La violence religieuse

A la suite des attentats de Bombay et avant ceux de Peshawar, Alain Duhamel a signé hier dans Libé une analyse sur la violence religieuse dont voici un extrait :

Durant les deux derniers siècles, les impérialismes, l’expansionnisme et les idéologies totalitaires avaient joué le rôle principal. Ils avaient provoqué deux guerres mondiales, la Shoah, les guerres coloniales et d’innombrables conflits locaux. Des dizaines de millions de morts, des centaines de millions de blessés, des dévastations effrayantes, des famines et des ruines en avaient été le résultat direct.

Aujourd’hui, les idéologies totalitaires d’extrême droite ou d’extrême gauche ont perdu tout prestige. Elles ont trop fait leurs preuves. Les empires coloniaux ont disparu les uns après les autres, les grandes guerres d’expansion territoriale aussi.

Comme il est plus commode d’habiller et de grimer la violence, ce sont donc les religions qui, de nouveau, comme jadis, jouent le rôle principal.

Au Proche et au Moyen-Orient, elles sont derrière tous les conflits et tous les terrorismes, de plus en plus influentes, de plus en plus cruelles, de plus en plus nécessaires pour offrir de pseudos justifications au terrorisme et aux guerres. Musulmans contre juifs, sunnites contre chiites, islamistes contre «croisés», Israël, la Palestine, l’Irak, l’Iran et, à vrai dire, toute la région sont infestés, dévastés, déstabilisés par la violence aux couleurs religieuses. En Afrique, les conflits ethniques et les appétits économiques se mêlent étroitement aux clivages religieux.

En 2008, la religion n’est pas l’opium du peuple mais sa grenade, sa charge explosive, demain son missile. […]

En Europe occidentale, en Amérique, elle est plus pacifique ou du moins peu violente.

Encore faut-il ne pas oublier les siècles de guerre de religions ici, et ne pas omettre les racines religieuses des exils forcés qui ont fait l’Amérique.

Encore faut-il surtout ne pas négliger la montée du fondamentalisme chez les chrétiens. Elle apparaît paisible quand on la compare aux guerres et au terrorisme religieux sur d’autres continents.

Aux Etats-Unis cependant, la droite religieuse progresse à la fois dans l’épiscopat catholique et chez les évangéliques protestants, notamment les charismatiques, a fortiori les born again. Leur idéologie porte sa part de responsabilité dans la rupture qui menace sans cesse islam et Occident. Cette pente-là, ce retour du fondamentalisme chrétien a des prolongements en Europe, par exemple au sein des épiscopats italien et espagnol, la France étant jusqu’ici immunisée grâce à sa laïcité et à son gallicanisme.

Reste que si le terrorisme est d’abord islamique, si la violence religieuse maximale n’est pas occidentale, tous les continents sont frappés par la tentation du fondamentalisme, tous sont menacés par la violence religieuse.

Les hauts dignitaires des religions monothéistes tentent sincèrement de dialoguer pour extirper la violence religieuse, pour l’exorciser. Mais que pèsent leurs colloques distingués et leurs débats angéliques face à l’identification croissante des religions et de la violence ?

Au XXIe siècle, la religion est de nouveau l’accélérateur de violence.

Le texte intégral est ici: Le triomphe de la violence religieuse

Photos: AFP et Reuters

3 Replies to “La violence religieuse”

  1. voiedoree Post author

    Les violences sont issues de la persécution des minorités. Lorsqu’un courant nouveau émerge et qu’il ne correspond pas à la norme il fait l’objet d’une répression et heureusement si la plupart des répressions ne débouchent pas sur des affrontements armées il en est d’autre, et cela tient sans doute à la sévérité de la répression, qui malheureusement se transforment en lutte pseudo religieuse.

    Les affrontements en France des dissidents de la religion catholique auraient pu à la longue tourner en drame, mais il y a aussi de nombreuses tendances qui ont fini par gagner leur place au soleil grace surtout à l’adhésion de la population à leurs idées.

    Je ne citerais comme exemple que certains mouvements considérés comme sectaires et qui font désormais partie du paysage politique dans de nombreux pays, également certains goupes comme les homos, les partisans d’une médecine holistique etc….

    L’intégrisme musulman provient d’une déviation de fondamentalistes en Egypte dont le groupe appelé « les frères musulmans » absolument pacifique au départ a été tellement persécuté du temps de Nasser qu’il est devenu ce que l’on connait aujourd’hui et qu’on pense inarrêtable dans son horreur.

    A partir du moment où les intentions des dissidents restent pacifiques pourquoi ne pas leur permettre d’exister même s’il faut les encadrer, cela aménera peut-être un peu de paix dans le monde.

  2. Jayshree Post author

    Moi je dirai qui se bagarrent avec le nom de religion ne sont pas religieux et humains… sinon le dieu est unique…un seul qui n’enseigne jamais se disputer avec son nom… Le dieu conait une seule langue qui est la langue d’amour…

  3. Anna Galore Post author

    Tout à fait. La voix de la sagesse…

    Il est d’autant plus effrayant de voir le nombre de guerres et de massacres qui émaillent l’histoire de l’humanité et qui ont eu pour unique raison (ou prétexte?) la religion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.