L’aficion s’effondre

La saison taurine 2014 va probablement être marquée d’une pierre noire par l’aficion, tant en France qu’en Espagne. Depuis plusieurs années, on le sait, les corridas ont aggravé significativement leurs déficits chroniques pour au moins deux raisons directes, qui sont d’ailleurs fortement liées entre elles : la baisse de fréquentation des arènes et la hausse des tarifs des figuras (mot espagnol désignant les toreros les plus célèbres). Il s’agit là, en fait, d’une réaction en chaîne dont les éléments sont analysés ici.

L’effondrement économique de l’industrie de la tauromachie est la conséquence ultime d’un système en pleine implosion, qui prend l’eau de toutes parts. Pourquoi y a-t-il de moins en moins de monde pour aller aux corridas ? Pour répondre à cette question, il suffit de définir qui va assister à ces spectacles. On peut distinguer trois grandes catégories, qui s’entremêlent partiellement : les aficionados purs et durs, les spectateurs occasionnels et la composante populaire.

stats 03-13 Eg

Le public populaire n’a plus les moyens ni l’envie d’aller aux corridas

Il y a encore quelques dizaines d’années, la corrida était le lieu où des gens majoritairement modestes venaient célébrer une fête annuelle. Il s’agissait en grande partie de paysans ou d’ouvriers, avec de faibles revenus, surtout dans les milieux ruraux. L’envol progressif des tarifs des billets conjugué à la crise économique mondiale les a inexorablement éloignés des arènes.

Il faut y ajouter le désintérêt croissant de la population en général pour ces pratiques d’un autre âge, l’évolution de la société vers plus de considération pour le bien-être animal et, bien sûr, les actions des militants anti-corrida, le tout démultiplié par la généralisation d’internet et des réseaux sociaux comme source principale d’information, y compris dans les lieux les plus reculés.

En Espagne, ce sont désormais toutes les arènes de troisième catégorie – l’immense majorité – qui sont menacées de fermeture pour des raisons strictement économiques. Entre 2007 et 2013, plus de la moitié d’entre elles ont cessé toute activité, passant de 1665 à 589. Les arènes de première catégorie n’ont pas été épargnées, les classes populaires étant largement représentées dans les grandes villes. La baisse totale du nombre de corridas dans ce pays a été de 56% en dix ans, avec une accélération marquée ces cinq dernières années.

La corrida n’est plus un spectacle familial anodin

Les spectateurs que l’on peut qualifier d’occasionnels sont ceux qui viennent voir une corrida comme ils iraient voir autre chose – simple curiosité, désœuvrement faute d’autres distractions là où ils résident ou passent des vacances, tradition locale qui fait qu’on va aux corridas en famille une fois par an parce que c’est comme ça.

Ce public-là a été très largement découragé de persister, face à l’accueil franchement désagréable qu’ils reçoivent désormais de façon quasi systématique en raison de la montée en puissance des actions anti-corrida, ce qui a entraîné un durcissement des conditions de sécurité autour des arènes même quand aucune manifestation n’est prévue.

Personne n’aime se faire fouiller au corps et passer plusieurs barrières de sécurité, personne n’aime se faire huer et traiter de sadique ou de barbare, surtout accompagné d’enfants, personne n’aime respirer des gaz lacrymogènes ou voir des CRS déchaînés, tout cela pour atteindre un lieu supposé être de détente et de fête.

Le côté « familial » du spectacle est devenu indéfendable. Ajoutons à cela les touristes leurrés, qui s’attendent à assister à une chorégraphie gracieuse entre les toreros et les taureaux et qui découvrent avec horreur une boucherie abominable à ciel ouvert. Là encore, la caisse de résonance des réseaux sociaux a permis de dévoiler et de diffuser largement les impostures multiples de ce milieu.

Les vrais aficionados sont en voie d’extinction

Restent les vrais aficionados, ceux qui prétendront jusqu’à leur dernier souffle que la tradition prime tout et justifie les pires sévices, reprenant ainsi à leur compte les sophismes des esclavagistes ou des brûleurs de sorcières il y a à peine quelques siècles, comme ceux des exciseurs de fillettes de nos jours. Leur principal problème est que leur population vieillit et donc se fait de plus en plus clairsemée.

Les tentatives pour renouveler leurs troupes en proposant la gratuité des arènes aux mineurs sont largement insuffisantes pour compenser cette érosion et ne font qu’aggraver l’aspect économique.

Les organisateurs espagnols de corridas annoncent leur disparition

En Espagne, l’ANOET (Associacion de Organizadores des Espactuculos Taurinos), principal regroupement d’organisateurs de corridas, vient de rendre public un communiqué qui annonce sans ambages la disparition prochaine des spectacles tauromachiques.

« Le Comité Directeur d’ANOET, compte tenu de la grave aggravation économique supportée par la Fiesta, plus particulièrement ces cinq dernières années, a fait le bilan des problèmes qui menacent le secteur afin d’évaluer si nous sommes devant une crise conjoncturelle ou structurelle. Malheureusement, nous constatons qu’il s’agit d’une crise de fond, mise sous pression par la crise économique subie par l’Espagne. […] Cette profonde crise économique et sociale de la dernière décennie a constitué l’accélérateur du processus de combustion qui consume la Fiesta, jusqu’à nous situer de manière abrupte face à une dure réalité : le monde des toros va vers la faillite. »

Un facteur supplémentaire est que les toreros les plus réputés, cédant à la panique de voir le nombre de spectacles diminuer, ont presque unanimement décidé d’augmenter leurs tarifs pour préserver leurs revenus et ont tout fait pour laisser sur la touche une large partie de toreros moins connus et moins chers, ce qui ne fait qu’accélérer la chute libre du secteur. Mais, aveuglés par leur égoïsme et leur appât du gain à court terme, ils n’ont de cesse de désigner comme sources de tous leurs problèmes les seules causes sur lesquelles ils n’ont aucune prise : les charges sociales, la TVA, etc.

« Accablés par des coûts insurmontables, exposés à la pression de conditions d’embauches, de location et de redevances exorbitants, au point que certains appels d’offres ne trouvent pas preneur ou qu’ils empêchent la concurrence dans les plus importantes plazas du pays, le tout s’accompagne de charges sociales et fiscales qui nous poussent à l’asphyxie. »

L’ANOET admet tout de même, du bout des lèvres, que si la corrida périclite, c’est aussi et avant tout parce qu’elle est ringardisée et combattue par des opposants de plus en plus soutenus par le grand public et donc par les politiques, grâce à la prise de conscience croissante de l’absurdité inacceptable de donner des spectacles basés sur la souffrance infligée à des animaux :

« La Fiesta se trouve paralysée dans son évolution par un immobilisme qui se réfugie dans la tradition, marginalisée par les médias audiovisuels et une longue liste d’attaques que nous détaillerons en temps voulu. »

Simon Casas et d’autres confirment la chute

Simon Casas, organisateur de corridas à Nîmes mais également en Espagne à Valence, Saragosse et Alicante, soutient lui aussi que le déficit est la règle et que cela est dû aux taxes et au trop faible remplissage des arènes (sans se remettre lui-même en cause et sans s’exprimer sur les raisons qui font que les arènes se vident, cela lui serait insupportable) :

« Nous sommes tous déficitaires depuis cinq ans et ce n’est pas parce nous sommes mauvais professionnellement. Avec des chiffres dans le rouge et un tel manque de solidarité, cette industrie ne peut survivre. Nous ne pouvons pas avoir une TVA de 21%, avec des charges décidées par des politiciens qui n’ont jamais vraiment réfléchi à l’industrie de la tauromachie, il faut y mettre un terme. A Valence, j’ai perdu 600 000 euros cette saison. » 

Les autres grandes corridas produites par Casas se sont elles aussi soldées par des pertes importantes. Angel Bernal, également organisateur de corrida, ne fait pas mieux : « Les arènes de Murcia sont privées et cela fait quatre ans que je perds de l’argent. Durant ces années, je suis passé de onze corridas que je devais faire à quatre, j’aimerais bien n’en faire que deux parce que la corrida continue d’être déficitaire. »

Casas précise : « Nous fabriquons des toreros comme des spaghetti et nous condamnons ces gamins de 15 ou 16 ans à une impasse ! 95% des toreros ne gagnent pas suffisamment pour vivre. Nous devrions pouvoir augmenter leur salaire mais pour arriver au minimum syndical, nous avons besoin de 4000 spectateurs par corrida et nous en sommes loin. »

A cela s’ajoute le fait que le parti Podemos, fondé début 2014 en Espagne et positionné très à gauche, a inscrit l’abolition de la tauromachie à son programme (mesure 6.7) et arrive désormais en tête des intentions de vote selon El Pais, devant les deux grandes formations traditionnelles que sont le PP (conservateurs) et le PSOE (socialistes).

« La corrida court à sa perte. On fait quoi ? »

Le site français Torofiesta résume le désarroi des aficionados :

« Ces derniers jours, les cris d’alarme se sont multipliés, et le constat est clair, si rien n’est fait pour redresser la barre, la corrida court à sa perte. On est donc sur un problème économique et structurel de première importance, j’allais dire de première urgence […] Le constat étant établi et partagé par tous les secteurs du monde taurin, il apparaît souhaitable que toutes les parties prenantes se retrouvent autour d’une table pour en discuter et trouver les solutions qui permettraient de remettre le navire à flot… tout en étant conscients que les intérêts des uns et des autres sont loin de converger.

Une équation difficile à résoudre, certes, mais qui faute de solutions, plongerait la tauromachie au fond du gouffre. Espérons donc que chacun y mette du sien, empresas, toreros, ganaderos et autorités, dans la même volonté d’éviter le pire. Ce n’est pas pour eux une mince responsabilité. 

Avec en filigrane, la question qui tue : on fait quoi ?« 

Il faut en finir

On fait quoi ? Voilà une question à laquelle nous savons, nous, répondre.

En 2015, nous allons accentuer la pression sur tous les fronts : actions pacifiques de terrain démultipliées grâce aux initiatives citoyennes, soutien actif des parlementaires français abolitionnistes, collaboration plus étroite avec les eurodéputés qui veulent supprimer les subventions européennes à la tauromachie, attaques juridiques à tous les niveaux contre l’édifice chancelant de la tauromachie (arrêtés abusifs, légalité douteuse des écoles taurines en France, contestation de l’inscription de la corrida au PCI en appel, etc.)

L’aficion s’effondre, ce sont ses représentants qui le disent. Sur ce point, nous sommes tous d’accord. Il faut en finir.

18 Replies to “L’aficion s’effondre”

  1. David Joly

    Quelqu’un peut-il indiquer l’adresse exacte des 3 containers d’anti-dépresseurs à livrer s’il vous plaît ?

  2. Anna Galore Post author

    Oui, bien sûr, voici les adresses :

    Union des Villes Taurines de France
    93 rue de la Vieille Ecole
    30900 Nîmes

    Observatoire National des Cultures Taurines
    Mairie d’Arles, Hôtel de ville
    13200 Arles

    André Viard
    40480 Vieux-Boucau-les-Bains

  3. sophiedesnoisettes

    Y a plus qu’ à virer Valls avec son style fascho , continuer sans relâches nos actions diverses et variées ( mais toujours pacifiques), rester solidaires et proposer 2 choses importantes:
    1) Un devenir pour des arènes sans sang innocent.
    Suggestions: centre de désintoxication pour les torturomaniaques, piste de skate-board, piste de danse, scènes de théâtre, jardins et potagers collectifs, etc…
    2) Des occupations constructives et pacifistes pour les afiocs désœuvrés; voir par exemple ci-dessus.
    La liste d’ activités aussi intéressantes que réjouissantes et intelligentes est longue! S’ il manquent d’ idées , on se fera un plaisir de les enrôler dans nos bénévolats divers et variés .

  4. anti

    Je pensais plutôt à en faire, à Nîmes, un refuge pour chats errants, un peu comme à Rome. Cela donnerait une bonne image de la ville et permettrait de sauver des minous. Après, pour les concerts, il y a Paloma (qui était d’ailleurs le nom d’une de nos princesses).

  5. ARIZMENDI

    Oui, ça fait plaisir…on s’en doutait, à force de les voir de plus en plus vieux et de moins en moins nombreux et surtout vu leur agressivité et violence grandissantes ; toutefois, là, c’est concret…c’est pour bientôt le champ’ ? Quant aux idées pour remplir les arènes en ramenant de l’argent aux citoyens et non en leur en prenant comme actuellement, pas de souci, on en a ..encore une fois BASTA

  6. domi noudi

    Par contre n’y a t-il pas de plus en plus de novilladas? ( qui sont comme nous le savons beaucoup moins chères), voir Beaucaire en 2015 par exemple, et tous les bleds autour de Nimes.

  7. Gualyvo -

    C’était à prévoir, avec les nouvelles générations, le monde évolue, les conscience également, ce qui offre de bon espoir pour que ces cruauté cessent plus tôt qu’on ne l’imagine.
    De plus le coût de la vie augmente exsorablement, sans que les revenus suivent cetet augmentation, les budjets sont de plus en plus tirer, et les personne cencées préfèrent placer leur argent dans du plus utile que des spectacles de cruauté barabre.

    La fin de la torturomachie est très proche.
    Bien plus proche que nous ne pouvons l’imaginer.

  8. Anna Galore Post author

    Réponse à domi noudi : à Beaucaire, il s’agit d’une novillada à la place d’une corrida, le nombre total de spectacles de torture pour cette ville reste donc le même. Les patelins autour de Nîmes qui font des novilladas le font depuis pas mal d’années, rien de spécial à ma connaissance ne s’est produit récemment, à part que certains de ces patelins ont décidé de tout arrêter de peur d’être transformés en champs de bataille comme à Rodilhan (c’est le cas de Redessan, de l’aveu d’un conseiller municipal avec qui nous avons discuté il y a un an ou deux). La multiplication des actions citoyennes dans les petits bleds cette année devrait décourager quelques autres communes de recommencer l’an prochain… ou celui d’après s’il faut y revenir pour maintenir la pression.

    Effectivement, la novillada coûte moins chère puisque les novilleros reçoivent des salaires dérisoires (quelques dizaines d’euros par prestation, pour la plupart) et que les veaux sont beaucoup moins chers que des taureaux adultes. Mais comme c’est considéré comme moins « intéressant » par les aficionados, les novilladas font bien moins d’entrées (et à des tarifs bien plus bas) que les corridas, qui elles-mêmes sont loin d’en faire assez pour que cette activité soit rentable (voir les déclarations de Casas et de ses collègues). Conséquence : les organisateurs sont en déficit chronique et ne pourront plus tenir longtemps, surtout si les subventions se tarissent (la crise, c’est pour tout le monde).

    Je n’ai pas encore les chiffres de 2014, mais sur la période 2003-2013 le nombre de novilladas a décru continuellement, aussi bien en France qu’en Espagne, comme tous les autres types de corridas (classique, rejon, etc.) Tous les détails sont ici :

    http://www.annagaloreleblog.com/2013/11/24/tauromachie-10-ans-de-recul-continu/

  9. ISABELLE

    En voilà de bonnes nouvelles.
    Mais où vont les taureaux des éleveurs, ceux qui ne sont pas abattus dans les arènes, vont ils aux abattoirs ? existe t’il une autre option pour eux ou reste t’elle à imaginer ?

  10. Anna Galore Post author

    Oui, ils sont abattus. Cela fait partie du processus de « sélection » sur des critères complètement biaisés : aspect impressionnant pour avoir l’air dangereux, conjugué à juste ce qu’il faut de lenteur de réaction pour ne pas faire prendre trop de risque aux toreros.
    Entre 95 et 98% des veaux et taureaux de ces élevages partent à l’abattoir sans passer par la case arène. La seule autre option est l’abolition de la corrida (ce qui conduirait à la fermeture de tous ces élevages spécialisés).

  11. soleil vert

    Ils sont dans la déroute et la crispation, voire le déni (ils prétendent que grâce à nous, ils ont plus de cohésion et qu’en 2014 il y a plus de spectateurs aux arènes ; chiffres magouillés ou prise en compte des billets achetés par les anti-sauteurs ?).
    N’empêche que les maires disent qu’ils vont s’entêter à reprendre des arrêtés municipaux (illégaux) en 2015, pour pouvoir nous éloigner manu militari ? Ca va pas être possible, ça !!?

  12. soleil vert

    A relire le lien sur les arrêtés cassés, il semble que ce soit sur la forme, et à peine sur le fond. Suffirait-il donc qu’une municipalité demande suffisamment de forces de l’ordre pour éviter les affrontements pour que nos déclarations de manifestation ne soient pas écartées (à 400 ou 500 m). Si c’est vraiment le cas, c’est tout bon pour nous ; mais si les maires s’entêtent dans des arrêtés illégaux inattaquables avant la manif, que faire (s’il y a une stratégie de prévue là-dessus, vu que les afiocs lisent ici, supprimez ce post)

  13. ISABELLE

    Par contre aux « fêtes » barbares où ces messieurs se divertissent de la souffrance d’un taureau par le feu (Medinaceli, torsedillas, etc…) on voit bien des hommes jeunes …il reste donc une poignée de forcenés. Peut-on imaginer que certains soient payés par les municipalités qui s’assurent ainsi de la pérennité de l’évênement ?

  14. Anna Galore Post author

    Je n’ai pas dit qu’il n’y avait plus de jeunes parmi les aficionados mais seulement qu’il y en avait de moins en moins. Leur présence est favorisée par la gratuité des places aux corridas de toutes sortes.
    Les fêtes de village barbares auxquelles vous faites allusion sont, elles, gratuites pour tout le monde, d’où l’affluence générale.

  15. Jean-Paul Richier

    Bon, d’accord, d’après l’ANAET la corrida est au bord du gouffre.
    Mais que l’aficion garde confiance : si elle a en Espagne des porte-parole à la hauteur d’André Viard, elle va faire un grand pas en avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.