Prise d’otage sous la couette

Hier matin, vers 8h35, ne voyant toujours pas Anghbor venir me rejoindre pour que je le conduise au lycée, je l’ai appelé bien fort pour qu’il se bouge.

Une voix étouffée m’est parvenue de sa chambre : « J’peux pas m’lever ! »

Comment ça, il ne pouvait pas se lever ? Il n’allait quand même pas me dire qu’il était tombé soudainement malade alors qu’il semblait en pleine forme au moment où je l’ai réveillé à 8h.

La même voix étouffée a ajouté : « J’suis pris en otage ! »

Oh là. Ça semblait sérieux. Enfilant ma tenue furtive de géhigéhenne, j’ai descendu les marches aussi vite que j’ai pu (mais pas trop vite non plus, hein, pas envie de me re-péter la hanche alors que ça y est, tout refonctionne normalement après deux mois de béquilles et un mois de kiné). J’ai poussé doucement la porte coulissante de sa chambre et, à pas de loups, j’ai atteint le lit.

Et là, j’ai vu. C’était vrai. Il ne pouvait absolument pas bouger. Grâce à une redoutable posture montrant sa totale maîtrise des arts martiaux les plus secrets, Gus le retenait fermement emprisonné sous la couette. Et sans faire d’effort, en plus.

Voyez plutôt.

chats

Devant une situation pareille, il était évident qu’une attaque frontale n’aurait eu aucune chance de réussir. Gus maîtrisait totalement le périmètre. Le risque que je me retrouve à mon tour sous la couette était bien trop grand.

J’ai préférer recourir à la ruse.

Remontant en trombe à la cuisine, j’ai mis en pratique un autre art martial dont l’origine se perd dans la nuit des temps mais dont l’efficacité est absolument infaillible sur nos minous : j’ai entrechoqué deux boîtes de pâtée vides.

Gus a surgi dans la demi-seconde suivante. Anghbor pouvait enfin s’exfiltrer.

Comme aurait pu déclamer De Gaulle s’il avait été là : « Anghbor ! Anghbor dominé ! Anghbor suffoqué ! Anghbor incarcéré ! mais Anghbor libéré ! »

Très belle journée à vous

chats

One Reply to “Prise d’otage sous la couette”

  1. anti

    J’adore relire les notes que tu écris sur nos chats Anna et ensuite éteindre l’ordinateur pour les retrouver sur notre lit 😉

    Bonn’nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.