La vraie vie des superhéros, Dulce Pinzon

698847351.jpg

Coup de coeur aujourd’hui à la photographe Dulce Pinzon, qui a réalisé une série de portraits de travailleurs immigrés déguisés en superhéros.

Une façon de rendre hommage à ces Mexicains qui travaillent durement aux Etats-Unis pour subvenir aux besoins de leur famille restée au pays. Comme cet ouvrier venu de Vera Cruz, qui envoie 200 dollars par semaine, ou cette baby-sitter, de Puebla, qui envoie 400 dollars par semaine, ou ce laveur de carreaux, qui envoie 500 dollars par semaine.

1846012583.jpg

Dulce Pinzón est née à Mexico en 1974. Elle a fait une partie de ses études au Mexique, puis elle a émigré vers les USA, où elle a fait une solide formation en photographie. Elle vit à New York depuis 1995.

La série intégrale des photos est ici : http://dulcepinzon.com/superheroes02.htm

1356570562.jpg

3 Replies to “La vraie vie des superhéros, Dulce Pinzon”

  1. anti Post author

    Ces photos me disent quelque chose, mais ça ne me revient pas.

    Quoi qu’il en soit, j’aime beaucoup cette idée qui me rapelle le film « Bruce tout puissant ». Pourquoi ? Parce qu’à la fin du film, Dieu explique ce que c’est qu’un miracle au héros, jeune prétentieux orgueilleux et à un moment il lui fait toute une tirade dont cette phrase m’est restée : « une femme qui élève seule ses deux enfants, ça, c’est un miracle »…

    Alors merci à cette photographe de mettre ces personnes dévouées en lumière.

    Merci à toi Anna d’en parler.

    Merci mesdames d’être ce que vous êtes, fortes, fragiles et dévouées,

    Merci messieurs de prendre soin de nous.

    anti

  2. ramses Post author

    Dans la galerie de photos, le 4ème avant la fin, c’est pas l’ex de Boud, le roi de la frite qui met le feu aux poeles ?

    Anti, je pense que tu fais un lien avec un autre « super-hero » au Brésil, qui vient en aide aux deshérités des favellas…

  3. Kleman Post author

    l’idée de mettre dans des situations « normales » des super-héros est géniale en elle-même
    mais y ajouter cette dimension humaine et cette ironie vis à vis de la société américaine est sublime !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.