Les fils du vent

Ca fait du bien de se poser. Réveil en douceur, Mirou sur les jambes, soleil déjà haut. Tout est encore silencieux dans la maison.

Pendant que je traversais la France, mes livres dépassaient la barre des 130 000 lecteurs, le blog connaissait une bien joyeuse animation et mon troisième chapitre s’écoulait de mes doigts.

Il s’intitule « Les fils du vent », la très belle expression que les Roms emploient volontiers pour parler d’eux. Il s’ouvre sur un extrait d’un livre de Tchalai, écrivain-journaliste Rom.

« Nous n’avons inventé aucun alphabet, aucune religion […]. Nous n’avons eu aucun grand poète héroïque, aucun législateur, aucun roi pacificateur, aucun chef de guerre, aucun mythe universel. Nous sommes le mythe. »

Il met en scène deux nouveaux personnages, deux Roms qui vivent aux Saintes Maries. En voici le début, qui se veut un clin d’oeil respectueux à « Swing », le film de Tony Gatlif.

Tony Lautari traversa la petite cour écrasée de soleil et entra dans la cuisine. Il fit réchauffer pour la dixième fois, dans une casserole cabossée, du café préparé le matin. Il se versa un verre du liquide noir brûlant, ajouta deux sucres, sirota une gorgée et repartit en sens inverse s’installer dans le séjour minuscule qui donnait sur la rue. Sa guitare l’y attendait.

Au moment où il s’assit, Rajko Vasilescu arriva et passa la porte grande ouverte. Il semblait de mauvaise humeur.

Les Lautari sont des musiciens traditionnels, pour la plupart tsiganes.

Mon chapitre se termine sur ces mots:

Nous sommes les fils du vent. Rien n’est plus insaisissable que le vent.

Très belle journée à tous

Photos: Tchavolo Schmitt, l’acteur et musicien Rom qui joue le rôle de Miraldo dans « Swing »

A lire aussi sur le blog :

La veuve obscure
L’hymne à la paix
Les Roms
Le réveillon invisible des Roms
Le fichage des Roms légal en Europe
La légende des Saintes Maries
Première rencontre avec Sara la Noire
Sous le sceau de la vierge noire
Journée internationale des Roms : L’appel européen

11 Replies to “Les fils du vent”

  1. sapotille Post author

    « Pendant que je traversais la France, mes livres dépassaient la barre des 130 000 lecteurs, le blog connaissait une bien joyeuse animation et mon troisième chapitre s’écoulait de mes doigts. »

    Vive la vie!

    Ton troisième chapitre s’écoulait de tes doigts telles les notes touchées sur les cordes des guitares rom ou tsiganes ou…c’est bien çà?

    peut-on encore dire anna, auteure engadgée alors?

  2. sapotille Post author

    Mince.. encore des problèmes de sexe..

    je croyais que gadji c’était au pluriel? mais bon.. va falloir réviser les classiques
    ;-))

  3. Christina Post author

    Merveilleux titre ! « Les fils du vent » : tout est dit.
    Ma petite variation sur le même t’aime :
    « Nous sommes les fils du vent. Il nous a arraché les fils qui font de vous ces pantins en quête de notre liberté. »
    La véritable liberté est intérieure.

  4. Anna Galore Post author

    Très joli.

    Christina, j’ai rajouté ton commentaire d’hier dans la colonne de gauche « C’est vous qui le dîtes », aux côtés de celui de Catherine.

  5. anti Post author

    « Mirou sur les jambes »

    Ca devient une obsession ! mdrrrr !

    « Nous n’avons inventé aucun alphabet, aucune religion […]. Nous n’avons eu aucun grand poète héroïque, aucun législateur, aucun roi pacificateur, aucun chef de guerre, aucun mythe universel. Nous sommes le mythe. »

    Fantastique. J’ai vraiment hâte de retourner aux Saintes en Mai ! Quel peuple fascinant. C’est marrant, parce que en y repensant je me dis que de lointaines origines espagnoles pour moi, des origines roumaines pour mes enfants. Ils sont roms quelque part.

    « Mince.. encore des problèmes de sexe..  »
    MDRRRRRRRRR !!!!!!!!! Sapotille ! Ca vous titille ou ça vous titille ?

    « Nous sommes les fils du vent. Il nous a arraché les fils qui font de vous ces pantins en quête de notre liberté. »
    Trop beau !

    anti, et un chapitre de plus YEAH !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.