SDF, l'homme invisible

On dit souvent qu’on ne voit plus les SDF dans la rue, tellement on a tendance à porter notre regard ailleurs.

En partant de ce constant, les éditeurs allemands de Fiftyfifty, une publication vendue au profit des SDF, ont imaginé une idée remarquable pour rendre enfin visibles les gens de la rue : les rendre vraiment invisibles.

Un SDF nommé Lutz, qui vit dans la rue depuis 15 ans, s’est installé dans une rue très passante pendant la période de Noël pour vendre Fiftyfifty. Une caméra posée sur un pied filmait les passants en continu et l’image était projetée directement sur le corps de Lutz. L’effet est saisissant : Lutz semble devenir transparent, seule sa tête flotte en l’air ainsi que son bras qui tient le journal.

Et, du coup, on ne voit plus que lui.

Résultat ? Toute la presse et les télés en ont parlé au niveau national. Et ce numéro de Fiftyfifty a été rapidement épuisé.

4 Replies to “SDF, l'homme invisible”

  1. boudufle Post author

    oui hélas évanescente ……………génial coup de pub, mais pas d’implications…l’image choc, mais pas de réelles reflexions ensuite…suis dégoutée

  2. ramses Post author

    Les SDF sont devenus transparents, car beaucoup redoutent de devenir un jour comme eux. Tout peut basculer très rapidement… Un licenciement, la vente de la maison, le conjoint qui s’en va… J’en connais un, qui a établi ses quartiers au pied du distributeur où je vais retirer du cash. Il est accompagné d’un chien placide. Je bavarde avec lui pendant que la machine digère… Je lui glisse un euro dans la main avant de repartir… Je sais que ces 2 minutes de conversation valent plus pour lui que cette pièce… Un instant, il a eu l’impression d’exister.

  3. anti Post author

    Quel beau sourire ! Mais quel beau sourire ! Une chouette initiatiative parmi d’autres passées ou à venir.

    Tous des humains, elle est bien baptisée ta rubrique ma Caille.

    A la poste, je tchache un peu avec l’une des inombrables personnes qui squatent, à vrai dire, ça dépend aussi de mon humeur et de la confiance en moi que j’ai ce jour là. Ma soeur et moi, on est des spécialistes des gens qui vous lâchent pas (comprendre qui nous suivent dans la rue…), alors bon, des fois, c’est pas cool. On est arrivé à la conclusion que ça doit venir du fait qu’on sourit.

    A Rennes, ville dans laquelle j’ai passé le plus de temps, j’avais mes chouchous, toujours les mêmes à qui je donnais, comme ça ben, au moins, deux sûrs d’aidés par moi. Il y avait Gilles, trop maigre, mon Dieu et « Un p’tit billet » qui me faisait toujours rire !

    Des infos sur les SDF à Rennes ici http://pagesperso-orange.fr/stabarly/TPE-Ville/SDF/SDF.htm

    anti, Stade De la Femme

  4. Anna Galore Post author

    En plus, le monsieur qui vend le journal s’appelle Lutz, nom dont l’étymologie remonte à Lux, la lumière (comme Luc, Lucie, Lucien, etc. sans oublier Sâââântâââ Luciiiiiaaaaaaaaa)

    Pas mal, pour un invisible, d’être lumineux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.