Chaleur, on relativise (un peu)

Depuis hier, 37 départements français sont en vigilance canicule, un événement pas si fréquent en cette période de l’année. Des pointes à 39°C sont annoncées. C’est beaucoup, mais la France a connu une canicule bien plus chaude dans les deux premières semaines d’août 2003. Cette année-là, le record absolu a été atteint pour notre pays avec 44,1°C à Saint-Christol-les-Alès dans le Gard et le point le plus chaud d’Europe a été mesuré à 47,8°C au Portugal.

155358

Au niveau planétaire, le record de 2016 a été observé au Koweit le 22 juillet avec 52,5°C. Quant au record absolu, il date du 10 juillet 1913 : 56,7°C en pleine Death Valley, à Furnace Creek, (ce qui veut dire « rivière fournaise », c’est dire s’il y fait souvent très chaud). Cependant, cette température exceptionnelle n’est pas significative, elle a été causée par une accumulation de sable brûlant contre l’abri où se trouvait le thermomètre.

En comparaison, les températures de cette semaine sont presque fraîches.

DSC09590p

C’est notre atmosphère qui rend les variations de température à la surface de notre planète compatibles avec la vie telle que nous la connaissons. Sur la Lune – qui est en moyenne à la même distance du Soleil que nous et où il n’y a pas d’atmosphère – la température est de 123°C sur la partie éclairée et de -233°C sur la partie non éclairée. Sur la photo ci-dessus prise avant-hier, il y a donc une différence de 356° entre la moitié visible et celle qui est dans l’ombre.

Mais la fine couche d’air qui nous sépare du vide de l’espace ne suffit pas. Sans aucun gaz à effet de serre, les températures seraient en moyenne 33° plus bas que celles que nous connaissons. Avec un excès de ces mêmes gaz, l’atmosphère devient de plus en plus chaude. Les trois étés les plus chauds en France depuis 1900 se sont tous produits au 21e siècle (2003, 2015, 2006). Le quatrième pourrait bien être celui de 2016. Et sur les quinze années les plus chaudes sur Terre, quatorze ont eu lieu depuis l’an 2000. Alors qu’il reste encore quatre mois pour terminer l’année, 2016 va très probablement devenir l’année la plus chaude jamais mesurée sur Terre depuis que les relevés existent.

Très belle journée à vous

One Reply to “Chaleur, on relativise (un peu)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *