Architecture et écologie : le modèle suédois

suede_620x465.jpg

Le Centre culturel suédois de Paris présente jusqu’au 19 avril « Archi Durable, d’un modèle à une vision », une exposition conçue par John Berglund et Dean Pike, du cabinet 42/architects.

L’occasion de découvrir comment les architectes contemporains suédois intègrent le respect de l’environnement et la durabilité dans leurs projets de musées, d’hôtels, de ponts ou de logements.

Leur audace a contribué à l’obtention par Stockholm du prix de première capitale « verte » de l’Union européenne en 2010 pour saluer des aménagements urbains durables.

le-pont-apate_620x465.jpg

Le pont Apaté

Situé dans le quartier rénové de Hammarby Sjöstad, à Stockholm, ce pont minimaliste a été conçu par Erik Andersson. Soucieux de remplir ce qu’il appelle « l’objectif METT » (Matériel Energie Temps et Transport), l’architecte a doté son pont d’un revêtement en acier inoxydable pour allonger sa durée de vie et réduire les coûts d’entretien.

villa-j-ecoluxury_620x465.jpg

Villa J-Ecoluxury

La villa J a été conçue par le cabinet d’architectes Marge. Un plan en croix a été adopté, afin d’obtenir différentes zones climatiques autour de la maison. Des terrasses et des jardins abrités peuvent être aménagés dans les espaces intermédiaires et une serre est prévue sur le toit pour cultiver des légumes. Mais c’est sur le plan énergétique que le projet est particulièrement novateur. Les balustrades sont couvertes de cellules solaires qui permettent de chauffer l’eau du chauffage et les murs fournissent une masse thermique qui emmagazine la chaleur solaire, relâchée ensuite pendant la nuit.

ice-hotel_620x465.jpg

Le fameux Ice Hotel dont j’ai déjà parlé ici.

L’hôtel de glace est situé à Jukkasjärvi, à environ 200 km du cercle Arctique. Ici, pas de béton ou de briques. Construite entièrement en glace et en neige, l’infrastructure fond quand arrive le printemps. Il faut environ 30 000 tonnes de neige et 4000 tonnes de glace pour la remettre sur pied.

le-batiment-ephemere_620x465.jpg

Le bâtiment éphémère

L’Ice Hotel accueille des visiteurs entre décembre et fin avril. Sa nature éphémère témoigne d’une vraie réflexion sur le rapport à l’environnement, et notamment l’adaptation de la vie au passage des saisons.

konstmuseum-de-kalmar_620x465.jpg

Konstmuseum de Kalmar

Le Konstmuseum de Kalmar est conçu par les architectes Tham et Videgard Hansson. Il a été inauguré le 10 mai 2008. Sa surface en béton, d’apparence austère, est couverte en certains endroits de patchs de bois laqué.

projet-kiruna_620x465.jpg

Projet Kiruna

La ville de Kiruna, dans le nord de la Suède, risque de s’effondrer à cause de l’exploitation minière. Pour résoudre ce problème, les architectes Wilhelmsson ont prévu de délocaliser la ville. Le plan de la cité utilise des formes rondes, la géométrie naturelle de la mine et de la glace. Pour circuler dans Kiruna, il faudra emprunter des transports publics automatisés et non polluants.

energies-renouvelables_620x465.jpg

Energies renouvelables

Les trois bâtiments du projet Koster sont alimentés en énergie par le vent, le soleil et l’eau de mer. Leurs parois en verre et en bois se fondent dans le paysage de l’île de Koster Sud.

kungsbrohusest_620x465.jpg

Kungsbrohusest

Le complexe Kungsbrohuset a recours à toutes les énergies renouvelables disponibles dans ses environs. Pour se chauffer, il utilise la chaleur corporelle dégagée dans la gare ferroviaire voisine. Et les eaux du lac Klara lui permettent d’alimenter son système de ventilation et de refroidissement. Un projet de bâtiment en synergie avec son environnement, dont l’audace a déjà été saluée par plusieurs récompenses.

Source article et photos Géo.fr.

anti, su’Eden.

2 Replies to “Architecture et écologie : le modèle suédois”

  1. ramses

    Plus on va au nord, plus les gens sont respectueux de leur environnement. Celà de tous temps, même avant qu’on parle d’écologie et d’énergies renouvelables. Question d’éducation, sans doute… Il y a également une plus grande solidarité et un meilleur savoir vivre. Une grande convivialité aussi… Tout se tient. Très au nord, au-delà du cercle polaire, il faut attendre six mois pour revoir le soleil… Sans doute l’apprécie t’on d’autant plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.