Qui sont les vrais porcs ?

La grippe A (le virus H1N1) provient-elle d’un élevage industriel, d’où sortent 950 000 cochons par an ? C’est ce que pense un blogueur habitant à La Gloria, à quelques kilomètres de là. Il s’appelle César Augusto Vazquez Chagoya et son blog est ici : Enlace Veracruz 212. Il s’est introduit dans l’usine en question et en a ramené les photos qui figurent ici.

120866269.jpgIl est, bien entendu, tout à fait possible que la grippe porcine n’ait aucun lien avec cet élevage mais ce qui s’y passe est tellement effarant que j’ai voulu en faire état ici. J’ignore si ces gens-là sont à l’origine d’une épidémie mais une chose est sûre : ils sont sans aucun doute coupables de crimes contre la Terre.

La traduction de l’essentiel de l’article de Cesar Chavez a été publiée par Les Observateurs. La voici.

La grippe A (H1N1), appelée aussi grippe porcine, est toujours un mystère pour les scientifiques. Et l’origine du nouveau virus, qui semble être un savant mélange de virus aviaire, porcin et humain, reste, pour l’heure, inconnue.

Plusieurs hypothèses sont avancées quant à l’épicentre de l’épidémie. L’une d’entre elles pointe le petit village de La Gloria, où le premier cas de contamination par la grippe A (H1N1) a été identifié. C’était il y a un mois et le malade, Edgar Hernandez, aujourd’hui rétabli, a 5 ans. Peu après lui, 800 habitants de ce village ont été victimes des mêmes symptômes. Or ce village n’est qu’à quelques kilomètres de « Granjas Carroll » , une gigantesque usine d’élevage de porcs, premier fournisseur des Etats-Unis, dont la multinationale Smithfield Foods détient la majorité des parts.

Depuis plus de cinq ans, les habitants se plaignent de la pollution provenant de l’usine. Aujourd’hui, ils font le lien entre l’insalubrité de la zone de la ferme et l’origine de la grippe A (H1N1). Sachant qu’environ la moitié d’entre eux travaillent à Mexico pendant la semaine, cette hypothèse expliquerait la propagation du virus à la capitale. Toutefois, l’entreprise Smithfield récuse catégoriquement cette version des faits, arguant qu’aucun porc n’a été diagnostiqué malade de la mystérieuse grippe, et que par conséquent aucune contamination n’aurait pu provenir de ses animaux.

Des porcs nourris de force et buvant dans une eau qui contient leur sang et leurs excréments

« L’usine américaine est installée dans la vallée de Perote depuis 1994. Un peu moins de dix ans après sa construction, les habitants des environs de ‘Granjas Carroll’ ont appris qu’en Virginie, état d’origine de la compagnie, celle-ci avait été impliquée dans une grosse affaire de pollution qu’elle avait tenté de couvrir lors du procès.

Les locaux ont alors commencé à s’interroger sur les liens éventuels entre l’installation de l’usine et la contamination des sources d’eau des alentours, ainsi que la recrudescence des maladies dans cette zone de 30 000 personnes. Malgré les protestations et le soutien de groupes de défense des droits de l’Homme, rien n’a été fait. D’autant que la compagnie s’était assurée la protection des autorités fédérales et régionales. Celles-ci assuraient que l’usine était tellement avancée d’un point de vue technologique qu’il n’y avait aucun risque de contamination dans cette zone. Ce qu’ils ont oublié de dire, c’est que les porcs étaient malsains, et ceci parce qu’ils étaient surnourris de force et obligés à boire dans une source où se retrouvaient leur sang et leurs propres excréments. »

454370884.jpg1677259900.jpg

Les étangs où sont acheminés les excréments et le sang                                                   Un cochon mort pourrit sur la berge

2059734534.jpg

Des cadavres de cochons abandonnés à l’extérieur.

1458514849.jpg

Le biodigesteur.

Selon l’entreprise, cette installation produit de l’énergie et de l’engrais au moyen de déchets provenant de l’élevage intensif du bétail. Au-dessus, les carcasses de porcs entassées dans le compartiment.

En-dessous, le liquide, après décomposition, qui servira à produire de l’électricité.

386035153.jpg

Des tonneaux infestés de microbes.

Sur l’agrandissement, on voit que le tonneau est recouvert de mouches.

14 Replies to “Qui sont les vrais porcs ?”

  1. ramses Post author

    Absolument révoltant… Je reste persuadé que ces épidémies, aviaire puis porcine, sont dûes à un manque d’hygiène. Les photos sont éloquentes…

    Par ailleurs, je suis révolté par la mesure prise par l’Egypte d’éradiquer les 250.000 porcs du pays, alors qu’aucun cas de H1N1 n’est détecté au Moyen-Orient (excepté un cas en Israël, qui revenait du Mexique). En fait, c’est une mesure prise à l’encontre des chrétiens, qui mangent du porc, interdit par l’islam… Le « dédommagement » prévu est de 100 livres (15€) pour les mâles et 300 livres (45€) pour les truies. La vente de charcuterie en Egypte est très réglementée, seules quelques échopes tenues par des coptes en vendent. Ce sont donc quelques milliers d’emplois qui disparaîtront par la même occasion. En fait, les chrétiens d’Orient n’auront bientôt que deux alternatives : se convertir, ou fuir en Occident…

  2. Anna Galore Post author

    Ramses, je suis totalement d’accord avec toi par rapport à ce qui se passe en Egypte. J’ai failli faire un article là dessus il y a quelques jours mais pas eu le temps. Scandaleux à tous points de vue.

  3. ramses Post author

    Une autre mesure ridicule est l’atterrissage à Orly, dans une zône spéciale, des avions en provenance du Mexique… Il faut en effet savoir que la plupart des voyageurs revenant du Mexique en France ne volent par sur AeroMexico, mais sur Continental Airlines, qui fait escale à Houston… Je serais surpris que nous infligions cette mesure aux Compagnies américaines !

    Enfin, d’une manière plus générale, c’est beaucoup de bruit pour rien, puisque les cas mortels de grippe sont très peu nombreux. Et heureusement, car nos hôpitaux ne comportent que 70 lits sur tout le territoire, capables de recevoir de tels patients contaminés.

  4. anti Post author

    « Impossible de lire cette note sans repenser à L’île aux fleurs. » Tu m’étonnes ! C’est le premier lien qui s’est fait dans ma tête en lisant.

    Pour ma part, j’ai triché, je suis passée par la console admin pour la lire sans voir les photos. C’est trop pour moi. C’est bon, là ! Ma décision est prise depuis une vue au zapping de Canal + montrant quelques secondes d’un élevage de porcs industriel… Immonde de cruauté ! Espaces réduits, castration à la naissance sans anesthésie, truies maltraitées etc. Décision prise donc, je ne cautionne plus ça ! Fini l’industriel et les produits de merde ! Vive le respect de la nature et des hommes, retour au bio, à encore plus de cuisine et au moins en moins de viande. Exécution !

    anti

  5. reginelle Post author

    pour moi, il y a deux sujets… les porcs et les conditions de leur élevage, celles dénoncées ci-dessus…

    quant à la grippe qu’on la nomme porcine ou mexicaine… il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une grippe.

    la peur de l’épidémie, cette fameuse pandémie qui nous menacerait… Peut-être que j’ai des raisonnements simplistes, mais moins de 2000 cas sur le nombre de x milliards d’individus quyi peuplent notre pauvre planète, cela me semble moins important et de beaucoup que d’autres épidémédies qui sévissent ailleurs.

    des grippes, des virus de la grippe, nous en avons affrontés par le passé, et nous en aurons des nouveaux dans l’avenir. >Celui-ci n’est que le dernier en date.

    Non pas que je ne sois indifférente, mais je me méfie instinctivement de ces spectres d’épidémie mondiale que l’on nous agite sans cesse sous le nez. Je crains (et sans doute est-ce là une manifestation de mon « mauvais esprit ») que nous soyons tous encore et toujours manipulés, guidés vers la peur, l’angoisse et etc.

    je ne veux pas dire non plus qu’il ne faille pas se montrer vigilant, ni ne pas prendre cela au sérieux… mais il me semble surtout qu’il faut « raison garder »…

    Honnêtement, dans cette affaire, je me soucierais davantage des cochons et du sort qu’on leur destine. Pour les humains, ils sont armés pour se défendre contre toutes ces vilaines bêbêtes… qui font aussi le bonheur et la fortune de quelques-uns…

    Suis un peu en colère là…

  6. anti Post author

    En même temps, une bonne épidémie en période de crise économique mondiale, c’est pas mal non ?

    anti, bisous.

  7. reginelle Post author

    Je ne crois pas que « renoncer à la viande », en manger de moins en moins soit la solution. Plus de consommation de viande, et plus d’élevages du tout et au bout du compte, dans l’absolu, la disparition d’espèces…

    mais on peut bouder et refuser cette production industrielle… devenir exigeant quant aux méthodes employées pour élever le bétail destiné à la consommation.

    Tu as raison, Anti, en disant « manger moins » parce que les produits de qualité sont naturellement plus chers que les animaux élevas en batterie. Donc, mieux vaut s’offrir un vrai poulet ou du vrai boeuf (ou autre) moins souvent et laisser toute cette « industrie » sur les étals0. sauf que, toujours pareil… Combien de familles ne peuvent s’offrir que « cela » ? Combien ne prennent que des « premiers prix »… même (et surtout) dans l’alimentaire ? C’est un cercle vicieux.

    Triste monde… où il est bon de maintenir des gens dans l’indigence, ce qui permet d’écouler une production merdique à moindre frais… mais sans doute que j’analyse mal les choses.

    Je crois profondément que tout ceci est voulu et très bien orchestré.

  8. reginelle Post author

    Bien sûr, Anti… pendant qu’on se bouffe la tête dans la frousse de cette épidémie qui va TOUS NOUS LESSIVER… ben on ne pense pas au reste…

    voilà… et on marche…

  9. anti Post author

    « Tu as raison, Anti, en disant « manger moins » parce que les produits de qualité sont naturellement plus chers que les animaux élevas en batterie. Donc, mieux vaut s’offrir un vrai poulet ou du vrai boeuf (ou autre) moins souvent et laisser toute cette « industrie » sur les étals0. sauf que, toujours pareil… Combien de familles ne peuvent s’offrir que « cela » ? Combien ne prennent que des « premiers prix »… même (et surtout) dans l’alimentaire ? C’est un cercle vicieux. »

    Pas tant qu’on le croit. En fait, d’un côté les prix se sont tellement envolés que manger bio est au même prix que manger intermarché.

    Exemple : Mon café San Marco 5 euros et des brouettes les 500g
    En bio, 5 euros 4 centimes un bon café, moins amer, et en commerce équitable.

    Le kilo de tomates : inter 2, 85 bio oh magie ! 2, 85 etc.

    En fait, la différence ou les différences majeures résident dans le fait de revenir à consommer de saison, de manger plus de légumes et moins de viandes et surtout pas de l’industriel et on reste avec un même prix/panier.

    Pour ma part, je ne peux plus, mais vraiment plus, acheter un oeuf ni un poulet d’élevage en batterie. Je ne peux plus acheter des produits élevés sur l’autel où l’on sacrifie Gaïa chaque jour. Je ne peux plus regarder le ciel avec un sourire et continuer à faire comme si je ne savais pas par facilité et égoïsme primaire. Non.

    anti

  10. Adele Riner Post author

    A chaque fois que je vois ou que je lis un reportage sur certaines conditions d’élevage je suis scandalisée. Et je suis comme Anti, aujourd’hui je fais plus attention à la viande que j’achète, c’est mon petit boycott perso.
    Mais l’avantage de vivre dans ma région, c’est que des vaches, moutons et cochons y en a partout autour de chez moi. Et ici pas d’élevage en batterie, il sont tous dans les prés… Et même le bourguignon en promo chez Leader Price, c’est du charolais…

  11. Jean Batiste Post author

    Bizarre, le blog et le site (www.vazquezchagoya.com) de César Augusto Vazquez Chagoya ne fonctionnent plus
    Le seul moyen de retrouver ses informations est de prendre les versions « En cache » dans Google

    Est-ce que la mafia locale de La Gloria (MX) ou Veracruz (MX) l’aurait fait taire ?

  12. anti Post author

    Bonjour Jean-Baptiste !

    Effectivement, très sympa ton blog et celui de Linux Manua aussi ! Je sens que ça va circuler encore tout ça.

    Merci pour les informations.

    anti

  13. Mädchen spiele Post author

    Tiens, la grippe A, je l’avais presque oublié. Je crois d’ailleurs que tout le monde l’a « presque » oublié, ne laissant qu’un vieux souvenir d’une cacophonie mondiale et surtout francophone ( On est pas champion pour rien !). D’ailleurs, on était pas sensé recevoir une nouvelle vague cette année ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.