Sortir du nucléaire, le plan des écologistes

eolienne nucleaire.jpg

Les évènements survenus au Japon ont remis au cœur des débats les dangers présentés par l’énergie nucléaire. La France possède le deuxième plus gros parc de centrales nucléaires du monde et notre électricité en dépend à 80%. Peut-on sortir du nucléaire ? Est-ce réaliste ?

Éric Besson, ministre de l’Industrie et de l’Énergie, a mis les écologistes au défi de le démontrer : « Il faut que ceux qui prônent la sortie du nucléaire disent exactement comment ils entrevoient cela et surtout quelles seraient les conséquences économiques, financières, sociales pour les Français« .

Le Post a collecté sur divers médias les réactions et propositions de quatre leaders écologistes : Cécile Duflot, Daniel Cohn-Bendit, Noël Mamère et Yves Cochet. Voici l’essentiel de leurs réponses.

duflot.jpgUn plan sur 20 ou 25 ans

Les leaders écologistes s’accordent sur un délai de 20 à 25 ans pour que la France puisse se passer du nucléaire, de manière progressive et en jouant sur plusieurs élements en même temps.

« Le risque de l’exploitation du nucléaire est tellement extrême qu’il faut choisir de développer d’autres énergies – comme les énergies renouvelables- et pousser simultanément à une politique d’économie d’énergie« , a résumé la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, mardi, sur France Info.

Fermer ou ne pas prolonger la vie des centrales actuelles

« La priorité est de ne pas prolonger la vie des centrales actuelles et de ‘mettre le paquet’ sur une alternative« , indique Noël Mamère, dans un chat au Monde.fr.

« Qu’est-ce que ça veut dire sortir du nucléaire en France ? C’est décider de ne pas renouveler le parc nucléaire et de ne pas prolonger les centrales« , renchérit Daniel Cohn-Bendit dans une interview à Libération, publiée mardi.

cochet.jpgFaire la chasse au gaspi et améliorer l’efficacité énergétique

Pour Yves Cochet, la France peut diviser par deux sa consommation d’électricité, en baissant la part consommée dans les trois secteurs les plus gourmants en la matière : l’industrie, le résidentiel et le tertiaire. Sachant qu’au total, la France consomme annuellement environ 450 milliards de kilowatt-heure d’électricité, selon l’ex-ministre de l’Environnement.

– l’industrie : le potentiel d’économie de l’électricité est à peu près de 40 % dans ce secteur, selon Yves Cochet. Comment ? En améliorant les moteurs et en jouant la production de chaleur, l’éclairage et les ondes.

– le résidentiel : On peut y faire 60 % d’économie en mettant en place des diodes électroluminescentes pour éclairer les habitats. Pour les appareils électroménagers, on peut également améliorer la performance de ces appareils. Il faut aussi supprimer les chauffages électriques au maximum, qu’ils servent à chauffer les habitats ou l’eau.

– le tertiaire : possible d’économiser 50 % d’électricité dans ce domaine. Comme dans le résidentiel, possible de faire des économies sur les chauffages, sur les ordinateurs…

Avec les mesures qu’il propose, et qui passent par une politique de sobriété, le total d’électricité nécessaire serait donc d’environ 225 milliards de kilowatt-heure.

Pour que la France puisse se passer, en 2035, de ces 225 milliards de kilowatt-heure restant, Yves Cochet prône le développement de cinq ou 6 filières renouvelables.

cohn-bendit.jpgDévelopper d’autres énergies (photovoltaïque, éoliennes…)

« Il faut développer les énergies alternatives pour avoir de moins en moins besoin du nucléaire« , propose Daniel Cohn-Bendit.

« Il faut mettre le paquet sur les énergies renouvelables, sur la recherche et le développement dans ces secteurs, qui restent très largement inexploités dans notre pays, à cause de la prééminence du nucléaire« , selon Noël Mamère.

Yves Cochet présente sur Le Post, les cinq ou six filières d’énergies renouvelables et leurs objectifs.

– le gros hydraulique : conserver, voire développer les grands barrages (objectif de produire 70 TWh en 2035).

– le micro hydraulique : avec des petits barrages dans des ruisseaux ou des torrents, en prenant soin de ne pas perturber l’écosystème (objectif de 5 TWh).

– l’éolien : développer cette filière (objectif de passer de 10 à 100 TWh).

– le photovoltaïque : développer cette filière (objectif de passer de 5 à 20-25 TWh).

– la biomasse : possible de produire de l’électricité avec la combustion du bois (objectif de passer de 5 à 20 TWh).

– la géothermie profonde : tirer de la chaleur en allant la chercher dans le sol.

Combien coûte ce plan ?

300 milliards d’euros, selon Yves Cochet. Pour comparer, il souligne qu’entre 350 et 400 milliards ont été investis dans le programme électro-nucléaire en France, depuis 1973.

Sans nucléaire, l’électricité serait-elle alors plus chère ?

C’est l’argument massue des pro-nucléaires. « C’est grâce au nucléaire que nous avons une électricité 40% moins chère que la moyenne des autres pays européens« , selon Eric Besson.

mamère.jpgLes écolos rejettent cet argument. « L’électricité coûtera au contraire beaucoup moins cher car si on est vertueux et qu’on arrive à moins consommer, on dépensera moins en énergie« , assure Yves Cochet.

« L’argument des tarifs est faux, parce que tronqué« , affirme de son côté Noël Mamère. « Même certains ingénieurs pro-nucléaire reconnaissent que le prix de l’éolien ou du photovoltaïque est à peu près le même que celui du nucléaire. Pourquoi ? Parce que l’on n’intègre pas le coût du traitement des déchets nucléaires, les subventions de l’État visant à l’exportation de notre électricité, ni surtout, le coût du démantèlement d’une centrale, qui n’a jamais été vraiment évalué. »

Quelles conséquences pour l’emploi dans l’industrie nucléaire ?

Pour Cécile Duflot, le projet de sortie du nucléaire des écolos consiste « à la fois à former et à développer une industrie des énergies renouvelables, qui permet la reconversion professionnelle et de maintenir l’emploi, voire d’en créer dans l’industrie des énergies renouvelables« .

« Investir dans les économies d’énergie et l’efficacité énergétique, comme dans la recherche et développement sur les énergies renouvelables, c’est créer des emplois non délocalisables, et donc revitaliser l’économie« , estime de son côté Noël Mamère.

« La France doit devenir championne du démantèlement de centrales nucléaires et exporter son savoir-faire en la matière« , estime Yves Cochet.

Quels efforts demandés à la population ?

« Nous sommes dans une société de gaspillage et il est possible de s’orienter de manière forte vers une société de sobriété énergétique par la voie démocratique et consentie« , souligne Noël Mamère.

« Le comportement doit être vertueux. Cela nécessite un effort citoyen mais la technologie peut aussi nous aider, avec par exemple des systèmes de lumière reliés à des détecteurs de présence. La fiscalité peut aussi inciter les gens à aller dans ce sens« , pense Yves Cochet.

Source : Voici le plan des écolos pour sortir la France du nucléaire en 2035 (Le Post)
Photos prises sur le web, sauf la première de moi

9 Replies to “Sortir du nucléaire, le plan des écologistes”

  1. Netsah Post author

    Cécile Duflot ♥
    Hein ? Oui je sais c’est un peu minimaliste comme commentaire ^^ mais je l’adore (même quand elle confond l’hémisphère nord et l’hémisphère sud). A chaque fois que je l’ai écouter parler elle avait toujours des idées excellentes (je parle bien sûr en dehors des extraits coupés n’importe comment qu’on voit de temps en temps aux médias), elle connait ses dossiers -et souvent ceux des autres-, elle ne pratique pas la langue de bois, elle ne cherche pas à embrouiller et elle ne se laisse pas marcher dessus. Elle m’a converti à l’écologie c’est pour dire xD

  2. valentine Post author

    « Comme je serais heureuse de sortir du nucléaire! » Et moi donc!
    Que les gens se déplacent donc massivement au 2ème tour des élections cantonales lorsque c’est possible pour voter utilement.

  3. crespin Post author

    pourquoi avez vous si peur du nucléaire comment vous chauffer vous et vous éclairer peut etre à la bougie. je pense que vous avez tous une cuisiniere une ùmachine à laver un lave vaisselle et un séche linge et une grosse voiture comment pensez vous faire autrement vous ne dites jamais (cela c’est pour les autres) je suis francaise et je n’ai pas envie de partager mon pays avec des gens qui ne pense qu’à l’occuper profiter des impots que nous payons et nous cracher dessus pensez un peut aux anciens qui sont nés dans ce pays depuis des générations et qui n’aiment pas cela

  4. Anna Galore Post author

    « comment vous chauffer vous et vous éclairer peut etre à la bougie. je pense que vous avez tous une cuisiniere une machine à laver un lave vaisselle et un séche linge »

    Nous avons dit que nous étions contre le nucléaire, pas contre l’électricité. Il y a des tas de pays dans le monde qui la produise avec peu ou pas de nucléaire et il existe des techniques bien plus propres de produire de l’électricité que le recours à l’énergie nucléaire.

    Je ne comprends pas pourquoi vous ajoutez « comment pensez vous faire autrement vous ne dites jamais ». Bien sûr que si, on le dit : les techniques alternatives font justement l’objet de l’article ci-dessus, elles sont toutes énumérées de façon claire et précise.

    « et une grosse voiture  »

    En fait, nous roulons dans des voitures plutôt bas de gamme mais je vous rassure, même les grosses ne marchent pas à l’énergie nucléaire.

    La deuxième partie de votre commentaire est xénophobe et stupide, elle n’appelle en réponse que le mépris.

  5. anti Post author

    A propos de nucléaire, je viens de recevoir une pétition de la Criirad

    PÉTITION « pour une transparence totale sur la radioactivité de l’air que nous respirons ». Je vais d’ailleurs la mettre en ligne dès que possible pour qu’elle soit bien relayée.

    anti

  6. mateos Post author

    bonjour, jamais dans tous les débats politiques ou écologistes on entend pas dire qu’une autre solution existe pour remplacer les énergies du nucléaire et de l’éolien qui n’est pas non plus rentable bien au contraire.

    on brasse du vent, mais on ne donne pas la solution de remplacement de ces énergies. si l’éolien n’est pas dangereux c’est plus polluant qu’on le croit, dans sa conception , dans l’emplacement par des tonnes de béton au sol, par la pollution d’infrasons , et autres , la perte d’huile des paliers, et la vision dégradante d’un paysage dont la France peut encore se venter! mais ce n’est pas tout c’est un commerce qui profite a ceux qui les installent et qui fait payer les citoyens avec soit disant que c’est écologique! alors qu’en parallèle a ces éoliennes on doit investir avec des usines avec des turbines qui tournent au gasoil ou au gaz ou au charbon pour faire une électricité uniforme! pour compenser la perte de vitesse et de vent!

    Tout ça on le dit pas! c’est loin d’être rentable. L’Allemagne avant la catastrophe du Japon allait se mettre au nucléaire car c’est le pays le plus pollué d’Europe avec son projet éolien ! donc ce n’est pas pour rien qu’ils voulaient en changer!

    mais ce qu’on nous dit jamais c’est que la solution existe avec le MOTEUR A ÉNERGIE LIBRE §

    Qui pourra remplacer et le nucléaire et le pétrole ! mais cette énergie libre n’est mentionnée par personne a croire qu’elle existe pas alors qu’il y a déjà des dizaines d’années qu’on l’a inventé que les projets existent et qui sont enfermés dans des coffres et que personne n’a idée que cela fonctionne !

    j’ai jamais entendu un scientifique ni un écologiste le dire a croire qu’on ne veux pas perturber notre époque . il est certain que de passer de la charrette au tracteur fut une révolution! et de passer de nucléaire et du pétrole au moteur électromagnétique a énergie libre est un progrès qui doit sortir et remplacer le fossile et le nucléaire! c’est une question de volonté! le problème c’est que cette énergie libre est gratuite pour tous et le manque a gagner de ceux qui profitent des énergies actuelles ne veulent pas que ça sorte!

    c’est un changement mondial ! car la voiture n’aura plus a faire son plein , les centrales atomiques laisseront la place a ces nouveaux moteurs a énergie libre, ( le réseau existe déjà) et le prix sera dérisoire!

    quand allez vous parler de l’énergie libre pour remplacer le nucléaire et l’éolien?

  7. Anna Galore Post author

    Avec plaisir, mais c’est quoi exactement « l’énergie libre » ? Pouvez-vous nous donner une information précise (c’est à dire technique) à ce sujet ?

    Sur l’Allemagne, ce que vous affirmez est une contre-vérité. Comment pouvez-vous écrire que l’Allemagne allait se mettre au nucléaire alors qu’elle l’utilise le nucléaire depuis des décennies ? C’est sur la pression des Verts depuis une bonne vingtaine d’années qu’il a été décidé le 14 juin 2000 par Gehrard Schröder et poursuivi par le gouvernement actuel, Angela Merkel en tête (après quelques atermoiements), de justement sortir le plus rapidement possible du nucléaire. Le 14 juin 2000, on était bien avant la catastrophe de Fukushima, il me semble.

    Sur les éoliennes, vous êtes également très mal informé de la réalité, je vous recommande de lire de vraies informations techniques à ce sujet avant de raconter qu’elles nécessitent le recours en parallèle à « des usines avec des turbines qui tournent au gasoil ou au gaz ou au charbon pour faire une électricité uniforme! pour compenser la perte de vitesse et de vent ». L’énergie produite par les éoliennes, comme par les panneaux photovoltaïques d’ailleurs, est stockée dans des accumulateurs qui continuent à fournir de l’électricité même quand le vent s’arrête ou le soleil se couvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *