6 Replies to “Marrakech, vies croisées”

  1. Netsah Post author

    la fille en noir avec des talons pourrait être une prostituée o.o
    Je me souviens quand j’y étais, à un moment je vois la plus belle femme que j’ai jamais vu (à 14 ans), des yeux marrons clairs cerclés de noir, du khol sur les yeux, des longs cheveux noir attachés de manière élégante, un nez fin et droit, une bouche fine et bien dessinée, une peau de lait très légèrement chocolatée sans imperfection, une tenue certes assez sexy mais loin d’être vulgaire,… ma cousine voit que je la regarde et commence à se moquer de moi, et là l’ami qui nous faisait visiter se retourne et nous dit « ah ça c’est une prostituée mon ami » ma vie était ruinée.. XD
    jusqu’à ce que je rencontre la serveuse de la meilleure crêperie de la ville -et oui moi quand je vais au Maroc je mange des crêpes- qui ne s’occupait que de moi à la table et que j’ai fait rougir quand j’ai dit à voix haute qu’elle était très belle, et plus tard une danseuse de ventre qui a dansé pour moi dans un salon de thé 😀 (oui bon elles dansaient pour chaque homme, mais n’empêche que la plus jeune et belle a dansé pour moi :D)
    Tout ça pour dire que, je ne sais pas comment c’est 16 ans après, mais à l’époque, une femme en mini-jupe avec des talons dans Marrakech, quelque soit ce qu’elle porte, couverte ou non, c’était le dress code des « princesses de la rue ».

    Sinon y a un truc auquel je viens de repenser en voyant le marchant de zitounes… le seul endroit en France où j’ai vu une présentation qui donnait aussi envie, et cette impression d’abondance, que les marchants d’épices et de nourriture du souk de Marrakech, c’était dans les épiceries fines (hors de prix) de Paris. Étrange non ?

  2. Anna Galore Post author

    Trop bien tes souvenirs !

    Pour la fille en noir, ce que j’ai trouvé amusant, c’est qu’elle soit habillée avec une minirobe très courte, des talons hauts et un sac visiblement chic et malgré tout ça, un voile sur la tête. Je ne sais pas s’il s’agissait d’une prostituée ou quelqu’un qui hésite entre tradition et modernité. Le monsieur avec qui elle discute était une connaissance à elle, ils se sont fait la bise de façon naturelle quand ils se sont croisés dans la rue avant de se mettre à papoter un petit moment.

  3. anti Post author

    Très belle série de photos encore une fois Anna. Que j’aime ton regard, il est à l’image des paroles de Gandhi : « Le bonheur est dans l’oeil de celui qui regarde » et tu sais le transmettre.

    Mdrrr Netsah, ça me rappelle Anna à Cuba à la casa de la musica, fameuse scène qui lui a inspiré « Hasta Siempre », une nouvelle dans « j’ai treize envies ».

  4. valentine Post author

    Merci pour l’ambiance et l’enthousiasme, tout y est! Avez-vous dégusté les escargots dans les petits restaus ambulants de la place Djama el Fna?

    C’est pas un peu chaud les bottes à poil pour le coin?

  5. Anna Galore Post author

    Nous avons effectivement mangé dans l’un de ces restaus ambulants mais pas d’escargots en ce qui nous concerne. On est plutôt resté sur les tajines, les salades et les pâtisseries 🙂

    Les bottes à poil m’ont fait vraiment marrer dans un lieu pareil ! Cela dit, ce jour-là, il devait faire moins de 10° dans l’après-midi alors à la limite, pourquoi pas.

    Une chose frappante, par rapport au Marrakech que l’on peut voir quand on y va en pleine saison, c’est que là, même s’il y avait bien sûr des touristes, l’immense majorité des gens croisés sur Jemaa el Fna, dans les souks, les rues ou à la Ménara étaient des Marocains, comme le montrent ces quelques photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.