Le rire est avenir

L’objectif de la plupart des spiritualités est d’atteindre un état ultime de bonheur éternel.

Dans bien des traditions, cela semble être un sujet particulièrement grave, voire douloureux si ce n’est ascétique.

Pour les lamas, le bonheur, c’est un sujet joyeux.

D’ailleurs, ils ne sont jamais avares de sourires et de rires. Ceux du Dalaï Lama sont connus du monde entier. Et ceux de Khenpo Konchok Tashi Rinpoché ne sont pas près de s’effacer de nos mémoires.

Ce grand lama est un maître de méditation, pratique à laquelle il a consacré le plus clair de sa vie.

Sa coiffure particulière en est un signe extérieur, à l’image de ces représentations de bouddhas au visage surmonté d’un chignon généreux, symbole de détachement par rapport à leur apparence physique – puisque les cheveux poussent, eh bien qu’ils poussent autant qu’ils veulent.


Nous avons eu le plaisir de retrouver l’excellent traducteur déjà présent lors de notre précédente rencontre avec les lamas.

Tashi Rinpoché nous a donné un enseignement sur la vacuité, l’expérience de la Claire Lumière et le Mahamoudra. Bref, l’essence même du bouddhisme, dont le but fondamental est le bonheur, pour soi-même et pour tous les êtres qui nous entourent.


Le jeune moine qui accompagne le lama n’a pas l’air malheureux non plus.

Tashi Rinpoché nous a séduits dès les premières secondes par son sourire communicatif et son regard pétillant de joie. Entendre parler de bonheur par quelqu’un qui le vit de façon aussi visible, quoi de plus convaincant.

Sa profonde maîtrise de concepts et de symboles parfois complexes lui a permis de nous en expliquer les subtilités avec simplicité et enthousiasme et de nous entraîner parfois très loin lors de méditations emplies de lumière.

Que du bonheur…

Très belle journée à tous

12 Replies to “Le rire est avenir”

  1. julien Post author

    Quelque belle expérience vous avez du vivre…
    De celles qui rendent un peu plus belles les heures creuses de notre existence.
    Merci de partagez ces sourires multiples…
    Cela me rappelle une photo du Dalaï Lama en train de rire que j’ai gardé longtemps au dessus de mon bureau d’adolescent.

    Bonne Journée

  2. anti Post author

    De tous les êtres vraiment spirituels rencontrés, ils sont d’une légèreté incroyable, et leur légèreté est toujours accompagnée d’un sourire incroyable.

    12 heures de sommeil bien méritées plus tard et quelques remises en place dans les rêves, me voici éveillée, euh… réveillée !

    Belle journée à tous,

    anti

  3. Anna Galore Post author

    La base du bouddhisme, c’est le karma, c’est à dire la loi de cause à effet: tout ce qui nous arrive est la conséquence de nos actes – et tout ce qui m’arrive est donc la conséquence de mes actes superposée aux conséquences des actes des autres, parfois accumulés sur plusieurs vies.

    C’est, de ce point de vue, l’opposé complet de religions qui disent « tout ce qui t’arrive est la volonté de Dieu » (sous une forme ou une autre). Dans le bouddhisme, il n’y a pas de Dieu ou plus exactement, chacun de nous peut devenir (un) Dieu – ce qu’on nomme l’état d’éveil (en sanskrit: bouddha). Tout ce qui t’arrive est la conséquence de ce que tous ensemble nous faisons ou pas.

    Le malheur, les évènements désagréables sont les conséquences de causes qui pourraient ne plus se produire si tous les êtres sensibles (c’est à dire dotés de raison) faisaient en sorte de ne produire que du « bon » karma. Cela passe par tout un ensemble de pratiques et de comportements appelés le dharma (l’enseignement).

    Il y a, enfin, une notion inhérente à la loi du karma, c’est celle de la communauté (chacun de nous dépend des actions de tous). Celle qui pratique le dharma et, de ce fait, agit pour le bien de tous, se nomme en sanskrit la sangha.

  4. ramses Post author

    Certes, le bonheur est un sujet joyeux, et pas seulement chez les lamas…

    Mais comment traitent-ils le malheur ?

  5. ramses Post author

    Anna,

    Merci de cette leçon de sagesse. J’ai l’impression que le « mauvais » karma l’emporte largement sur le « bon », dans notre Société actuelle, hélas…

    Par contre, sur ce blog, j’ai le sentiment d’être entouré de « bon » karma, c’est sûrement pour ça que je m’y sens bien.

  6. Anna Galore Post author

    Merci à toi, très sincèrement, pour ces mots d’encouragements.

    Nous avons eu un écho analogue ce weekend chez la personne, bouddhiste pratiquante, qui organisait la venue des lamas chez elle. Elle nous a dit qu’elle prenait beaucoup de plaisir à parcourir ce blog parce qu’elle y retrouvait les valeurs qu’elle aime. C’est d’autant plus intéressant que nous ne parlons que très rarement de bouddhisme proprement dit: sur 1400 articles, le mot « bouddhisme » apparait dans une quinzaine seulement et il n’est le sujet central que de 8 d’entre elles.

    Il s’agit donc bien d’un état d’esprit général, ressenti par tous quelles que soient les convictions personnelles de chacun. D’ailleurs, le mot « bonheur » apparait, lui dans plus de 100 articles et le mot « amour » dans près de 200, à quasi égalité avec le mot « humain ».

    Sans parler d’un mot encore plus fréquent: « rire » (220 articles).

  7. anti Post author

    « Le malheur, les évènements désagréables sont les conséquences de causes qui pourraient ne plus se produire si tous les êtres sensibles (c’est à dire dotés de raison) faisaient en sorte de ne produire que du « bon » karma. »

    Je ne suis pas certaine que cela soit limité aux êtres dotés de raison. Il me semble que par êtres sensibles, on inclus tous les êtres vivants. Petite recherche. En effet :

    Ne pas attenter à l’intégrité d’aucun être sensible. Ne pas tuer, ni blesser, ni faire de mal ou infliger de quelconque souffrance, ni encore l’encourager. Ce précepte s’applique à l’ensemble des êtres sensibles et pas seulement aux hommes. Il provient du respect qu’ont les bouddhistes pour la valeur intrinsèque des existences. Toutes les existences ont la nature de Bouddha, les êtres sensibles peuvent l’expérimenter.

    http://www.zen-deshimaru.com/FR/real-effect/bouddhisme-bioethique.html

    J’aime bien tes observations sur les notes. Elles sont parlantes et plus encore quand on regarde les mêmes mots dans les commentaires 😉

    Pour ce qui est de ton ressenti ramses, je ne le partage pas. Je trouve qu’au regard du passé, les hommes se sont élevés dans une certaine mesure. Plus de démocratie, plus de respect même s’il reste beaucoup à faire !

    anti, manches retroussées !

  8. Anna Galore Post author

    Pour les êtres sensibles, tu as absolument raison, ça inclut les animaux, j’ai écrit un peu vite mon commentaire ce matin.

    Et, comme toi, je pense (bien sûr) qu’on vit bien mieux aujourd’hui que, par exemple, au Moyen-Age où rester vivant était déjà un exploit en soi – alors vivre heureux…

    Oui, on s’élève, tous ensemble, chacun de nous grâce à tous les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.