Sous la Chine (Zhengchuner)

1651073681.jpgConnaître les dessous de la Chine, c’est le but que se donne Zhengchuner, une étudiante chinoise en journalisme qui a fait héberger son blog sur le site de 20 Minutes. Voici comment elle se présente.

Zhengchuner

Depuis longtemps, j’ai cette image dans la tête : les 900 millions de paysans chinois soutiennent la construction moderne de la Chine, tout en étant dépouillés de leur terre, et parfois de leur vie.

Sans la terre, ils ne peuvent que travailler comme immigrants dans des usines et des chantiers des grandes villes. Mal payés, ils ne se plaignent pas. Mal vus, ils ne s’arrêtent pas. Leur famille attendent leur argent – très peu – mais peuvent-ils faire plus ?

C’est ainsi que la Chine paie très cher pour son essor : le jour où les paysans n’auront rien à perdre, l’empire du milieu s’effondrera.

Mon blog raconte la Chine autour de ces 900 millions de paysans. Etudiante chinoise en journalisme, je vise à vous faire découvrir les dessous de la Chine.

Il y a quelques jours, Zhengchuner a consacré une note saisissante à l’attitude de la presse vis à vis du pouvoir.

La Une

Pour pouvoir vivre, la presse chinoise a une règle à suivre : surtout pas de « faute politique ». Pour aboutir à ce but, tous les journaux, surtout la presse écrite nationale, préfèrent utiliser la même maquette chaque année, pendant la période sensible, celle des deux conférences annuelles.

Pour des représentants du peuple, les médias chinois montrent bien peu de créativité.

    Journal du Peuple 6/3/04                                         Journal du Peuple 6/3/05                                         Journal du Peuple 6/3/06

    Journal du Peuple 6/3/07                                         Journal du Peuple 6/3/08                                         Journal du Peuple 6/3/09

Le blog de Zhengchuner se trouve ici: http://souslachine.20minutes-blogs.fr/

6 Replies to “Sous la Chine (Zhengchuner)”

  1. anti Post author

    Je mettrai demain des articles sur la Chine justement et… brrrr !

    Je n’ai pas vraiment eu le temps de parcourir le blog de cette jeune femme dont je trouve l’action bien courageuse mais c’est au programme. L’engagement n’est pas le même suivant qu’on habite dans un pays comme la France ou pas.

    C’est bien de mettre le projecteur sur elle, j’espère…

    anti

  2. ramses Post author

    Je suppose que cette étudiante n’habite pas la Chine ? La censure de l’internet en Chine ne laisserait pas passer de tels brûlots… Avec sa photo, en plus ?

    Les deux dernières « unes » montrent les dirigeants debout, alors que sur les précédentes ils étaient assis .. D’autre part, celui qui parle au micro a troqué sa cravate bleue contre une rouge… Si ce n’est pas une preuve d’évolution, cà !

  3. Anna Galore Post author

    Oui, j’ai remarqué aussi cette évolution révolutionnaire dans les deux dernières unes. J’avoue que je suis hilare devant la mise en scène de la dizaine de personnages qui font semblant de marcher pour la photo alors que le cadrage parfait permet de voir tous les visages sans exception.

    A mon avis, l’étudiante n’habite pas en Chine, en effet. Il est également possible que son visage ne soit pas le sien et que son nom soit un pseudo. Quoi qu’il en soit, ses notes sont fort intéressantes à lire sur son blog (tant qu’il est en ligne).

  4. voiedoree Post author

    C’est ce qu’on appelle une dictature, une privation de liberté mais est ce qu’on ne s’habitue pas après tout à ces interdits à ces directives ? Est ce que la liberté d’agir sans contrainte existe vraiment ?

    Je pense en ce moment aux vies gachées aux contraintes morales des religions à la mise en place de la dictature médicale et beaucoup d’autres chez nous. Bien entendu ce n’est rien par rapport à des pays qui se considèrent comme libres et où les contraintes dans certains secteurs vont en augmentant (USA angleterre etc…) et encore moins par rapport aux pays d’afrique sous la coupe de tyrans sanguinaires…

    Ainsi est le monde

    AIMEZ SES AIRS

    Je suis noir et ma couleur est celle de mes ancêtres
    Je recueilles les éclaboussures du sang qui imprégna leur terre
    J’entends la parole jamais brisé jamais endormie.
    Chaque cri de détresse ou de douleur
    Trépassant sur les montagnes de la honte
    Pénètrent dans ma chair ainsi qu’un poignard effilé.
    Rien ne peux exister hors de la liberté
    J’appelle les peuples soumis à se rappeler ce qu’ils furent
    Avant que les folles crispations des cerveaux enfiévrés
    Réclament un tribut pour assouvir leur passion dominatrice
    Mettent à terre les fiers aventureux de l’existence.
    Je reçois dans mon cœur autant que dans ma chair vos clameurs
    Je reçois votre demande de transmutation par le feu du phénix
    A renaître à votre vie, à renaître de l’esprit tuméfié
    Je vous dis qu’aucune force ne sera jamais assez puissante
    Pour effacer des mémoires les mers rouges de sang répandu
    Je suis votre combat
    Le combat des peuples opprimés
    Celui qui transforme la frayeur en allégresse
    La détresse en confiance
    Car ce qui a été toujours sera
    Triomphant dans les mémoires de ceux qui sont revenus
    Assourdir la terre de cette reconnaissance

    (Avril 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.