Ma Terre Première

ma_terre_premiere.jpg

Ma Terre première, pour construire demain est une exposition qui se tient depuis le 6 octobre 2009 jusqu’au 27 juin 2010 à La Cité des sciences de la Villette qui présente une expo-manip sur la terre crue, matière première aux propriétés écologiques, économiques et esthétiques réelles et pourtant méconnues.

Première exposition d’ampleur sur le sujet, Ma Terre première dévoile toutes les potentialités de la matière granulaire sous les angles géologique, physique, architectural et artistique en collaboration avec le laboratoire de recherche de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble, CRATerre.

Ma Terre première, pour construire demain est co-produite avec quatre institutions régionales qui l’accueilleront tour à tour jusqu’en 2013 : le Vaisseau à Strasbourg, le Forum des sciences de Villeneuve d’Ascq, le Site du Pont du Gard et le musée des Confluences à Lyon.

Satellite?blobcol=urldata&blobheader=image%2Fjpeg&blobkey=id&blobtable=MungoBlobs&blobwhere=1195494990141&ssbinary=true Terre crue : du grain de terre à l’habitat écologique

Une expo manip pour découvrir le matériau terre

La terre est une matière première ! L’homme l’utilise comme matériau depuis des millénaires pour construire des maisons, même en France. Boudée depuis l’arrivée de son proche cousin le béton, dans les années 50, elle revient au goût du jour. Ses atouts écologiques et esthétiques attirent en effet les architectes contemporains.

Je vous invite à découvrir sur le site, la vidéo qui présente les différents types de construction possibles partout dans le monde.

Poursuivons.

Quels sont les caractéristiques physiques, les techniques de construction et les avantages de la terre crue dans l’habitat écologique ? Quelles sont les améliorations et les innovations apportées par la recherche prolongeant ainsi les liens entre un usage traditionnel et une utilisation contemporaine de la terre crue ?

La terre crue a toujours été employée comme matériau de construction sur tous les continents : en témoignent de nombreux édifices de la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Après la 2ème guerre mondiale, la reconstruction de l’Europe qui devait s’effectuer rapidement l’a presque complètement abandonnée au profit de matériaux nécessitant moins de main d’œuvre mais dont la fabrication et l’emploi ont des coûts écologiques non négligeables.

Il y a seulement une vingtaine d’années que les scientifiques, architectes et professionnels du bâtiment tentent de la réhabiliter.

En effet, ils ont découvert notamment grâce au progrès de la physique de la matière granulaire, que la terre crue possédait des propriétés extrêmement intéressantes pour une construction respectueuse de l’environnement.

Les techniques de construction ancestrales présentaient donc déjà les principales caractéristiques écologiques requises aujourd’hui.

Image1.jpg

Pour plus d’information, cliquez sur ce lien et découvrez comment on construit dans les différentes régions du globe en cliquant sur les images (sur le site) : en pisé, en torchis, en adobe ou en bauge.

Première exposition d’ampleur sur le sujet, Ma Terre première, pour construire demain dévoile toutes les potentialités de la matière granulaire sous les angles géologique, physique, architectural et artistique.

La Cité propose au public de découvrir les vertus de la terre crue, matériau de construction traditionnel et innovant, en collaboration avec le laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, CRAterre. Le développement durable questionne nos façons de penser, de vivre, de consommer et de produire. Puisqu’il nous faut désormais penser « global » et agir « local », cette exposition éco-conçue aborde les pistes de recherches actuelles sur les matériaux en grains et propose des solutions d’avenir dans la construction en terre.

Terre crue

Alternative au béton, la terre crue offre des perspectives architecturales et écologiques majeures, et demeure un progrès technologique et de confort. Par le biais de manipulations simples, l’expo-manip invite le visiteur à s’interroger sur la composition de la terre crue, à étudier le comportement des grains et à découvrir les techniques de construction anciennes et contemporaines.

Un mur d’images interactif présente de nombreux exemples d’habitations et de constructions en terre à travers le monde, comme autant de modèles culturels et sociétaux passés (grande Muraille de Chine, remparts de l’Alhambra en Espagne, citadelle de Bam en Iran…) ou d’avenir (ouvrages d’architectes internationaux tels que Martin Rauch ou Rick Joy).

villette1.jpg

Mêlant art et sciences, un Jardin des œuvres met en lumière des œuvres d’art réalisées en terre crue.

Et aussi : Grains de bâtisseurs.

Des fiches pédagogiques

Enfin, à lire et à relire, La voûte nubienne ré-inventée

photo architecture de Antoine Predock aux USA. © Antoine Predock Architect. Sources site de la Villette et Terre TV.

Vous pouvez retrouvez à l’adresse suivante un aperçu détaillé en vidéo des installations multimédia de l’exposition Ma Terre Première à La Cité des Sciences : Les mondes impossibles.

anti

7 Replies to “Ma Terre Première”

  1. Anna Galore

    J’ai rencontré l’été dernier une petite entreprise qui démarrait en région parisienne et qui avait mis au point un appareil utilisable avec très peu d’énergie (un simple panneau solaire suffit) pour préparer n’importe où dans le monde des briques auto-assemblables à partir de terre et d’eau récupérées sur place. Leur solidité permet de construire des maisons de deux étages. Ben entendu, une analyse préalable de la terre doit être réalisée (toutes les terres ne permettent pas de faire des briques solides) et cela, grâce à un petit kit très simple qui va indiquer si de la chaux (par exemple) doit être rajoutée pour renforcer le mélange.

    Cette entreprise, dont j’ai malheureusement oublié le nom, pensait diffuser sa machine en collaboration avec différentes ONG (comme Médecins du Monde, par exemple), qui vont souvent dans les pays où elle serait le plus utile, à commencer par diverses régions d’Afrique.

  2. Grosnounours

    Bonsoir,

    Une autre technique semble aussi assez prometeuse, les maisons en bottes de paille. Sois disant super isolantes.

  3. Anna Galore

    Toi, tu viendrais de voir « Les trois petits cochons » que ça ne m’étonnerait pas 😉

    (aaah, la scène de Shining où Jack Nicholson imite le loup avant de défoncer la porte de la salle de bain à grands coups de hache… génial…)

  4. anti

    Mdrrr Anna et excellent nouveau pseudo Jean 😉

    Dis Anna ? Ton entreprise ce ne serait pas celle-là ?

    BATIMENT : une machine pour fabriquer ses propres briques en terre crue !
    Une innovation de MECO’CONCEPT

    Thierry Perrocheau et Sébastien Fourest ont fondé Meco’Concept il y a un an après un passage par l’incubateur Midi-Pyrénées. L’entreprise réalise des machines servant à fabriquer des briques en terre crue. L’outil qui a fait l’objet d’un brevet a bénéficié du concours de l’Icam.

    Fournie avec un large choix de moules interchangeables, la machine (dotée d’un moteur de 550 watts) compresse à 30 tonnes la matière première. Le bloc à bâtir est prêt en 30 secondes ! Une des originalités du système est sa faible consommation énergétique (moitié moins qu’un micro-onde) et son alimentation en option solaire.

    Un des intérêts est d’offrir aux populations de certains pays un moyen de construire des habitations avec la ressource naturelle extraite sur place. C’est en ayant travaillé 5 années dans une association humanitaire, que Thierry Perrocheau, dessinateur industriel de formation, a pris conscience de ce besoin. « Il fallait mettre au point un procédé peu coûteux, solide, nécessitant peu de qualification dans sa mise en oeuvre» résume-t-il.

    L’alliance avec Sébastien Fourest, ingénieur employé au Cnes, a complété ses propres compétences dans le calcul et desing de machines-outils.

    Meco’Concept cible les ONG, les entrepreneurs des pays en voie de développement, les distributeurs de matériel pour le bâtiment, les artisans et particuliers partisans de l’éco-construction…Les utilisateurs bénéficient d’un conseil, l’analyse de la terre (20 à 30% d’argile sont nécessaires) permet de déterminer les liants, l’adjonction de chaux…et l’emploi futur de la brique (murs extérieurs avec un matériau isolant ou un enduit, cloisons…). Les propriétés thermiques du bloc obtenu (accumulation et restitution de la chaleur) plaident en faveur de ce principe constructif écologique.

    La commercialisation des machines « made 100% en région » est en cours. Un exemplaire est visible à la Cité des Sciences à Paris. Les premières négociations sont encourageantes et laissent envisager une montée en puissance du carnet de commandes à partir de 2010.

    Pour en savoir plus : http://www.mecoconcept.com

    Pour ce qui est de l’isolation de la terre, je peux te le confirmer Nounours, ça isole maousse et j’en ai vendu pas mal de maisons en briques de terre cuite (plus d’info ici http://www.wienerberger.fr/servlet/Satellite?pagename=Wienerberger/Page/ProductStart05&cid=1113497802141&c=Page&sl=wb_fr_home_fr).

    anti

  5. Grosnounours

    Dans le même genre, le torchi est certainement une excelente technique. Pour avoir vu abattre des murs en torchi après un incendie qui avait entièrement ravagé la maison, c’est du costaud, ça doit pouvoir convenir pour les zones sismiques.

  6. Anna Galore

    Ah ben oui, c’est Meco Concept, c’est eux ! Ils avaient parlé de cette expo à la Villette ! Chapeau, les mecs !

    Si vous passez par là, on s’est croisés à votre présentation devant XMP 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.