Roger Beudet

rn52_2341061_1_px_470_.jpg Ma mômôn m’a envoyé cet article de Ouest-France l’autre jour et je suis RA-VIE :

Les élèves de Stéphanie Gouriou, institutrice à l’école publique, ont passé la journée avec Roger Beudet, jeudi dernier. Le naturaliste langonnais leur a fait découvrir leur environnement naturel. Après la présentation d’un diaporama sur la faune locale, Roger Beudet a emmené les enfants à pied sur les chemins qui rejoignent la Vilaine.

Grâce à leur patiente observation, les apprentis naturalistes ont découvert différents habitats d’espèces locales. Araignées et grenouilles ont captivé leur attention mais la star de la journée a été sans conteste une jolie petite vipère. Après l’avoir attrapée, Roger Beudet a autorisé les enfants à la toucher sans l’abîmer, juste pour sentir. Une façon de dédramatiser l’image négative que véhicule ce farouche serpent. « Si on connaît ses habitudes et son habitat, il n’y a pas de danger. La vipère n’est pas agressive. Si on ne la dérange pas, elle n’attaquera pas », leur a expliqué le spécialiste.

Une sortie passionnante que Stéphanie espère pouvoir développer l’an prochain par des séances de travail de naturaliste dans un projet pédagogique.

Ravie donc, parce que je craignais que Roger n’ait dû partir de Langon et cesser son activité suite aux malveillances des habitants du coin. Forcément, lui, c’est un étranger et en plus, un étranger qui défend les vipères, et je ne parle pas des « nuisibles »… alors…

Peut-être vous souvenez-vous, je vous avais déjà parlé de lui ? Non, ben, je recolle ici alors 😉

1153800957.jpg Tunisien, la cinquantaine, des yeux… Un coup de foudre sur la même Nature, celle-là même qui l’avait sauvé du pire racontait-il quand il parlait même s’il parle peu le Roger Beudet, « fermier » des serpents et grenouilles.

Un article de Pascal SIMON datant de 2004 le décrit bien :

Depuis cinq ans, il s’occupe de la Maison du naturaliste, à Langon. Installé en bord de Vilaine, Roger Beudet entretient un vivarium et une collection de serpents, grenouilles ou bien encore de tritons. Pas d’exotisme, ni de spectaculaire : il ne s’intéresse qu’à la faune locale et du grand ouest en général. Une démarche pédagogique pour mieux connaître une faune ignorée.

Comme le garde-barrière devant sa voie de chemin de fer, Roger Beudet veille sur la Vilaine qui coule aux pieds de Langon. Sa maison, juste à l’entrée du pont de Beslé, est à la frontière avec la Loire-Atlantique. Naturaliste, il y a installé depuis cinq ans son vivarium et sa collection de serpents, reptiles et batraciens.

01.jpg « Observez la nature sous vos pieds »

« J’étais un enfant curieux de tout, je ramassais tout. Un jour, j’ai vu un serpent. Je l’ai pris, je me suis fait mordre. De retour chez moi, j’ai ouvert un livre et j’ai découvert que c’était une couleuvre », explique tout simplement Roger Beudet. Chez lui, on lui avait appris à ne pas avoir peur sans connaître. Dès cette époque, le virus l’a piqué : il a commencé sa collection d’animaux. « J’ai débuté avec des mouches. Évidemment, on bifurque un jour vers autre chose. »

Cette autre chose, il ne va pas la trouver bien loin. En se promenant dans la campagne, il va s’adonner à la recherche des serpents, grenouilles et autres tritons qui peuplent nos campagnes. « Je ne fais pas dans l’exotisme, ni dans le spectaculaire. Uniquement la faune indigène du grand Ouest. Très souvent, les gens ne connaissent pas les animaux qui vivent près d’eux, constate Roger Beudet. Tout le monde connaît la vipère aspic. Mais la vipère péliade, quant à elle, n’évoque pas grand-chose. Pourtant, c’est typiquement le serpent venimeux du pays de Redon. Mon projet s’inscrit dans une démarche pédagogique. Je vante ce que nous avons sous les pieds ! »

Et ce qui n’était au départ qu’une passion est devenu sa profession. « Même si je n’en vis pas encore. » Pour avoir le droit de disposer d’une telle collection privée, Roger Beudet est titulaire d’un certificat de capacité. « J’ai l’autorisation d’accueillir toutes les espèces de l’Europe occidentale. »

renardeau.jpg Vulgariser la connaissance.

Avant son installation à Langon, il vivait à Nantes. Son vivarium était ouvert au public. « Je suis autodidacte, je n’ai pas fait d’études. Mais j’ai eu la chance de rencontrer l’universitaire André Lecquet. Ma démarche l’a intéressé. Son appui et celui de Mlle Fadat, inspecteur vétérinaire en Loire-Atlantique, ont été déterminants à l’époque. »

Roger Beudet ne se présente pas comme un spécialiste. Son leitmotiv est celui de l’information et de la vulgarisation. Alors pour apprendre, après avoir soigné tout son petit monde reptilien, il arpente les chemins, observe les mares, cartographie, recense les populations et recherche des larves et des insectes pour ses pensionnaires. « Il faut rester humble. On a beau apprendre la nature, on ne saura jamais tout. Mais on peut naître avec des prédispositions, avoir la fibre pour ça. Je ne suis rien d’autre qu’un fermier de la faune sauvage. »

Je garde des souvenirs merveilleux de balades dans les bois à la tombé de la nuit en quête de crapauds, engoulevents, renards… et de chasse à la sauterelle ÉNORME ! beurk ! pour nourrir les autres animaux.

na12_2436159_1_px_470_.jpg J’ai trouvé ce bel hommage que lui rend le photographe animalier Philippe Jarno.

Philippe Jarno, la passion nature à l’état pur

Le Chapelain Philippe Jarno, professeur d’éducation physique à l’Institut Moissons-Nouvelles de Treillières, sera parmi les artistes régionaux qui exposeront à Capellia, du 25 au 27 avril, dans le cadre du festival « Art et Nature ».

« Tout jeune, j’étais intéressé par la nature. Mais plutôt en consommateur de films TV, de livres… sur l’Afrique, confie-t-il. C’est dans le cadre de mon travail avec les enfants que j’ai rencontré un herpétologue passionné, Roger Beudet. Avec lui, j’ai pris conscience que la nature était belle à ma porte et qu’il suffisait de l’observer. »

Une vocation était née. « Je me suis d’abord consacré aux reptiles et à la vidéo. Aujourd’hui, je pratique surtout la photographie et l’ornithologie. » Alors régulièrement, au petit matin ou au coucher du soleil, par toutes saisons, Philippe se glisse dans l’Erdre avec son affût flottant fabriqué maison, pour de longues heures de chasse photographique.

« J’ai besoin d’être ainsi en pleine nature. Je ne sais pas comment l’expliquer. C’est vital ! » Il aime ensuite partager ses découvertes avec le public, exposer ses superbes clichés… Depuis trois ans, il anime une activité nature à l’institut Moissons-Nouvelles.

« Ma démarche n’est pas militante, explique l’artiste. Mais si, à mon tour, je peux donner l’envie aux gens de découvrir la nature – pour qu’après la prise de conscience se fasse d’elle-même – et si mes photos peuvent y contribuer, alors j’aurai apporté ma petite contribution. »

Il y a aussi les émotions qu’on ne peut pas totalement partager. « Un tête à tête avec un jeune blaireau, une couleuvre venue se lover sous votre poitrine, un héron crabier surgi de nulle part : ce sont des cadeaux magiques ! »

Philippe Jarno met régulièrement à l’eau son affût flottant pour de longues heures de traque photographique.

asso-7_02.jpg

Rendez-vous sur son le site de son association REPT pour découvrir l’endroit qui fait aussi chambres et tables d’hôtes ainsi que toutes les prestations liées à la nature.

Et pour finir, un article de l’Association Rept, sur les reptiles !

Coul_a_collier_asso_rept.jpg Esculape, dieu romain de la médecine.

Les couleuvres atteignent leur maturité sexuelle, donc la possibilité de se reproduire qu’aux alentours de leur 5ème année de vie. A la naissance, l’été, les serpenteaux mesurent environ 20 cm, pour atteindre, une fois adultes entre 80 et 180 cm.

Sur notre commune, nous bénéficions de la présence de deux espèces d’ophidiens tout à fait PACIFIQUES et INOFFENSIVES:

La couleuvre à collier, avec barrettes ou collier blanc, jaune ou/et noir,

coul_esculape.jpg couleuvre à collier, la couleuvre d’esculape, qui, au péril de sa vie, aime la présence humaine.

Couleuvres d’Esculape : Cette superbe couleuvre à la livrée tachetée de minuscules paillettes bleutées et, au dessous jaune/vert, fut dans l’antiquité et encore de nos jours dans la région romaine, vénérée. Son symbole illustre depuis, le caducée de la médecine. A maintes reprises, quelques enfants de la commune ont pu constater avec émerveillement, leur quiétude.

coul_vip_Asso_rept.jpg

QUIZZ : Sur cette photo, est-ce une vipère ou une couleuvre ?

Couleuvre vipérine : Il s’agit d’une couleuvre vipérine, surnommée l’aspic d’eau, ne sachant absolument pas mordre, même si en cas de danger, elle prend des postures d’intimidation. Sa seule défense réside dans sa ressemblance chromatique avec la vipère.

La crainte est un phénomène naturel, mais « lorsqu’on sait, on ne peut plus faire comme si on ignorait ».

A noter : Centre de soins de la faune sauvage : 02.40.68.77.76

Association REPT – 02.40.77.42.77.
Rappel : La loi du 10 juillet 1976, renforcée en 1995, les protège (tout contrevenant s’expose à une amende allant de 91 à 915 euros).

anti

10 Replies to “Roger Beudet”

  1. anti

    La peur, voire la haine, de l’autre est tellement souvent basée sur sa méconnaissance. D’ailleurs c’est très bien dit « La crainte est un phénomène naturel, mais « lorsqu’on sait, on ne peut plus faire comme si on ignorait ». »

    Oui, mais dans ce qu’il exprime bien aussi, c’est que parfois, cette peur est justifiée. Quand on connait on sait si on a des raisons réelles de craindre quelque chose ou pas, il ne dit pas que la peur n’a jamais lieu d’être.

    « Les enfants ont dû adorer la balade et les découvertes »
    Si c’est comme les miens, je pense que oui !

    « Je garde des souvenirs émerveillés de virées à l’aube avec un instituteur jurassien qui nous emmenait les samedi matins assister au passage des palombes et autres migrateurs au pied du Salève. »

    Très chouette instituteur que tu as eu là ! Ce matin, avec Dorian on admirait 3 chrysalides de papillons dévoreurs de palmier… vides… Palomaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!!!!!!!!!

    « Incroyable que de belles âmes comme la sienne connaissent tellement de déboires, de difficultés, d’hostilités de la part des autres habitants (humains). »

    C’est souvent le cas. J’aime bien cette citation de Woody Allen “Les méchants ont sans doute compris quelque chose que les bons ignorent”, reprise par Pennac.

    « Un étranger de plus dis-tu Anti »

    Euh… non, je dis « c’est un étranger et en plus, un étranger qui défend les vipères » pas un étranger de plus !

    Avec lui, une anecdote marrante :

    « Tu connaissais le vivier à Ste Anne Sur Vilaine ? »

    Moi : Oui ! Bien sûr ! Je viens de là-bas.

    « Y’a un con au conseil municipal qui a décidé de le boucher »

    Moi : Oui, je sais, le con en question, c’est mon père…

    Mdrrrrrrrr ! Il faut dire qu’il était à l’aménagement du territoire alors bon, il a aménagé le terrain du lotissement. Pour sa défense, j’ajouterai qu’il a fait recréer un étang, plus vaste, de l’autre côté de la route, juste en face, pour que la vie reprenne ses droits.

    anti

  2. anti

    Ca me rappelle un excellent épisode de la 4e dimension dans lequel, un couple de retraités décidaient de s’installer dans la charmante bourgade où ils avaient leur résidence secondaire. De sympathiques pendant les vacances, les habitants devenaient odieux puis carrément hostiles au fur et à mesure que le temps passait…

    Mais c’est tout à fait vrai ce que tu racontes. Si t’es pas du coin, t’es un étranger. Et inversement, si tu es la fille ou le fils de monsieur X ou Y, tu bénéficies d’une aura particulière toute ta vie…

    anti

  3. Anna Galore

    Ca y est, j’ai tout lu. Quel régal ! Ce Roger est un homme remarquable et précieux.

    J’ai une réelle sympathie pour les serpents qui sont présentés dans toutes les traditions les plus anciennes comme symbolisant des choses très positives (j’en parle dans plusieurs de mes livres). La seule exception notable est dans la Genèse, où le Serpent est très dangereux, puisqu’il est l’apparence choisie par Samaël (l’ange déchu qui sera ensuite nommé Satan, l’Adversaire) pour tenter Eve et la séduire.

    Et pourtant, cet ange est aussi surnommé Lucifer, ce qui veut dire en latin « celui qui apporte la Lumière » ! Voilà qui est directement dans la même lignée que le plus familier des symboles basés sur le serpent : le caducée, le serpent étant perçu comme étant le détenteur de la Connaissance. Un autre type de caducée existe, sous une forme et une signification différentes, à l’Assemblée Nationale, les serpents étant réputés être bavards chez les Grecs de l’Antiquité. En Afrique, ils représentent l’immortalité (à cause de la mue). Dans les grandes civilisations d’Amérqiue centrale et du sud, le dieu le plus célèbre est Quetzalcoatl, le serpent à plume.

    Sur l’aspect symbolique du serpent, voir http://www.annagaloreleblog.com/archive/2008/02/29/le-serpent-l-oiseau-et-l-animal-cornu.html

  4. ramses

    Miss,

    Je me souviendrai toute ma vie d’un prof de maths en Suisse qui avait emmené notre classe faire une excursion au-dessus de 2.000 mètres… Nous devions avoir 15 ans… Expérience inoubliable, bien qu’assez épuisante… Quelqu’un a écrit : « les souffrances que tu as endurées dans la plaine te révèleront la beauté des sommets »… C’est depuis ce jour que je me suis passionné pour les randonnées en montagne, la plus difficile ayant été l’ascension des Diablerets (+ de 3.000 avec traversée d’un glacier, en cordée/crampons). Aujourd’hui, un téléférique mène au sommet !

    Anti,

    Le jour où on apprendra aux enfants dès la maternelle à aimer l' »étranger », un grand pas aura été franchi. Aujourd’hui, on est toujours l' »étranger » de quelqu’un…

  5. anti

    Je ne partage pas ton opinion sur l’école Ramses. Je l’ai considérée pour l’expérience que j’en ai eue et ce que j’ai pu voir avec mes enfants comme étant le lieu par excellence de la rencontre avec l’autre humain, animal, végétal. Le lieu de l’apprentissage de la différence qu’on trouve d’ailleurs dans les programmes et qui s’appelle « Vivre ensemble ».

    C’est à l’école qu’on découvre d’autres enfants, d’autres adultes, des règles et des coutumes différentes. Des blancs, des noirs, des jaunes, des personnes de différents horizons et bien souvent, les professeurs des écoles sont des êtres formidables qui se décarcassent avec plaisir pour ouvrir les enfants sur le monde.

    anti

  6. Anna Galore

    J’ai le même vécu qu’Anti, aussi bien lorsque j’étais élève que quand mes quatre enfants s’y sont succédés.

    Merci à l’école qui s’appuie sur la devise de notre république : « Liberté, égalité, fraternité ».

  7. gourde

    c est avec beaucoup de plaisir que nous suivons ton actualite, ta passion est devenue ton metier et nous sommes tres heureux pour toi. nous te souhaitons bonne chance et peut etre nous reverrons nous un jour dominique gourde

  8. anti

    Bonsoir Dominique et merci pour votre sympathique commentaire à l’intention de Roger Beudet. Nous ne sommes pas en contact direct avec lui, peut-être devriez-vous tenter de lui envoyer un message directement ? En attendant, votre passage m’aura permis de relire cet article avec plaisir et de le compléter avec les dernières actualités de Roger, lues sur Ouest-France :

    Troisième sortie nocturne pour Rept 44 – Langon

    mercredi 12 octobre 2011 Roger Beudet, naturaliste, et les membres de Rept 44 en sortie.

    Les membres de l’association Rept 44, guidés par le naturaliste Roger Beudet, se sont rendus la semaine dernière sur l’une des zones humides répertoriées par Roger Beudet afin de suivre l’évolution des différentes populations aquatiques. Et plus particulièrement des amphibiens. Il s’agissait, pour cette troisième sortie depuis la rentrée, d’examiner les tritons d’un point d’eau sur la commune de Maure-de-Bretagne.

    Température extérieure : 16 °C. Température de l’eau : 18 °C. Éclairé de la lampe d’un jeune amateur, Jean-François plonge l’épuisette dans l’eau. Au rendez-vous ce soir-là, trois tritons alpestres, reconnaissables à la couleur bleuté de leur dos et orange vif de leur ventre.

    À l’aide d’une loupe et d’une pince, Roger montre les étonnantes mandibules de l’insecte, transparentes et très longues une fois dépliées. « La présence de ces trois tritons mâles dans l’eau est surprenante à cette époque. Elle est probablement liée à la chaleur de ces derniers jours », commente Roger.

    Une fois la fiche d’observation remplie, le groupe prend le chemin du retour sous un ciel lumineux éclairé par la seule lune.

    Contact : 02 99 08 62 07.
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Troisieme-sortie-nocturne-pour-Rept-44-_35145-avd-20111012-61456395_actuLocale.Htm

    Jaune ou orange, les salamandres sont très belles – Langon

    mercredi 02 novembre 2011 Élise tient la salamandre dans ses mains. Pas de danger : le venin dont dispose l’animal sur son corps pour se défendre n’est toxique… que si l’on croque l’animal !

    « Elle était là sur le chemin en rentrant. Ma fille m’a fait remarquer qu’elle n’était pas jaune mais orange. Je n’en avais jamais vu de cette couleur. J’ai arrêté la voiture pour la récupérer et la présenter à Roger Beudet, le naturaliste de Langon », raconte Gilles, lors de la réunion hebdomadaire de l’association le Rept. Élise, qui a remarqué l’animal sur la route, a 13 ans. Plus tard, elle veut être erpétologue. Elle en connaît déjà tout un rayon sur ces petites bêtes qui la passionnent. Ce soir-là, surprise pour tous les amateurs présents. Elle sort la salamandre de sa boîte et la tient avec assurance dans ses mains.

    « Cette salamandre orange est un très beau spécimen, devenue très rare ces dernières décennies sans qu’on sache vraiment pourquoi, indique Roger Beudet. Aujourd’hui, on observe surtout les salamandres jaune et noir dans les milieux humides et les sous-bois. Lorsqu’il pleut, elles sortent plus facilement, d’autant que c’est la période de reproduction. »

    Autre surprise ce soir-là, la présentation du film monté à partir des différentes sorties de l’association. Des images stupéfiantes sur le monde aquatique, mais aussi consternantes sur la disparition brutale de certains écosystèmes du fait de leur méconnaissance. La beauté est pourtant bien près de chez nous pour qui veut bien prendre le temps de chercher, observer et apprendre à connaître.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Jaune-ou-orange-les-salamandres-sont-tres-belles-_35145-avd-20111102-61591596_actuLocale.Htm

    Visite au jardin des reptiles, à l’occasion des portes ouvertes – Langon

    vendredi 01 juillet 2011 Roger Beudet de l’association Rept 44 fait découvrir le jardin de la maison du naturaliste et ses habitants extraordinaires.

    Reportage

    Un jardin d’Eden pour les serpents ? À l’occasion des portes ouvertes, samedi, de l’association Rept 44, Roger Beudet, naturaliste passionné par les reptiles, fait le tour de son jardin de la Maison du naturaliste avec le public. Les gens contournent des îlots où la végétation est conservée haute, les yeux rivés au sol.

    Roger entretient ces îlots tout spécialement pour ses pensionnaires très spéciaux. « Là où nous marchons l’herbe est rase. Vous ne trouverez aucun serpent ou autres reptiles. Ce sont des animaux peureux, qui se mettent à l’abri dans la végétation haute », précise Roger, qui soulève en même temps le coin d’une bâche. Une magnifique couleuvre d’Esculape se laisse contempler quelques secondes avant de disparaître dans l’herbe… Tout juste le temps d’apercevoir sa belle couleur verte et jaune.

    Une sensibilisation à la faune locale

    « Les serpents ne sont pas dangereux. Si on connaît leurs habitudes et leur lieu de vie, on peut passer à côté d’eux sans danger. » Voilà pourquoi Roger aménage des espaces autour des massifs ou des arbres, laissant pierres, compost ou amas de petit bois. Pas de danger que les petites bêtes s’enfuient, elles sont trop bien blotties dans leur abri.

    Quatre fois par jour, Roger fait le tour de son jardin pour noter les variations du milieu et l’apparition de nouvelles espèces, ou simplement contrôler les activités de ses pensionnaires. Une halte devant le compost pour observer des « petites bêtes » à l’oeuvre, et la troupe d’amateurs est invitée ensuite à se promener le long du halage, sur les bords de la Vilaine.

    Une zone a été aménagée le long du mur de la propriété de façon à observer de nouveau l’installation des reptiles. « J’ai reculé ici la zone d’ensoleillement en coupant l’herbe rase, mais en laissant le roncier se développer le long du mur. Ainsi, petits rongeurs et oiseaux peuvent venir s’y nicher, et les conditions deviennent alors idéales pour le serpent qui trouve là gîte et couvert. J’espère pouvoir mettre en place un partenariat avec l’IAV (Institut agronomique et vétérinaire) pour réaliser un travail pédagogique à ce niveau. »

    Au retour d’une deuxième sortie nature, le public a découvert une exposition d’aquarelles, photos et objets d’art, ainsi qu’un diaporama surprenant sur les grenouilles et tritons observés dans leur milieu en sursis. Une journée où le respect de l’environnement et de tous ses habitants prend du sens, une journée convaincante sur tout l’intérêt que l’on doit porter à la faune sauvage locale et à la préservation des milieux humides.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Visite-au-jardin-des-reptiles-a-l-occasion-des-portes-ouvertes-_35145-avd-20110701-60812986_actuLocale.Htm

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.