Qu'avez-vous changé depuis Home ?

home.jpgAu hasard d’une discussion sur un autre fil, Ramses a soulevé la question suivante, qu’il me semble intéressant de traiter dans un fil dédié au sujet :

« J’ai relu la note « Home ». Qu’a t’on fait depuis 4 mois ? Rien, ou presque (ah, oui, une « taxe carbone » pour permettre aux riches de polluer en paix…). Le souci majeur actuel d’Europe-Ecologie est de deviner si il sera devant ou derrière le PS aux régionales de 2010… Qu’a fait le G20 à propos des bouleversements climatiques, qui se révèlent dramatiquement jour après jour (notamment en Sicile) ? Rien… Attendons Copenhague ! »

Voici ma réponse.

Au niveau des états, personne ne peut croire que quoi que ce soit de visible bouge dans une échelle de quelques mois. L’unité de temps est plutôt la décennnie, soyons réalistes.

Raison de plus pour que nous agissions tous sans attendre des accords internationaux. Comme le rappelait Jean-Louis Etienne hier sur France-Info en réponse aux outrances d’Allègre, peu importe qui est responsable du dérèglement climatique, les seuls qui pourront le corriger, ce sont nous les humains, tous autant que nous sommes.

Nous, depuis Home, voici ce qui a changé chez nous :

– Nous faisons nos courses en deux étapes, la première chez Satoriz où nous achetons tout ce qui est produits de consommation courante en bio, et la seconde chez Inter où nous achetons le complément. En bio, cela concerne l’essentiel de notre nourriture (peu d’exceptions) et de nos produits de nettoyage (sols, vaisselle, savon, shampoing, etc.). Il va de soi que nous n’achetons plus aucun produit frais qui ne soit pas de saison, ni aucune viande d’élevage intensif.

– Nous procédons à un tri systématique de nos déchets. Tout ce qui est organique est jeté dans un coin de notre jardin pour faire du compost. Pour le reste, c’est plus classique (et il faut se réjouir que ce le soit devenu) : tout ce qui est non recyclable va dans une poubelle, tout ce qui est recyclable dans une autre, le verre dans une troisième et les bouchons en plastique dans une petite boîte séparée.

– Nous récupérons systématiquement les eaux qui auraient pu se perdre, telles que celle qui coule dans l’évier pour une petite vaisselle ou celle qui coule de la douche en attendant que la bonne température soit atteinte. Les eaux récupérées sont utilisées pour les plantes ou le jardin.

– Pendant tout l’été et tant qu’il fera assez chaud, nous n’utilisons plus le sèche-linge. Le linge sèche dehors, à l’ancienne. Pour la machine à laver, nous utilisons une boule de lavage (30 euros, active pendant un an). Nous n’utilisons un détergent classique qu’en cas de lessive très sale, ce qui est rarissime. Nous ne repassons que l’indispensable, nous nous contentons de plier le reste (draps, serviettes, la plupart des t-shirts).

Nous nous autorisons des exceptions quand ça nous arrange mais elles sont de plus en plus rares. Il ne fait aucun doute que nous avons pris un virage net vers un comportement plus respectueux de l’environnement et plus éthique.

Et vous ? Qu’avez-vous changé depuis Home ?

6 Replies to “Qu'avez-vous changé depuis Home ?”

  1. Netsah Post author

    Ben moi je fais tout ça aussi à part le compost j’en ai pas vraiment besoin, ni la place pour un composteur, parcontre chez mes « parents » et grand-parents on le fait aussi.
    Sinon moi j’achète toujours pas bio pour une question d’économie pour l’instant.. (oui parceque le bio y a moins de chose dedans mais c’est quand-même deux fois plus cher). Mais j’achète à chaque fois des produits du commerce équitable qui sont souvent de bien meilleures qualités et plus bio que le plupart des autres produits. Et biensûr toujours les fruits et légumes de saison mais ça depuis toujours j’ai été élevé comme ça.
    Sinon les douches et les robinets (pas comme le chat qui boit au robinet) et le tri sélectif je le fais depuis des années. Quant au filtre à eau j’en ai acheté un depuis que j’ai vu les carafes à filtre chez vous 😀 Sinon j’utilise beaucoup le vélo pour me déplacer en ville (c’est bon pour les jambes, la circulation, et c’est plus agréable on peut aller vraiment partout et plus de problème de parking). Mais là encore je le faisais avant Home.. A vrai dire depuis Home j’ai pas changé grand chose à part le filtre à eau… J’ai voté pour la première fois de ma vie écolo juste après.. Je ne me souviens plus quelles élections s’étaient.. Et j’ai des ampoules basse tension qui durent 10 ou 20 ans O.O Et euh… sinon en ce moment y a plusieurs entreprises qui font de la pub pour le futur plus écolo en ce moment à la télé..
    Comme la SNCF par exemple qui propose une idée, même si on se doute qu’ils se servent de la « mode » écologiste pour se faire du fric, il n’empêche qu’effectivement si il y avait moins de poids lourds sur les autoroutes il y aurait moins de pollution. Les 15 tonnes hybrides ça n’existe pas encore et ce n’est même pas en projet as far as I know.

    Netsah greenpower !!!

  2. ramses Post author

    Anna, je pense que nous sommes tous ici respectueux de l’environnement. Personnellement, je m’en soucie depuis des décennies. Mais quand on observe les rejets de CO2 à l’échelle de la planète (1000 tonnes à la seconde), il est évident que la solution passe par des décisions drastiques des Etats. Or, je ne vois rien de concret, pas plus depuis 4 mois que depuis 4 ou 14 ans… Les discours, les films, les prises de position ne manquent pas, mais où sont les actes, au-delà des belles paroles ?

    Quel est l’Etat au Monde qui a mis l’écologie au premier plan de ses priorités ? Aucun…

    Et ne parlons pas de ces partis politiques soi-disant « verts », qui font de l’écologie leur vitrine avant les élections et se comportent comme les autres après !

    Nicolas Hulot a raison… Le Titanic coule et l’orchestre continue à jouer sur le pont !

  3. anti Post author

    Hey !! Netsah 😉

    Pareil pour moi, je reprends mon com du 17 juin :

    La diffusion du film « Home » a été un déclencheur pour beaucoup, je mettrai tout de même un bémol.

    Tes propos sont vrais mais ne concerne que la France. Nous sommes encore très en retard par rapport à d’autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Autriche en matière d’écologie (ceux là, je les connais, il doit y en avoir d’autres, je pense aux Scandinaves ?) Là-bas, les questions d’économie d’eau, les boycotts verts (Filets dérivants, industrie chimique, etc.) sont légions, l’agriculture et les cantines bio sont développées (En France, le développement de l’agriculture biologique, longtemps contesté par le syndicat majoritaire la FNSEA, n’a pas été très soutenu par les pouvoirs publics. Seul 1,8 % des terres est cultivé sans produits chimiques, contre 8,7 % en Autriche et 3,9 % en Allemagne. Source : http://ecolesdifferentes.free.fr/CANTINEBIO.htm ), on trie le verre par couleur, les collecteurs de bouteilles plastique existent et sont nombreux, les poubelles classiques sont de 1 poubelle ramassée 1 fois tous les 15 jours (t’as intérêt de trier sinon, t’es mal ! Si t’as des enfants, ta poubelle est pleine de couches culotte, tu ne jettes rien de plus !) bref, on respecte pour de vrai la Nature ! Tanja, ma copine là-bas, nous appelait les Volkornmutter les mamans complètes (de volkornbrot, le pain complet). Bref, tout ça pour dire, qu’en France, y’a vraiment encore beaucoup à faire pour de vrai.

    C’est à nous d’agir et aux pouvoirs publics de mettre les moyens à disposition ! Il faut aussi accepter de faire des efforts. Ce qui me choque quand même dans les propos entendus de ci, de là, c’est l’expression « sans effort », il faut que ce soit facile, pas chiant, etc. mais, c’est difficile de changer, ça demande des efforts, au moins au début, avant que les automatismes changent, car ils finissent pas changer.

    Des idées, je crois qu’on a tous plus ou moins les mêmes (très chouette le lien vers Chwip) : éteindre le robinet quand on se lave ou lave quelque chose, je récupère l’eau du sèche linge pour arroser les plantes, je mets le linge à sécher dehors quand c’est possible, ampoules économiques, banissement des bouteilles plastique, récupération d’un max d’objets avant de penser à acheter du neuf, tri, vélo pour moins de 2 km à parcourir et doucement, changer les produits ménagers chimiques pour des naturels, éducation encore et toujours des enfants, etc.

    Pour en revenir à ta note Anna, elle est complètement en accord avec les propos de Maud Fontenoy qui vient de sortir un livre : « Ma maison écolo »

    A la maison, lieu de tous les enjeux, commence le développement durable.

    Une nouvelle conception de notre environnement se dessine en effet ici.

    Ce petit guide pratique nous offre donc la possibilité de passer notre foyer à la loupe et de cerner les solutions à notre portée pour vivre plus vert.

    Du jardin au salon et du grenier à la cave, cet ouvrage nous propose des solutions simples pour faire la chasse au gaspillage, économiser l’énergie, réduire les déchets et nous donne les clés d’une maison qui développe les énergies renouvelables, afin de contribuer, chacun à son niveau, à la protection de l’environnement.

    Voili, voilà.

    anti

    Ecrit par : anti | 17 juin 2009

    —————————————————————————————————————————————————-
    Comme pour plusieurs, ce n’est pas forcément depuis « Home » que les changements se sont opérés, mais c’est depuis la diffusion du documentaire que j’en mesure la portée tous les jours de ces gestes qui, s’ils ne font pas du bien à la planète, au moins, ne font pas de mal.

    On ajoute, le papier récupéré en brouillon. Le « no pub » sur les boîtes aux lettres. Euh… quoi d’autres ? La consommation de viande qui a énormément baissé au profit des délicieuses galettes de céréales deux fois MOINS chères que des steacks.

    Manger bio, Netsah, peut vite revenir au même prix que pas bio suivant les menus qu’on se choisit. En fait, pour nous, le budget est resté le même. On a juste changé quelques automatismes genre hors de question d’acheter des galettes bio hors de prix, je les fais moi même. Coût de l’opération qqs centimes. Etc. Etc. Enfin, tout ça, ça vient avec le temps. On se simplifie la vie en agissant pour le mieux 😉

    anti

  4. Anna Galore Post author

    « Or, je ne vois rien de concret, pas plus depuis 4 mois que depuis 4 ou 14 ans…  »

    C’est faux. Il s’est passé énormément de choses, même s’il est très frustrant que cela prenne autant de temps. Petit rappel historique de la courte vie de l’écologie en tant que mouvement politique, de sa naissance à nos jours :

    Années 70 : Naissance de l’écologie politique. Il s’agit alors de groupuscules gauchistes ultra-subversifs. Lancement de « La gueule ouverte, le journal qui annonce la fin du monde », premier mensuel (puis hebdo) écologiste français créé par un journaliste de Charlie Hebdo, avec Reiser, Cabu, Gébé et d’autres. Il en paraîtra plus de 300 numéros.

    Années 80 : Petite enfance. Des partis verts se créent un peu partout, certains prennent rapidement de l’importance (en Allemagne, en particulier), d’autres sont beaucoup plus désorganisés (en France, par exemple) mais tous vont finir par s’imposer comme des acteurs significatifs du paysage politique.

    Années 90 : Adolescence. Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique : 1992, en vigueur depuis 1994, ratifiée par 189 pays dont les USA et l’Australie.
    Protocole de Kyoto (réduction des gaz à effet de serre) : 1998, en vigueur depuis 2005, ratifié par 177 pays (mais pas les USA).

    Années 2000 : Début de l’âge adulte. Les écolos sont de plus en plus écoutés et petit à petit, des mesures sont mises en place (tri sélectif des déchets, prise en compte de l’environnement au quotidien, floraison de documentaires écologistes qui séduisent le grand public). Tous les partis politiques se mettent à utiliser l’argument vert dans leurs programmes.

    2009 : utilisation de plus en plus fréquente de l’argument vert dans les publicités, diffusion de documentaires écologistes en prime time à la télévision (un évènement inimaginable il y a à peine 5 ans!!!). Perception par l’opinion des candidats verts comme une réelle alternative ni de gauche ni de droite (élection municipale à Rambouillet il y a une semaine : la candidate verte n’échoue que de 5 voix dans une ville à droite depuis des décennies). Prise de fonction d’Obama qui met en priorité affirmée la lutte contre le réchauffement climatique. Floraison d’articles sur les sujets écologistes dans les journaux de tous bords, les radios et les télés.

    Oui, il faudra encore d’autres sommets et surtout, hors des yeux du public, de discussions innombrables entre les différents états (près de 200 pays concernés) avant et après ces sommets. L’échelle des évènements visibles est la décennie, je le répète.

    Quoi qu’il arrive (et ça, les politiques n’ont aucun pouvoir dessus et ils le savent), nous aurons épuisé toutes les réserves d’énergies fossiles de la Terre dans 5 décennies (ça veut dire le pétrole et le gaz naturel). Aujourd’hui, nous dépendons à 95 % de ces énergies. Ce n’est pas dans 45 ans qu’il faudra trouver comment faire rouler les voitures, voler les avions chauffer les maisons et fournir de l’électricité sans pétrole ni ses dérivés. C’est dès aujourd’hui. Cela veut dire que des centaines d’entreprises, des milliers d’ingénieurs travaillent déjà sur des solutions de remplacement (pour des raisons purement économiques mais puisqu’elles sont aussi écologiques, tant mieux pour tous !). Les énergies renouvelables ne seront plus une question de mode ou de goût, elles seront la seule solution possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.