L'édition, c'est pas de la littérature.

« L’édition, c’est pas de la littérature. » Et qui dit ça ? Un éditeur, Gilles Cohen-Solal, dans l’excellente émission « Strip tease ». Et ça fait scandale de dire une chose que tout le monde sait et dit partout :

pic.php?uid=AAAAAQAQr2OmDFhhOFyU2Smc5Yd_MwAAAAnBeeD130j6-7KvV5D8UQDF Il a fallu 40 jours pour que les propos très crus d’un éditeur le 29 juillet sur France 3 fasse le tour de la Toile

L’émission Strip tease avait consacré à l’éditeur Gilles Cohen-Solal (éditions Héloïse d’Ormesson) un reportage d’une quarantaine de minutes sobrement intitulé « L’édition, c’est pas de la littérature ».

L’éditeur y livrait quelques unes de ses vérités, assassinant le Nobel de littérature Le Clézio d’un lapidaire « c’est chiant ».

On le voyait aussi et surtout en pleine discussion avec la jeune romancière Max Monnehay, qui lui propose des nouvelles érotiques. De quoi échauffer assez vite les esprits, vin rouge aidant. Leur dialogue olé-olé est désormais culte sur la Toile.

Lexpress.fr y consacre un article fouillé (« Un éditeur fait scandale à Saint-Germain des Près« ) et rediffuse sur son site l’intégralité de l’émission. Et David Abiker en a parlé longuement mercredi matin dans sa chronique sur France-Info, consacrant définitivement l’événement.

Honneur tout de même au site Buzzlitteraire qui avait été un des plus rapides à dégainer, le 30 juillet dernier. Il aura fallu quasiment six semaines pour que cette émission diffusée au coeur de l’été devienne le buzz vidéo de septembre.

(Source France 2)

anti

10 Replies to “L'édition, c'est pas de la littérature.”

  1. Anna Galore

    Hilarant ! Le mec sort des propos de gros beauf, se comporte comme un gros beauf, réagit comme un gros beauf et après, il s’étonne qu’on le traite de gros beauf.

  2. anti

    Faut reconnaître que… Stip tease, c’est imparable ! Je me suis toujours demandée comment ils faisaient pour avoir encore des personnes qui acceptent de passer dans leurs émissions ? Mystère…

    anti

  3. Anna Galore

    Dans le cas de ce mec, c’est de la vanité pure et simple. D’ailleurs, il a raconté le lendemain à la réalisatrice qu’il était très content de sa prestation.

    Ce n’est que plus tard, quand les réactions ont commencé à tomber, qu’il a compris à quel point ses fanfaronnades méprisantes et ses indiscrétions de caniveau allaient se retourner contre lui.

  4. Vanessa

    Ouais, j’ai vu l’émission il y a quelque temps déjà (tout début août) et ce mec m’a laissé une drôle d’impression. Ce qui était le pire, à mon avis, ce n’était pas tant son comportement mais les implications que ses déclarations ont pu avoir sur la vie de certaines personnes.

  5. ramses

    A mon avis, beau-papa va se fâcher pour de bon avec son futur gendre ! Et celui-ci va se retrouver dehors vite fait des Editions Héloïse et peut-être d’Héloïse elle-même ? Comme le disait un de mes amis écrivains (qui en vit mal), c’est la Ventrée littéraire !

    Anna, les nouvelles érotiques ont l’air dans le vent ?

    Comme Anti, je me demande comment fait « Strip tease » pour trouver sans cesse de nouveaux « clients » ! Et il y a longtemps que ça dure !

  6. monilet

    J’ai regardé l’émission à sa sortie. Malheureusement de mon lieu de vacances la réception image/son était des plus mauvaises. J’en ai quand même entendu suffisamment pour constater sur cette prestation la vulgarité totale. Quant aux rares interventions de la patronne, elles ont également entaché l’image que j’avais (encore) de l’édition. Je persiste à croire que toute la profession n’est pas comme ça.

  7. anti

    Faut r’connaître que là, c’est du brutal ! A propos, j’en reparlerai sûrement, les « Tontons flingueurs » ressortent au cinéma !!! Yes !

    anti

  8. Vanessa

    Pour connaître (un peu) le milieu, je ne dirai qu’une chose : l’édition, c’est exactement comme ça. Cela dit, tous les éditeurs et les directeurs littéraires ne sont pas aussi vulgaires et grotesques que GCS.

  9. monilet

    Encore heureux, les gens un peu sérieux ne leur confiraient plus rien. À moins que l’amour de la gloriole et de l’argent ne leur donnent quelques clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.