Le Manoir de la Chaussée

010109_0615_0007_nsls.jpg

Alan Mason, c’est le « Nicolas le jardinier » anglais. Il a débuté sa carrière comme Chef Jardinier chez Mr et Mme George Lane Fox à Bramham Park un des meilleurs exemples de jardin de style français en Angleterre.

Puis, il passa neuf ans comme Directeur des jardins chez le Comte et la Comtesse de Harewood, au château de Harewood près de la ville de Leeds. Grace à son travail d’amélioration et de rajeunissement, ces jardins sont aujourd’hui parmi les dix jardins les plus visités d’Angleterre.

En 1988, il fit l’acquisition d’un manoir du XIV siècle avec un jardin de 85OOm2 composé de ruisseau et de bois. Et alors me direz-vous ? Ben, le dit Manoir est situé à Port De Roche près de Langon, en Bretagne, à 3 kilomètres de chez mes parents, et précisément sur la route qui menait chez ma copine anglaise ! Ce manoir est vite devenu l’endroit de nos folles soirées avec la communauté anglaise du coin, c’est-à-dire Jos, sa soeur et les étudiants paysagistes !

Alan y créa un modèle de Jardin Anglais, utilisant le meilleur savoir faire de l’horticulture anglaise pour y réaliser un exemple de Jardin Anglais en Europe.

Cette création fut le sujet de deux programmes de télévision dans le Yorkshire et sur Channel 4, ‘Le Manoir’ qui reçut un taux d’audience exceptionnelle. Ce jardin a également été classé dans le ’top’ des 200 jardins français (Source)

Mais il ressemble à quoi alors ce Manoir ? Hop ! Un article de Hortiauray.com en images :

Langon1-4cf7f.jpg langon9-6a812.jpg pelouse et massifs de vivaces. Très anglais…

Autour d’un superbe manoir, un jardin très anglais. Dès l’entrée, on n’est pas étonnés d’apprendre que le jardin a été créé (dans les années 80) par… des Anglais.

Petite déception : les nouveaux propriétaires – anglais – découvrent leur nouvelle propriété et ne sont pas encore très familiers avec le jardin et ses plantes. Nous n’aurons donc pas de visite guidée.

langon6-2cec4.jpg

En se rapprochant du manoir, on entre dans la roseraie où beaucoup de rosiers sont des ’David Austin’.

langon3-c264d.jpg
Un rosier ’David Austin’ très certainement ’William Shakespeare’

langon2-74603.jpg
des roses, mais aussi…

langon8-2d8f6.jpg

des vivaces, des annuelles pour les accompagner. Le chic anglais !

langon12-fc7fd.jpg

On quitte la roseraie et le manoir…

langon11-94e46.jpglangon10-a3992.jpg
… pour entrer dans le jardin boisé où l’eau est très présente avec ses plans d’eaux et ruisseaux. On était dans un jardin très travaillé et raffiné et l’on se retrouve dans un lieu apparemment sauvage mais en fait très étudié avec des arbres et arbustes de collection.

langon13-64ba8.jpglangon14-42f30.jpg
et l’on revient vers le manoir en passant près du plan d’eau.

Le Manoir de la Chaussée,
Port de Roche,
35660 Langon.
tél. 02.99.08.64.41

Histoire du lieu

Ca, c’était pour la partie promenade, maintenant passons à la partie historique de cet endroit, partie que je redécouvre ma foi.

Daté du XVe siècle, ce manoir qui tient son nom de la voie romaine toute proche, possède une tourelle, des ouvertures en arc brisé et une fuie (sorte de petit colombier). Il possède également, à droite de la grille d’entrée, une petite tour appelée « la Chapelle », qui a servi d’oratoire au temps de la famille Moquet.

Au début du XXe siècle, le Manoir a été un centre actif de la résistance durant l’Occupation et, dès 1940, est devenu un lieu d’asile pour les aviateurs et parachutistes français et alliés. Véritable plaque tournante, de là partiront nombre de renseignements pour Londres.

D’abord, accueillant les réfugiés Belges et du Nord de la France chassés par l’avancée allemande, le Manoir reçoit ensuite les soldats marocains, algériens et alsaciens évadés des premiers camps de prisonniers établis en France. Bientôt, mademoiselle Moquet se retrouve engagée dans un réseau de résistance sous le pseudonyme de Anne-Marie Kerambrun. Elle s’occupe en même temps du maquis qui s’est crée dans la région.

En 1943, l’un de ses frères, Auguste Moquet, lui fait conduire un aviateur américain, Georges H. Cloudmean de Bilig (Montana), pilote de chasse abattu près de Questemberg. Elle l’héberge dans un premier temps puis réussi à lui faire regagner l’Angleterre via l’Espagne.

Peu après, arrivent deux autres aviateurs qu’elle fera repartir sur Tours. En septembre de la même année, une forteresse volante B 17 est abattue à Sainte-Anne S/ Vilaine. La plupart de l’équipage est tué, mais deux américains survivent. C’est ainsi que l’histoire de mon village est liée à un Indien Navajo Samuel Blatchford (Noswoos Manuelits Beastiligar), soldat indien le plus décoré des Etats-Unis. Parti de Nantes vers Paris, il sera arrêté à Pantin. Torturé, il ne livrera aucun nom. Après la guerre, il restera en contact avec Madame Moquet jusqu’à sa mort en 2005. (Sur les aviateurs américains lire cet article)

Marie Moquet viendra aussi en aide aux parachutistes anglais et canadiens. Au péril de sa vie, elle permis à un nombre impressionnant combattants de rejoindre leurs bases respectives. Sa force tranquille, son courage à l’arrivée des Américains sauvèrent la vie à cette figure emblématique de la Résistance française lors du massacre de Port-de-Roche.

Son courage et son mérite furent honorés par la croix de guerre, la croix du combattant volontaire de la Résistance française et la « Medal of Freedom » décernée par le Général Eisenhower.

625096417.jpgLe massacre de Port-de-Roche, Manoir de la Chaussée.

Août 44. C’est la libération de Langon. La résistance ne sabote plus, au contraire, elle doit maintenant protéger les voies de communication que les Allemands sabotaient à leur tour.

A Port de Roche, le pont est stratégique et surveillé de près. Deux soldats se présentent au pont et interpellent les gardiens en français : « Une colonne alliée nous suit à quelque km, continuez bien à garder le pont et portez bien vos brassards en évidence pour éviter toute confusion, y’a encore beaucoup d’Allemands dans le secteur ».

Vu leur accent, ils devaient être canadiens.

Nous redoublâmes de vigilance et c’est avec une réelle satisfaction qu’une demi-heure plus tard, nous vîmes arriver une colonne de chars. Pour nous, il ne faisait aucun doute qu’il devait s’agir du détachement annoncé, d’autant que le premier char arborait deux drapeaux français. La pénombre ne nous permis pas de distinguer les uniformes.

Nous saluâmes le blindé et emboitâmes le pas. A la sortie du pont, j’aperçus une croix de fer sur le côté du troisième char. Je le fis remarquer à Jules Lefrêche qui me répondit : « Ca doit être une prise de guerre, les Américains l’ont mise dans le convoi ».

Les premiers chars passés, c’est alors que nous nous rendîmes compte de notre méprise : Il s’agissait d’un détachement Allemand qui, une fois certain que les maquisards n’avaient pas miné le pont, passa à l’attaque.

697128308.jpg Les Allemands arrêtèrent 6 FTP et les fusillèrent devant le Manoir. Marie Moquet, son frère Xavier et leur père malade âgé de 77 ans furent également placés contre le mur pour être fusillés. Ils ont dû leur salut à l’intervention de Xavier qui parlait quelques mots d’Allemand et réussit à parlementer avec eux, ainsi qu’au courage de Marie.

Ayant fouillé le Manoir et trouvé un fusil sous le lit de Célestin Poulain qui se faisait passer pour le jardinier de la maison, ils l’obligèrent à transporter les corps de ses camarades dans sa charrette jusqu’au cimetière, lui firent creuser sa propre tombe et le fusillèrent dans le potager du jardin de la Chaussée, en contrebas de la route. (Source : Langon au fil du Temps, Jacques Gervis).

anti

9 Replies to “Le Manoir de la Chaussée”

  1. Anna Galore

    Passionnant !!! Aussi bien les parties horticoles qu’historique ! Il faut absolument que tu m’emmènes là-bas la prochaine fois qu’on ira dans la région si le temps le permet (dans les deux sens du mot « temps » !)

  2. ramses

    Merci Anti, très belle note, magnifiques photos du parc et émotion à l’évocation de ces résistants, qui ont combattu dans l’ombre au péril de leur vie.

  3. anti

    Je suis très contente de cette note aussi qui m’a permis de retourner sur les sentiers de mon enfance. J’ai appris quantité de choses. Une anecdote amusante, le lien vers lequel je renvoie concernant les aviateurs, je pense que l’un des commentaires a été écrit par le papa de mon ami Audren. Le monde est petit !

    anti

  4. sylvia

    Ah les étudiants paysagistes… Pour le commentaire, je confirme, c’est bien le papa d’ Audren.

  5. sylvia

    Quand je pense à tous ces moments qu’on a passés dans ce manoir, sans savoir tout cela. Par contre, je ne sais pas pour toi Anti, mais je trouvais l’ atmosphère très particulière. J’avais très souvent l’impression d’être observée… C’est bien possible que depuis le XVe siècle quelques fantômes aient élu domicile. Houuuuuuuuu

  6. anti

    Ambiance particulière tu parles ! Je me souviens de visionnages de films d’horreur avec les chauves-souris qui passaient tranquilles dans le salon au-dessus de nos têtes ! Sinon, je ne sais plus trop à vrai dire. Je garde plutôt un souvenir de sérénité, de contact très fort avec la nature notamment avec Mark, celui qui parlait aux oiseaux.

    anti

  7. Mario Bédard

    Wow, je suis canadien, j’aimerais bien aller le visiter un jour, de plus ce manoir a appartenu à un de mes ancêtres, Olivier Morel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *