Quelques beaux objets vus à Barjac

Comme promis, un peu plus d’images de la foire de Barjac où nous étions il y a une semaine. Nous avons surtout été attirés par des objets en relation avec le bouddhisme tibétain. Voici ceux qui nous ont le plus pu, hélas hors de prix.

Un superbe petit autel ancien :

DSC04591p

Une conque avec une gravure de Garuda :

DSC04592p

Un magnifique damaru :

DSC04590p

Et deux gongs au son incroyable, celui de la Lune (bord recourbé et centre noir) et celui du Soleil (entièrement plat) :

DSC04588p

DSC04589p

Très belle journée à vous

3 Des réflexions sur “Quelques beaux objets vus à Barjac

  1. Terrevive

    Gong du soleil et gong de la lune ! C’est fabuleux.
    Je suis curieuse de savoir comment le son est calculé, quand je pense au daf qui traditionnellement émet le son de la Terre ou du cœur de la Terre.

  2. Anna Galore Post author

    Pour un gong, plus l’alliage du bronze est riche en cuivre, plus il résonne longtemps et plus il a un grand diamètre et/ou une grosse épaisseur, plus il sonne grave. C’est la même chose pour une cymbale. De façon générale, la composition de l’alliage joue directement sur la richesse en harmoniques (les différentes fréquences sonores qui se superposent pour faire la sonorité).
    Pour un daf, qui est un tambour, plus le diamètre est grand, plus le son est grave. De même, moins la peau est tendue (sans être flasque pour autant, sinon ça ne résonne plus), plus le son est grave. Les instruments à peau peuvent souvent être accordés sur une note précise en jouant sur la tension réglable de la peau. C’est le cas des timbales, des toms de batterie et d’un certain nombre de tambours africains où on ajuste la tension de la peau en glissant des cales sous les cordes qui la maintiennent en place. Un autre facteur est l’humidité : plus la peau est humide, moins elle est tendue et donc plus elle tire vers le grave. Sur les tambours sans dispositif de réglage, on chauffe la peau pour la tendre et la faire mieux résonner, soit en la frottant énergiquement de la main, soit en l’approchant d’une source de chaleur comme du feu (mais pas trop près !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *