Calor magnus

Tout de suite, en latin, ça fait plus classe que « grande chaleur », non ? Les plus lettrés d’entre vous l’auront remarqué, j’ai accordé « magnus » au masculin. En effet, « calor » l’est aussi comme le précise l’indétrônable dictionnaire Gaffiot qui a accompagné mes années de la 6ème à la 3ème.

DSCN1024b.jpg

Tout ça pour dire que l’après-midi d’hier a été d’une chaleur étouffante. J’ai connu des mois de juin à Nîmes plutôt frais et d’autres quasi-caniculaires. Celui-ci a commencé dans la première catégorie et se termine résolument dans la seconde.

Dans ce genre de situation, le mieux, si on n’a pas de possibilité d’aller se baigner, c’est de rester à l’intérieur. Certains de nos chats l’ont bien compris, d’ailleurs. Il faut reconnaître, à leur décharge, que la piscine, c’est pas trop leur truc, même si quelques-uns d’entre eux aiment parfois traîner sur la pelouse quand on l’arrose.

DSCN1022b.jpg

Alors voilà, hier, c’était étirements, câlins et siestes dans la pénombre confortable de notre séjour, à la lumière tamisée des volets mi-clos et des rideaux tirés. Dehors, il faisait plus de 35° à l’ombre, donc probablement très au-dessus de 40° au soleil. Et l’été n’a qu’une semaine.

Les portes ne se sont rouvertes qu’en fin de journée pour faire entrer un début de fraîcheur et surtout, des rafales de bon mistral bien froid qu’on a laissées circuler à travers les pièces.

DSCN1025b.jpg

Aujourd’hui s’annonce encore plus chaud. En plus, j’ai un rendez-vous boulot à Marseille, je sens que je vais revenir en nage. Je ne vais pas m’en plaindre, cela dit. Je préfère mille fois la canicule au froid.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.