Les Inuits reprennent leur terre

Le Groenland choisit massivement le régime d’autonomie élargie

NUUK (Groenland) (AFP) – Les Groenlandais ont choisi, à une écrasante majorité et sans surprise, le régime d’autonomie élargie ouvrant la voie à l’indépendance de cette île stratégique de l’Arctique sous hégémonie danoise depuis près de 300 ans.

Selon les résultats officiels définitifs du référendum organisé mardi, le oui l’emporte par 75,5% des suffrages exprimés contre 23,5% au non. 39.000 électeurs de 80 villes et villages étaient appelés à se prononcer.

« Le Groenland a reçu un mandat pour aller plus loin » sur le chemin de l’indépendance, a confié à la télévision groenlandaise Hans Enoksen, le chef du gouvernement local visiblement ému.

Il a également remercié « le peuple groenlandais pour ce beau résultat ».

groenland2xf8.jpg

Tasiilaq (Kong Oskars Havn) inlet. ©Grant Dixon Lonely Planet Images

Outre le droit à l’autodétermination et la reconnaissance en tant que peuple conformément au droit international, le régime, négocié par le gouvernement de Nuuk avec le Danemark, accorde aux Groenlandais le droit à leurs propres ressources (pétrole, gaz, or, diamants, uranium, zinc, plomb).

La langue groenlandaise devient par ailleurs la langue officielle.

Peuplé de 57.000 habitants (50.000 Inuits et 7.000 Danois de la métropole), l’île bénéficiait jusqu’alors d’un statut d’autonomie interne depuis 1979.

A Nuuk, la capitale, qui abrite le quart de la population, l’émotion était manifeste en particulier sur les visages des plus âgés. Les feux d’artifices ont éclairé le ciel avant même la publication des résultats définitifs.

« C’est un jour de fête, un jour historique, que j’attendais depuis des années », a ainsi estimé Anne Sofie Fisker, sexagénaire.

« Il était temps que l’on recouvre nos droits et libertés volés à nos ancêtres, un peuple de chasseurs libres et fiers dont on a colonisé les terres », a renchéri David Brandt, un ancien marin-pêcheur, résumant les frustrations accumulées depuis des générations.

Pour l’ex-chef du gouvernement groenlandais, Lars-Emil Johansen, un des fondateurs du régime d’autonomie interne en 1979, « c’est le désir de retrouver leur fierté, de relever la tête après tant d’injustices du passé, qui ont fait voter les Inuits en masse ».

« Oui bien sûr nous pouvons nous en sortir, oui nous le pouvons », a-t-il affirmé, rêvant déjà d’indépendance dans « un avenir pas trop lointain », à l’instar du chef du gouvernement actuel.

« C’est une aspiration légitime, car le désir d’indépendance est profondément ancré dans l’âme inuite », a-t-il ajouté.

Certains, rares, déplorent ce nouveau régime.

« Nous n’avons pas les moyens financiers d’assumer les responsabilités rétrocédées par le Danemark. Et c’est une illusion de croire que les ressources du sous-sol, encore hypothétiques, vont asseoir les bases de notre économie afin de réaliser notre indépendance », a déclaré le président des Démocrates Jens Frederiksen.

L’île renfermerait dans ses eaux d’importantes réserves d’hydrocarbures, selon des estimations de scientifiques américains, en particulier au pôle nord, qui suscite les convoitises d’autant plus que le réchauffement climatique, constaté ces dernières années, pourrait en faciliter la prospection et l’exploitation.

Recouvert à plus de 80% par la calotte glaciaire, ce territoire, qui renferme 10% des réserves d’eau douce de la planète, est aussi le plus menacé par le réchauffement climatique en Arctique.

Sur le plan stratégique, le « oui » n’aura pas enfin d’influence sur la politique étrangère et de sécurité de l’île, qui demeure du ressort de Copenhague, ni sur l’avenir de la base américaine de Thulé, selon le gouvernement de Nuuk.

Un accord a été signé en 2004 sur la modernisation de l’accord de défense de 1951 passé par Copenhague et Washington, destiné à mettre à niveau cette base dans le cadre du système antimissiles américains, selon Josef Motzfeldt, ancien ministre groenlandais des Affaires étrangères, co-signataire de cet accord.

7 Replies to “Les Inuits reprennent leur terre”

  1. anti Post author

    Ah ! Enfin ! Je dois dire que j’étais abasourdie quand je lisais ça en mai dernier :

    Canada – Danemark – États-Unis – Norvège – Russie
    La bataille de l’Arctique au sommet du Groenland
    Mercredi 28 mai 2008

    Les riverains de l’Arctique, la Russie, la Norvège, le Danemark, les Etats-Unis et le Canada, sont réunis pour discuter du partage de l’océan Arctique. Ses réserves potentielles de pétrole attisent les convoitises. (Récit : E. Allain)

    france24.com/fr/20080528-arctique-sommet-groenland-danemark-russie-etats-unis-US-canada-norvege-petrole-reserves

    anti

  2. sapotille Post author

    quelque chose fait tilt en moi… les réserves esentielles à la perpétuation de Gaïa et donc de notre humanité, (si tant est qu’elle existe encore), où se trouvent elles?
    chez des peuples qui ont gardé un lien essentiel à la nature, l’ont comprise, de manière parfois fort différente, mais toujours avec respect et en restant à leur place.
    Amazonie, calotte glaciaire, toit du monde…Grands lacs.. Nous arrivons à un stade où ces peuples ont quasiment disparu, parfois même sans que nous soupçonnions leur existence. Nous avons cru à la suprématie de l’industrialisation, au rayonnement de quelques esprits au détriment des autres, etc.. certains peuples ont tiré la sonnette d’alarme. sera-t-il encore temps?
    Un exemple, si la Chine récupère définitivement la sources de tous les grands fleuves qui prennent leu origine dans les Himmalayas, et c’est ce qu’elle cherche aussi sans doute, que va-t-il advenir? D’elle -même également?
    Irresponsables jusqu’au bout. Ne le sont -ils pas déjà avec leurs positions incroyables face au SIDA, par exemple?

    Je salue les résultats obtenus par les Inuits. Redonner la nature à ceux qui savent la préserver sera, à mon sens, le seul garant de notre propre survie, car ces peuples savent reconnaître en nous ce que nous ne savons même pas reconaître de nous même à savoir notre humanité et sa dignité.

    En Amazonie, j’en profite pour saluer l’association Tchendukua, qui redonne leur terre aux Kogis, peuple racine, qui nous considère, nous, comme des touts petits enfants qui font n’importe quoi et qui se considèrent comme nos gardiens. A découvrir, si vous ne connaissez pas déjà leur mode de pensée vous serez surpris, croyez moi.

  3. anti Post author

    « j’en profite pour saluer l’association Tchendukua »

    Je ne connaissais pas, ça à l’air fantastique d’après les remières lignes que je lis sur le site !

    Merci pour l’info !

    anti

  4. voiedoree Post author

    A la base tout être « normal » vivant sur terre et donc sous contrôle de son mental est complètement fou.
    Nous en avons les preuves tous les jours.

    Seuls ceux qui ont réussi à écouter leur voix intérieur peuvent avoir conscience de cette folie qui semble « ordinaire » pour un humain normal….

  5. startine Post author

    Un gros ouf pour ces Groenlandais ! (je n’avais pas eu les résultats du vote)

    Désormais, ils vont devoir être balèses au niveau juridique et connaissance des réglementations internationales pour ne pas se faire avoir et résister aux sirènes de l’argent.

    Mais je pense que les autres peuples qui sont passés par là (tels que les indiens d’Alaska confrontés aux grandes majors pétrolières) les feront profiter de leur expérience et leur donneront un coup de main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.