Manitas de Plata, rencontre aux Saintes-Maries

Hier, nous avons croisé aux Saintes Maries le plus célèbre guitariste gitan vivant, Manitas de Plata (petites mains d’argent). L’occasion de lui décerner un coup de coeur ici.

Il est né à Sète, dans une caravane. Il aura 88 ans le 7 août prochain.

Il vit à la Grande Motte et vient jouer tous les ans aux Saintes-Maries lors du pèlerinage des Roms. En admiration totale pour Django Reinhardt, l’autre immense guitariste Rom, il attendra dix ans après sa mort pour se décider à jouer en public et connaître un succès immédiat. Son premier disque a été enregistré à Arles. Depuis, il a joué dans de multiples pays et vendu plus de 93 millions d’albums.

Ami du photographe Lucien Clergue (autre natif et amoureux de la région), il est resté toute sa vie illettré et, comme la plupart des musiciens non classiques, il joue entièrement à l’oreille, ignorant tout du solfège – ce qui ne veut pas dire de l’harmonie et des rythmes !

Le voici l’an dernier à la Grande Motte, lors d’une représentation donnée pour ses 87 ans (vidéo amateur mais c’est un document rare).

L’article de Wiki qui lui est consacré : Manitas de Plata

Découvrez « Les Voyageurs au Sang d’Or« , un roman de Kathy Dauthuille plébiscité par Manitas de Plata, aux Éditions du Puits de Roulle.

Manitas voyageurs.jpg

12 Replies to “Manitas de Plata, rencontre aux Saintes-Maries”

  1. sapotille Post author

    Pendant toute mon enfance et mon adolescence; les doigts de cet immense artiste (via le premier vinyle que j’ai pu m’acheter) ont rythmé mes heures, j’aimais le mélange des sons du dehors, des cris d’acclamation à Santa Maria et les bruits du rivage également, mêlés à l’égrènement fluide ou saccadé, des notes, aux voix plus vivantes que belles, aux torrents de battements, claquements, touchers denses et légers à la fois, solides et secs comme les roches battues de soleil, cristallins comme un coeur amoureux.
    Je me sentais aors liée aux coeurs que l’on sentait battre, à cette immense famille sans frontières mais non point sans origines…
    Ce sentiment perdure toujours, et cela me touche encore plus quand je le sens partagé.

  2. sapotille Post author

    « des cris d’acclamation à Santa Maria  » euh… à « Sarah la nera.. » évidemment.. mais vous aviez corrigé de vous même..
    sapola hoooooonte ;-))

  3. ramses Post author

    Superbes photos de Manitas de Plata, dont la chevelure se confond avec la crinière des chevaux. Il a l’ai encore très en forme, malgré son âge.

    Sapotille, je possède un seul 33 tours de lui, « Manitas de Plata et ses guitares gitanes » (1972), où il chante. Peut-être connais-tu ce disque ? Je me souviens qu’il créait une ambiance survoltée lors de réunions amicales ! Je vais me le repasser tranquillement demain !

  4. Kathy Dauthuille Post author

    Quelle belle photo ! Ca me fait plaisir de le revoir, c’est émouvant, ça remue des souvenirs…..
    ….. ces souvenirs, je me permets de les évoquer en mettant le lien : Sangdor

    SangDorLes voyageurs au sang d’or roman de KathyAsad-Dauthuile dédié au guitariste gitan. Manitas de Plata. Editions de l’Houtland Michel Loosen …
    pagesperso-orange.fr/balval/SangDor/SangDor.htm

    car l’hommage que je lui ai rendu est toujours vivant.

  5. anti Post author

    Ben justement madame Kathy, à ce sujet il faut qu’on se voit et vite ! Et pas qu’à ce sujet !

    A très bientôt !

    anti

  6. Stan Post author

    Une rencontre enflammée et chaleureuse, on en redemande. Chapeau bas l’artiste pour cette rencontre inoubliable, ce moment intense, l’harmonie des cordes résonne encore dans mon corps en une vibrante émotion.
    Félicitation aussi pour votre site et ses articles intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.