Mon Beau sapin !

1270812314.jpg

So en avait parlé à Anna qui s’était bien gardée de me passer l’info la bougresse ! Fort heureusement, le net étant ce qu’il est, l’info finit par arriver vaille que vaille, au péril de nos souris et surtout de nos tensions oculaires ! Je suis donc tombée dessus via un excellent autre blog qui s’appelle « Sur l’Octuple Sentier« .

Pénélope Bagieu, blogueuse BD, a lancé en partenariat avec Orange, le site MonBeauSapin.org, opération exceptionnelle dont les bénéfices iront à la Croix-Rouge Française pour garnir ses arbres de Noël. Pour tout don supérieur à 5 euros, vous recevrez un reçu fiscal à l’adresse indiquée.

Mais comment ça marche ?

Monbeausapin.org est un site de bande dessinée en ligne, qui présente un auteur différent chaque jour.

117236597.jpg

Le but du site est de récolter un maximum de dons pour l’opération « Arbres de Noël » de la Croix Rouge Française, qui offre des cadeaux aux enfants défavorisés le soir de Noël. Pour ce faire, la Croix Rouge a mis en place exclusivement pour Monbeausapin un module permettant de verser des micro-dons, sans minimum de montant, alors qu’il est habituellement de 12 euros. Ce qui veut dire que si chaque visiteur donne un euro et en parle autour de lui, il y aura beaucoup de cadeaux sous le sapin cette année !

Tous les dons effectués en passant par Monbeausapin sont identifiés et enregistrés, afin que durant toute l’opération, les internautes puissent connaître le montant des dons cumulés.

Grâce à son sponsor et à un calcul du nombre de visiteurs sur le site, Monbeausapin a d’ores et déjà collecté 15 000 euros après une semaine d’existence.

Plus que cette super idée, Pénélope est un sacré personnage. Portrait de cette parisienne qui évoque son quotidien à travers son double, Pénélope Jolicoeur, un personnage tellement attachant que l’on s’y reconnaît forcément. (Le billet d’humour de Penelope Jolicoeur).

Penelope Bagieu, une illustratrice bien dans ses pommes

1202736819.jpg
(Illustration Margaux Motin)

Je m’appelle Pénélope, j’ai 25 ans, je suis illustratrice, j’habite à Paris dans le plus petit appartement du monde, je suis verseau (elle a presque réussi son coup en naissance le 22 janvier) et j’aime les chaussures.

Quelles sont tes activités à la fois sur le net, mais aussi dans ta vie professionnelle ?

Sur le net, j’ai un blog et j’embellis à l’occasion des sites Web. Dans la vie, je dessine pour des magazines, des pubs et des livres.

Quel a été ton parcours pour devenir illustratrice ?

J’ai eu un vrai parcours de star. Après une scolarité chaotique, j’ai eu mon bac péniblement, j’ai été refusée dans les écoles d’arts appliqués, j’ai peiné dans une prépa sans avoir de concours, j’ai fini par réussir à rentrer à l’ENSAD (les Arts Déco, à Paris) par je ne sais quel miracle (j’ai fait des blagues à mon jury, je crois). J’y ai fait du multimédia puis une spécialisation en animation (couronnée par un gros flop au diplôme) et quand j’en suis sortie, je me suis dit que j’allais plutôt faire de l’illustration, puisque j’étais une quiche en animation. Et puis j’ai fait mon book, j’ai trouvé mon agent, et après, ça a été plus simple. Mais globalement, je pense qu’avoir entendu pendant des années que je n’étais pas faite pour ça et que je n’y arriverai jamais, ça m’a pas mal aidé.

En dehors de tes illustrations, quelles sont tes passions, tes hobbies ?

C’est vrai qu’il y a finalement assez peu de temps que je ne passe pas vissée à mon Mac (surtout qu’en dilettante, je fais toujours un peu d’anim, j’ai mon film en compèt à Annecy cette année), mais quand je reviens à la vie, j’aime bien faire du théâtre, regarder des séries, la bonne bouffe et le bon vin, le shopping, me faire les ongles, et puis aussi voir mes copines et dire du mal de celles qui ne sont pas là.

269752452.jpg

L’UNIVERS DE PÉNÉLOPE

Comment décrirais-tu ton univers et quelles sont tes sources d’inspiration ?

Mon univers est alimenté par ma vie quotidienne, ce que je vois dans la rue, dans les magazines, ce que racontent les gens dans le métro, un peu tout ce qui me tombe dans les yeux et les oreilles. Pour ce qui est de mes inspirations, je dirais que graphiquement, je suis irrémédiablement marquée par les Disneys et les Tex Avery de mon enfance (que je regarde toujours autant maintenant), et que pour le reste, je suis influencée par tout ce qui me fait rire : Desproges, les Monty Pythons, les Nuls, Gotlib, tout ça.

Nous avons découvert ton travail grâce aux aventures quotidiennes de Pénélope Jolicoeur. D’où t’est venue cette idée de créer un personnage d’une telle fraicheur ?

En fait, j’ai toujours été complexée par le fait que je suis extrêmement bavarde. J’ai toujours l’impression que les gens ont envie de m’assommer avec une pelle pour me faire taire. Alors l’idée m’est venue d’alléger un peu la peine de mon entourage, en reportant ça sur des inconnus, donc j’ai créé un blog, pour raconter tous ces trucs pas du tout intéressants qui m’arrivent. Et maintenant, ça va mieux.

Comment définirais-tu ce personnage ?

C’est une fille un peu mauvais esprit, un peu pouf, un peu gamine et un peu geek, à qui il arrive tout un tas d’embêtements, mais heureusement pour elle, elle a des joies simples, et réussit toujours à se consoler avec des jeux videos, une pizza ou des chaussures.

D’après toi, quelles seraient ses principales qualités ?

L’enthousiasme, l’insouciance et les ongles toujours bien faits.

Et ses défauts ?

C’est une vraie Parisienne. Stressée, pressée, un poil snob et terriblement désagréable dans la rue.

Avec Pénélope Jolicoeur tu as imaginé un personnage vraiment attachant. Quelle est la part d’imaginaire dans tes illustrations ?

Honnêtement pas tellement. Elle a ma tête, mon appart, mon chéri, mes copines, ma mère, mon chat, mon métier, mon fouillis de bureau et ma théière. Mais parfois, elle porte les fringues qui me font envie sur le moment et que je n’ai pas.

Pénélope Jolicoeur existe-t-elle en dehors de son blog ou peut-on retrouver sa vie illustrée sous d’autres formats ?

J’ai une chkoumoune légendaire, alors je ne parle pas des choses tant qu’elles ne sont pas sûres à 100%… mais c’est plus ou moins en route.

1821165361.jpg

LES MACS DE PENELOPE

(…)

Cette illustration montre à quel point tu aimes ton Mac. Pourquoi tant d’amour ?

Cette image du jour où je suis rentrée de vacances, ce n’est pas une blague. J’étais vraiment heureuse et soulagée de le retrouver. J’ai un rapport très maternel avec mon Mac. Mine de rien, sans lui, je ne peux plus rien faire. Le matin, avant même de lancer l’eau pour le thé, je l’allume. Le petit bruit qu’il fait au démarrage, c’est la première chose que j’entends. Et puis je travaille chez moi, je suis dessus sans interruption jusqu’au soir. Alors je lui parle, je lui dis des choses gentilles, je le gratte derrière les oreilles, et quand il me fait un caprice, je le prive de dessert.

PÉNÉLOPE ET NEWBIEMAC

Venons en à Newbiemac. Nous sommes particulièrement heureux que tu inaugures notre rubrique « ces artistes qui utilisent Mac ». Selon toi, pourquoi les créatifs aiment tant travailler sur cette plateforme ?

Parce qu’un Mac, c’est tout blanc, c’est vierge, c’est comme une grande page blanche, ça donne plein d’idées. Et puis pas besoin d’être un vrai de vrai geek pour bosser dessus. Je pense que les artistes sont quand même un peu terrifiés par la vraie informatique, celle avec des chiffres et des lignes de code.

En trois mots, comment décrirais-tu Newbiemac ?

C’est graphique, c’est rigolo, et il y a même des vraies infos dessus !

Pour finir, que souhaites-tu dire à nos lecteurs?

« Always look on the bright side of life ». (Allez-y, vous pouvez siffler !!!)

Et pour finir, je découvre que Pénélope est l’illustratrice du livre « Vie de Merde » ou VDM du nom du site Web où des milliers de Français sont passés écrire leur malheur pour notre plus grand bonheur ! Dans ce livre, on trouve la crème de la crème, le meilleur du pire. Au-delà du rire et de la honte, c’est la vraie vie, l’intimité révélée d’hommes et de femmes de tous âges. On en apprend plus sur nos contemporains que dans n’importe quelle étude sociologique. Une bonne VDM, ça ne s’invente pas. D’autant que leur nombre aurait nécessité l’intervention du staff au complet des scénaristes d’Hollywood. Tout est donc vrai, et c’est vrai que c’est drôle. (Amazon)

anti, Si flottante…

3 Replies to “Mon Beau sapin !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.