Sida: 20 ans de mobilisation

L’épidémie se stabilise en France, mais progresse encore chez les gays.

(Source: Libé, Eric Favereau)

C’était il y a vingt ans exactement. Pour secouer une planète indifférente, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) décidait de faire du 1er décembre la journée mondiale contre le sida. En 1988, il y avait autour de 5 millions de personnes touchées à travers le monde. Aujourd’hui, elles sont plus de 33 millions.

Disparités

Vingt ans… Depuis chaque année, l’OMS donne à ce jour un slogan. «Un monde uni contre le sida» en 1988. En 1989, «Nos vies, notre monde : prenons soin l’un de l’autre». Pour 2008, c’est un rien sibyllin :

«Mener, responsabiliser, s’activer».

Il n’empêche, le 1er décembre dope la mobilisation (1).

L’Institut de veille sanitaire (InVS) rend public ce matin les dernières données en France. Elles sont plutôt encourageantes. Il y a autour de 6 500 contaminations par an, un chiffre plutôt en baisse. Entre 130 000 et 140 000 personnes vivent avec le VIH dans l’Hexagone. Derrière ce chiffre se cachent des disparités grandissantes.

L’épidémie en France reste inquiétante chez les gays. Pour un sous-groupe à risque estimé à 300 000 personnes, il y a 2 250 nouvelles contaminations.

Chez les hétéros, le taux est 90 fois plus faible : autour de 6 à 8 nouvelles contaminations pour 100 000.

Dans la population migrante, la situation se stabilise. Mais est-ce une si bonne nouvelle ? Cela est peut-être lié à la politique sécuritaire du gouvernement.

Enfin, l’InVs a annoncé qu’elle allait lancer, en janvier, une enquête épidémiologique sur la situation du VIH en prison.

Urgence

«2,1 millions d’enfants sont aujourd’hui infectés par le virus ; 90 % d’entre eux vivent en Afrique subsaharienne, seuls 10 % de ces enfants ont accès à des médicaments antirétroviraux» (Médecins sans Frontières)

(1) Pour tout savoir sur les manifestations organisées aujourd’hui : www.lecrips.net/journee-mondiale-sida

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.