.
    Nous c’est au réveil que la neige nous a cueilli. Pas loin de 10cm. C’est la première fois en 12 ans que le kéké ne s’est pas amusé dans la poudreuse. Ben voilà, il vieillit, comme ses maîtres!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *