Nouvelles du Tibet

Les nouvelles qui réussissent à nous parvenir du Tibet ne sont pas bonnes.

D’après ce que je viens de lire, le gouvernement chinois a fait afficher dans les rues une note d’information dans la région tibétaine de Tso dans laquelle il incite les gens à faire de la dénonciation des personnes voulant s’immoler pour protester contre l’occupation chinoise du Tibet. Les autorités chinoises promettent de récompenser l’acte de dénonciation par une somme d’argent allant de 50 000 à 100 000 yuans. C’est ridicule qu’un pouvoir occupant cherche à acheter les Tibétains par l’argent mais ce que le peuple tibétain réclame est que leur liberté soit rétabli au Tibet.

58 Tibétains qui se sont immolés en signe de protestation contre l’occupation chinoise depuis 2009 jusqu’en 2012 dont les 4 Tibétains qui ont eu recours aux immolations durant le seul mois d’octobre 2012.

1249593724.jpg
La flamme de la Vérité accueillie par les moines à Bourges

1249593724.jpgLe relais de la Flamme de la Vérité est passée par Bourges le 8 Septembre 2012, après un périple de plusieurs milliers de kilomètres sur les cinq continents.

Le parcours international de la Flamme de la Vérité ainsi que la pétition à faire signer à travers le monde entier ont pour but d’interpeller les Nations Unies sur la question du Tibet.

Le parlement tibétain a déclaré que le relais est réalisé « en solidarité avec les actes courageux et
désintéressés de nos braves frères et sœurs à l’intérieur du Tibet et pour rendre le monde conscient de leurs actes altruistes et leurs aspirations. »

Le relais, après avoir voyagé autour des centaines de villes partout dans le monde, se terminera le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme. L’ensemble des pétitions récoltées sera déposé en même temps au siège de l’ONU à New York, au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève et au bureau d’information des Nations Unies à New Delhi.

Le parlement tibétain a lancé un appel à tous les Tibétains et sympathisants afin de « fournir un soutien sans réserve et leur coopération lors de la campagne de relais dans leurs zones concernées. »

Le 10 décembre marque la déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU, sauf que dans le Tibet occupé par la Chine populaire, il y a toutes les formes de violences mais pas la liberté, ni les droits humains. Le parlement tibétain a formulé au nom de peuple tibétain les doléances en trois points à l’attention de l’ONU.

2517756781.gif

1. Les Nations Unis devrait aborder à nouveau la question du Tibet sur la base de ses trois résolutions existantes, celles de 1959, de 1961 et de 1965.

2. Une mission d’enquête internationale et indépendante doit être dépêchée vers le Tibet au plus vite afin d’enquêter sur les causes de la crise actuelle.

3. Les Nations Unies doivent prendre leur responsabilité pour s’assurer que les aspirations fondamentales des Tibétains de l’intérieur du Tibet soient réalisées.

2123149665.jpg
Ngawang Yeshi accueillant la Flamme de la Vérité à Bourges

2493036099.jpg
Aimé Fages – Président de l’association Culture Tibétaine de Nîmes – et Ngawang Yeshi accueillant la Flamme de la Vérité à Bourges

Accédez à la pétition en ligne en cliquant ici

Plus d’informations sur la tournée des moines du Ladakh 2012
sont disponibles en suivant ce lien

4 Replies to “Nouvelles du Tibet”

  1. anti

    Ce Dimanche 4 novembre 2012 à 13 heures, la « Flamme de la Vérité » pour le Tibet arrive à Genève, à la Place des Nations, devant le Palais des Nations (ONU), pour terminer un perriple de plusieurs milliers de kilomètres sur les cinq continents.

    Venez nombreux et n’oubliez pas vos drapeaux du Tibet

    This Sunday November 4, 2012, at 1 pm the « Flame of Truth » for Tibet arrived in Geneva, to the Place of Nations, front of UN, to finish a perriple thousands of kilometers across five continents.

    Signez la pétition
    http://www.thepetitionsite.com/takeaction/198/920/082/

    Texte de la pétition en français
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=352529051497230&set=oa.307350936028745&type=1&theater

    Feuille de signatures
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=352529311497204&set=oa.307350936028745&type=1&theater

    Le programme de la « Flamme de la Vérité » en Europe
    The program of the « Flame of Truth » in Europe
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=343164659100336&set=oa.307350936028745&type=1&theater

    Site internet de la « Communauté Tibétaine de Suisse et du Liechtenstein »
    Website of the « Tibetan Community in Switzerland and Liechtenstein »
    http://www.tibetswiss.ch/flame-of-truth.html

  2. anti

    Je viens de recevoir des nouvelles du Tibet, la situation est de plus en plus critique :

    Sept nouvelles immolations en 5 jours.

    Mardi 27 novembre 2012 par Rédaction

    Entre le 22 et le 26 novembre, sept nouvelles immolations ont eu lieu dans différentes régions du Tibet : Lubum Tsering, Tamding Kyab, Tamding Dorjee, Sangay Dolma, Wangyal, Kunchok Tsering et Gonpo Tsering.

    – Lubum Tsering, 18 ans, s’est immolé le 22 novembre à 16h20 dans la localité de Dowa [1], Comté de Rebkong.
    Selon Sonam, exilé en Inde et ayant des contacts dans la région, « de nombreux Tibétains se sont rassemblés et se sont assurés que son corps ne tombait pas entre les mains des Chinois ». « Des moines du monastère de Dowa ont ensuite procédé aux rites et prières pour Lubum Tsering ».

    Selon la même source, ce sont les restrictions sévères et le déploiement de troupes chinoises dans la région qui ont incité Lubum Tsering à cet acte de sacrifice.

    Source : Phayul, 23 novembre 2012.

    – Tamding Kyab, 23 ans, s’est immolé le 22 novembre vers 22h00 dans la localité de Luchu [2], selon le témoignage de Tibétains en exil originaires de la région à Phayul.

    « Après avoir récupéré le corps carbonisé de Tamding Kyab, les habitants de la localité ont ramené son corps à sa maison ».
    « Des moines du monastère proche de Shitsang ont récité des prières à son domicile et ont procédé aux derniers rites funéraires dans la nuit suivante ».

    Tamding Kyab était un nomade qui avait auparavant été moine au monastère de Shitsang, où son jeune frère étudie aujourd’hui. Tamding avait fréquemment parlé des protestations des Tibétains par les immolations et exprimé son souhait de voir revenir le Dalaï Lama au Tibet.

    Source : Phayul, 23 novembre 2012.

    – Tamding Dorjee, 29 ans, s’est immolé par le feu devant l’entrée d’un bureau administratif chinois dans la localité de Dhokarmo [3], dans la « Préfecture Autonome Tibétaine » de Malho.

    Selon des sources en exil, Tamding Dorjee a lancé des slogans en faveur d’une longue vie au Dalaï Lama, avec les mains jointes alors qu’il était en flammes. Il est décédé sur les lieux mêmes. A la suite de cette immolation, des milliers de Tibétains se sont rassemblés pour offrir des prières et participer aux funérailles qui ont eu lieu plus tard dans la soirée.

    Les autorités chinoises ont rapidement coupé toutes les communications dans la région pour essayer (en vain !) d’empêcher la propagation de ces nouvelles.

    Source : Phayul, 24 novembre 2012

    – Sangay Dolma s’est immolée par le feu le 25 novembre 2012 dans la région de Tsekhog [4].

    Des sources rapportent que la nonne Sangay Dolma est décédée le 25 novembre 2012, à la suite de son immolation devant le bureau du gouvernement chinois à Dhokarmo [3], dans la région de Tsekhog. L’heure exacte de son immolation n’est pas précisée. Son couvent est situé près du monastère de Sanggag Mindrol Dhargeyling. Selon différentes sources, un grand nombre de Tibétains se seraient réunis pour effectuer les derniers rites pour Sangay Dolma. Des prières auraient été dites dans son couvent. On rapporte que Sangay Dolma aurait laissé une note avant son immolation.

    Source : Phayul, 26 novembre 2012.

    – Wangyal, 20 ans, s’est immolé par le feu le 26 novembre 2012 à Sèrtar [5].

    Selon des témoignages confirmés en provenance du Tibet, un étudiant tibétain du lycée populaire de Sertar s’est immolé par le feu le 26 novembre 2012, manifestant contre la domination de la Chine.
    S’adressant à Phayul, Sertha Tsultrim Wozer, Tibétain vivant dans le sud de l’Inde, a déclaré que Wangyal s’était immolé par le feu au centre de la ville de Sertar et avait lancé des slogans demandant le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama.
    « Wangyal, martyr, s’est immolé sur l’une des rues principales menant au centre-ville vers 11h20 (heure locale) », a dit Wozer.

    « Des témoins oculaires disent que ses mains étaient jointes dans un geste de prière lorsqu’il a couru, lançant des slogans pour le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama et la liberté pour le peuple tibétain ».

    Wangyal a couru jusqu’à la statue du cheval en or, au milieu de la ville de Sertar puis est tombé à terre.

    « Les forces armées chinoises sont immédiatement arrivées sur les lieux de la manifestation et ont emmené Wangyal au loin après avoir éteint les flammes », ajoute la même source. Plus tard, par solidarité, des centaines de Tibétains se sont réunis sur le lieu de l’immolation.

    L’état de Wangyal et sa situation ne sont pas encore connus mais des témoins oculaires disent que son corps entier était en flammes et qu’il a dû subir de graves blessures. Wangyal était orphelin et avait trois frères et une sœur. Il avait auparavant été moine dans le quartier de Taktse à Sertar.

    Sources : Phayul et Cental Tibetan Administration, 26 novembre 2012.

    – Kunchok Tsering, 18 ans, s’est immolé par le feu le 26 novembre 2012 à Labrang. [6]

    Kunchok Tsering est décédé lors d’une auto-immolation de protestation le 26 novembre 2012 dans la région d’Amchok à Labrang. Ceci s’est déroulé à proximité d’un site minier de la région, au même endroit où Tsering Dhondup, 35 ans, père de trois enfants, est décédé le 20 novembre dernier. [7]

    Selon les rapports, les moines du monastère d’Amchok et un grand nombre de Tibétains se sont réunis à la maison du défunt pour offrir des prières.

    Kunchok Tsering laisse une épouse, Sangay Tso, 19 ans, et ses parents Phagkyab, 40 ans et Gonpo Tso, 37 ans, et un aïeul.

    Source : Phayul 26 novembre 2012.

    – Gonpo Tsering, 24 ans, père de trois enfants de moins de six ans, s’est immolé par le feu vers 18h, le 26 novembre devant le hall principal du monastère de Ala Deu-go à Ala, dans la région de Luchu [2].

    « Alors qu’il était en flammes, il a lancé des slogans pour demander la liberté au Tibet, le respect des Droits de l’Homme, et le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet ». Gonpo Tsering est décédé sur place des suites de ses brûlures.
    Les habitants ont transporté son corps carbonisé à l’intérieur du monastère où les moines et un grand nombre de Tibétains des régions avoisinantes se sont rassemblés, à l’encontre des ordres officiels chinois, pour offrir des prières pour les défunts et exprimer leur solidarité.

    Selon des rapports issus de la région, le personnel de sécurité chinois et les forces armées se sont immédiatement déployés dans la région.

    Gonpo Tsering avait une femme, et trois enfants. Ses parents sont encore en vie. Les autorités chinoises ont réagi à toutes ces immolations par le feu en imposant des restrictions supplémentaires et des menaces. Selon le TCHRD, les officiels chinois dans l’est du Tibet ont exigé la signature des officiels de chaque village pour qu’ils s’engagent à ce qu’il n’y ait plus d’immolations dans leur localité. « A partir de maintenant, chaque foyer devra signer une déclaration s’engageant à ne pas procéder à des immolations. Ceux qui refuseront de signer seront immédiatement arrêtés et détenus ».

    Faisant suite à la vague continue d’auto-immolations, l’Administration Centrale Tibétaine, en exil à Dharamsala, a déclaré qu’elle observera une journée de solidarité mondiale à l’occasion de la Journée des Droits de l’Homme, le 10 décembre.

    L’Administration Centrale Tibétaine a noté que l’escalade des auto-immolations « reflète clairement la gravité de la situation actuelle du Tibet », tout en exhortant les Tibétains et les sympathisants à « allumer une bougie ou une lampe, observer une minute de silence, et dire une prière pour tous ceux qui sont morts pour la cause du Tibet, et localement organiser des veillées et des rassemblements ».

    « En dépit de nos appels répétés à ne pas prendre de mesures drastiques, les auto-immolations continuent au Tibet », dit Sikyong Dr Lobsang Sangay, le responsable élu du peuple tibétain. « Par conséquent, je fais appel à la communauté internationale et aux gouvernements pour la défense de la justice en répondant aux aspirations universelles des Tibétains au Tibet : le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet et la liberté pour les Tibétains ».

    Source : Tibet.net, 15 novembre 2012.
    http://www.tibet-info.net/www/Sept-nouvelles-immolations-en-5.html?lang=fr#.ULTexK11Sq8

    Secretary
    Bureau du Tibet
    84 Boulevard, Adolphe Pinard
    75014 PARIS

    ————————–

    3 TIBETAINS SE SONT A NOUVEAU IMMOLES FAISANT UN TOTAL DE 85 IMMOLATIONS

    Le 27 Novembre 2012, 21h54.

    DHARAMSALA :

    – 3 Tibétains se sont à nouveau immolés dans le Nord Est du Tibet ces 2 derniers jours, amenant à un total de 85 immolations dont 22 au cours du seul mois de Novembre;

    Sangay Dolma, une nonne agée de 17 ans, s’est immolée dans la nuit de Samedi dans le village de Bharkor, township de Dokarmo à Tsekhog à Malho.
    Elle est morte sur le coup.

    Les Tibétains du village ont fait une crémation de son corps le Lundi au matin. Ses parents lui ont survécu.

    Lors d’une autre immolation, Lundi, concernant Kungchok Tsering agée de 18 ans, celle ci est également morte à l’entrée des mines à Achok dans le Labrang au Nord Est du Tibet
    Ses parents lui ont également survécu,les habitants sont allés chez elle pour leur présenter leurs condoléances.

    Lundi encore ,lors d’une autre immolation, un homme de 24 ans, père de trois enfants s’est immolé face à la salle de prières du monastère de Ala Dheu à Luchu dans le Kanlho au Nord Est du Tibet.

    Il a crié des slogans appelant à la libèrté au Tibet ainsi qu’aux Droits de l’Homme et au retour du Dalaï Lama.

    Il est mort sur le coup.

    Les habitants des villages voisins se sont réunis en grand nombre, offert leurs prières et adressé leurs condoléances pour Gonpo Tsering.
    Il y a eu, suite à cela, un large déploiement de forces de sécurité dans la région.

    En dépit des appels répètés du Gouvernement Tibétain à ne pas prendre ce genre de mesures extrêmes,85 tibétains se sont ,malgré tout, immolés en protestation contre les lois répressives du gouvernement chinois au Tibet.

    http://tibet.net/2012/11/27/two-more-tibetans-die-of-self-immolations-toll-reaches-84/

    Secretary
    Bureau du Tibet
    84 Boulevard, Adolphe Pinard
    75014 PARIS

  3. Anna Galore

    Terrifiant et infiniment triste…

    On se sent démuni et on ne peut qu’espérer que ce peuple au courage admirable, dont la première des valeurs est l’amour de la vie, finisse rapidement par retrouver sa liberté…

  4. anti

    Terrifiant et triste et sinistre et désespérant d’indifférence alors que ce soir encore je reçois ces dernières informations :

    UN TIBETAIN AGE DE 24 ANS S’IMMOLE ALORS QUE SIMULTANEMENT UNE GREVE DE LA FAIM SE PROPAGE AU TIBET

    Le 28 Novembre 2012 à 9.30.

    DHARAMSALA: Des rapports en provenance du Tibet parlent d’un nomade tibétain mort après s’être immolé dans le Nord Est du Tibet ce Mardi portant le nombre d’immolations à 86 dont 23 lors de ce dernier mois.

    Kalsang Kyab 24 ans,s’est aspergé de pétrole tout en marchant vers le Bureau officiel de la ville de Kyangtsa en criant des slogans de longue vie pour Sa Sainteté le Dalaï Lama ainsi que pour Kirti Rinpoché. C’est en arrivant devant la porte du bureau qu’il a allumé le feu.

    Il a continué à lancer des slogans avant de mourir.

    Les Tibétains des environs ont rapporté son corps chez lui où des moines des monastères de Drenpa et Gyalgey ont organisé des prières pour lui, ses voisins l’ont décrit comme une personne douce qui s’occupait à plein temps des troupeaux depuis son enfance.

    Avec cette vague d’immolations sans fin, ce sont plus de 60 Tibétains vivants dans différentes régions du Tibet qui ont commencé une grève de la faim par solidarité envers tout ceux qui se sont immolés pour la cause du Tibet ou qui endurent d’insupportables souffrances dues à la répression chinoise.

    Cette grève de la faim a débuté ce Lundi au soir et s’est répandue de la capitale du Tibet Lhassa à Drakgo, Jomda, Dzachukha, Tridu, Serthar, Siling, Karze et Chengdu situé dans la province de Sichuan.

    Ces grévistes de la Faim viennent de tous horizons tels que des professeurs, des représentants du gouvernement, des écrivains, des moines et des entrepreneurs.

    http://tibet.net/2012/11/28/24-year-old-tibetan-immolates-simultaneous-hunger-strike-underway-across-tibet/

    Secretary
    Bureau du Tibet
    84 Boulevard, Adolphe Pinard
    75014 PARIS

    ——————————————————-

    LA CHINE PUNIT LES RESPONSABLES D’IMMOLATIONS EN SUPPRIMANT LES AIDES AUX TIBETAINS

    Les autorités de Malho ( Huangnan en chinois ) dans la préfecture Autonome du Qinghai ont annoncé la suppression des aides gouvernementales aux familles des immolés ainsi que l’arrêt de toute aide au développement concernant les villages dans lesquels ont eu lieu des immolations.

    Durant ces trois dernières semaines, 9 Tibétains se sont immolés dans le comté de Rebkong. Le 9 Novembre ce sont, près de 5000 écoliers qui ont organisé une marche pacifique contre l’apathie des autorités chinoises envers l’augmentation des immolations à Rangwo, avant de se retrouver au Monastère de Rangwo.

    Le 8 Novembre,ce sont les élèves de l’école du township de Dowa (comté de Rebkong) qui ont enlevé les drapeaux chinois qui flottaient sur leur école ainsi que sur le bâtiment officiel du township.

    Dans une note officielle du 14 Novembre provenant de la Préfecture et du gouvernement du Peuple de Malho, le Parti de la région ainsi que les officiels gouvernementaux ont donné l’ordre strict de punir les immolés eux-mêmes ainsi que leurs familles et, de la même façon, tous ceux qui ont présenté leurs condoléances aux familles concernées ou participé à des prières.

    Le TCHRD a même confirmé que cet avis était passé à la télévision locale dans les 2 langues, en Tibétain et en Chinois mais seule la version en Tibétain est accessible au TCHRD.

    Le premier point de cet avis établit clairement que tout versement d’aides aux familles dont un des membres se serait immolé, sera supprimé pendant une durée de 3 ans.

    A cet égard, tous les officiels concernés ont reçu l’ordre d’appliquer cette mesure de façon extrêmement stricte.

    Les fonds de développement des villages dans lesquels aurait eu lieu une immolation, mêmes ceux déjà approuvés auparavant, seront également supprimés pendant cette période de 3 ans.

    Dans les régions concernées par ces immolations, le Comité du Comté du Parti Communiste chinois (CPC) va conduire des enquêtes sur la défaillance du Township ou du Leader du village ou de toute personne concernée par le maintien de la stabilité et l’harmonie. Si ils sont jugés coupables, ces leaders de Township, village ou Parti seront passés au crible et ils ne pourront, en aucun cas, recevoir le prix du travailleur modèle dans le futur.

    Ils seront relevés de leur poste et remplacés par de nouvelles recrues.

    L’avis mentionne également les mesures très sévères qui seront prises, dans le respect des lois et des règlements du Parti et du Gouvernement, à l’encontre des officiels coupables d’incapacité à faire appliquer ces lois.

    Le second point précise que des investigations seront menées afin de déterminer si des membres du gouvernement ou du staff se seraient rendus coupables de visites aux familles des immolés, de présentation de condoléances ou de participation à des prières. Les représentants du Comté et du gouvernement du Township ainsi que les comités du Pari Communiste Chinois devront mettre en garde ces personnes quant aux implications liées à de ces comportements. Le Bureau de la Sécurité Publique frappera durement tout contrevenant.

    Le troisième point demande aux représentants du parti et du gouvernement de donner des conseils et une conduite à suivre aux moines et aux Tibétains et de les prévenir quant aux conséquences de leur implication dans la visite des maisons des immolés, à la présentation des condoléances et à leur contribution dans l’organisation des prières rituelles.

    Si des membres des Comités de surveillance des monastères(MMCS) sont reconnus coupables d’un de ces actes, des représentants du Département du Front Uni des Travailleurs, du Bureau des Affaires Religieuses, et tous les Bureaux concernés puniront ces personnes en fonction des faits qui leur seront reprochés. Si un village ou un Monastère a organisé collectivement la tenue de prières rituelles ou rendu visite aux familles des immolés, alors le village n’aura plus d’aide gouvernementale, et tous les projets déjà prévus seront annulés pendant 3 ans.

    Le Quatrième point en appelle à ce qu’une enquête rapide mais sérieuse soit diligentée afin de découvrir si, qui que ce soit, moine ou laïque, aurait contraint des représentants à se rendre à des séances de prières pour les immolés. Le coupable sera puni, en accord avec la loi, après investigation. Si des chefs de village sont déclarés coupables, ils seront relevés de leurs fonctions et interrogés.

    Si de hauts dignitaires religieux (ou abbés) membres des Comités d’Organisation Démocratique sont coupables de tels actes, cette note rappelle que les Monastères concernés seront fermés, en accord avec les lois les concernant et des actions seront prises pour purger ces Monastères de leur instabilité. De lourdes peines seront infligées à ceux qui auraient essayé de se constituer en groupe ou association.

    Le cinquième point est une menace envers les cadres gouvernementaux de base et les travailleurs qui s’aviseraient de rendre visite aux familles des immolés ou de contribuer aux rituels de prières, acte qui entrainera un renvoi immédiat, suivi d’une enquête et puni. Les cadres du gouvernement et les travailleurs sont tenus de diffuser ces informations importantes telles qu’elles sont décrites dans cette note. Ils sont également tenus d’informer en temps et en heure de toute information leur parvenant à ce sujet.

    Dans son introduction, cette note mentionne de constants incidents dans la Préfecture de Malho, les considérant comme un très mauvais exemple portant non seulement atteinte à la stabilité de la Province de Gansu mais également à la Nation dans son ensemble. Comme il est habituel dans les déclarations du gouvernement chinois, la « clique du Dalaï Lama » est évidemment tenue responsable de ces troubles. « la clique du Dalaï Lama », porteurs de robes utilise les immolations pour provoquer des troubles, ajoutant même qu’il pousse les écoliers a manifester à des fins de déstabilisation. Cette note réfute l’appellation de « martyrs » employé par la « clique du Dalaï Lama » afin de nommer les immolés.

    Source: http://www.tchrd.org/index.php?option=com_content&view=article&id=314:china-punishes-protest-self-immolations-cuts-off-aid-to-tibetans&catid=70:2012-news&Itemid=162

    Secretary
    Bureau du Tibet
    84 Boulevard, Adolphe Pinard
    75014 PARIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.