le Vieil Homme et la Mer

1060259210.jpg

Pour commencer, laissez-vous porter par une ambiance piano-bar parisien. Pas n’importe lequel, ambiance Closerie des Lilas, haut lieu du tout Paris du début XXe dont Hemingway disait qu’il était l’un des meilleurs café de la capitale et où l’on peut encore aujourd’hui se désaltérer à la table du même écrivain.

1173493482.jpg

« écrire comme Cézanne peint »

Ernest Miller Hemingway… J’éprouve, sans trop savoir pourquoi, une grande tendresse envers cet auteur américain. Peut-être parce qu’il est de ceux qui sont en Quête ? A la recherche de la Paix ? Il prend part à toutes les guerres qui jalonneront sont existence -trop longue à son goût puisqu’il se suicidera en 1961- que ce soit auprès de la Croix-Rouge ou du côté journalistique, il participera aussi au débarquement de Normandie en 1944.

En quête De la Force ? Hemingway adopte une éthique qui met l’accent sur le courage face à l’adversité ses héros sont des hommes forts, silencieux, et souvent des femmes !

En quête de Beauté ? De vérité ? Les carnages dont il est témoin pendant la guerre d’Espagne le convainquent de la vacuité et du mensonge du langage abstrait.

2054162502.jpg

Il supprime de son écriture tous les mots inutiles, simplifiant la structure de la phrase et se concentrant sur les objets et les actions concrètes :

« Ce qu’il faut, c’est écrire une seule phrase vraie. Écris la phrase la plus vraie que tu connaisses.»

Dans la nouvelle Sur l’écriture, son personnage fétiche, Nick Adams, déclare vouloir « écrire comme Cézanne peint », c’est-à-dire en supprimant tous les « trucs » qu’affectionnent les autres écrivains.

181338650.jpg
Hypersensible donc à cet auteur, j’ai lu « Le Vieil Homme et la Mer» un soir d’été, isolée à la campagne par une nuit profonde à la lueur d’une bougie.

Ca n’est pas qu’il n’y avait pas l’électricité non, c’est seulement que le murmure des mots ne s’accommodait pas du tumulte électrique, il nécessitait une ambiance clapotis, la douce force d’une flamme, la dance des éléments.

Le Vieil Homme et la mer au fond, c’est une histoire d’Homme, une histoire de Quête, une histoire d’Amour, une histoire de Foi, une histoire que j’aime à rapprocher de Buzatti « Le K », c’est tout ça caché sous l’histoire de Santiago, le vieux pêcheur cubain qui n’a pas ferré de poisson depuis 84 jours…

Santiago qui décide de partir en mer chaque jour, vaille que vaille, de plus en plus loin chercher le poisson qui lui permettra de retrouver l’estime de ses pairs. Santiago qui rencontre le poisson. Son poisson.

985051682.jpg

A partir de ce moment là se joue une lutte entre l’homme et la nature, entre l’homme et sa propre nature tant l’histoire relève presque du sentiment mystique, dont Michel Mohrt dit avec justesse « Au-delà des luttes qu’ils se livrent, c’est une réconciliation dans le Grand Tout. (…) Ainsi tout est bien, tout est égal, et les mots victoire et défaite n’ont pas de sens dans ce grand commerce amoureux que l’homme entretient avec la mer, avec le ciel, avec les animaux, ses semblables ».

Peindre comme Hewingway écrit

Alors, vous imaginez bien que lorsqu’un jour Nico m’a parlé de ça :

36586776.jpg

Je me suis aussitôt empressée de le découvrir. Ce chef d’œuvre d’animation est un travail d’Alexandre Petrov, dessinateur et réalisateur de film d’animation russe.

Réalisé entre 1996 et 1999 (exactement 2 ans et demi de travail), ce court métrage renversant a gagné douze prix dans de nombreux festivals, que ce soit en France, en Russie, aux États-Unis (Oscar du meilleur court-métrage d’animation), au Japon, au Canada ou en Inde.

Alexandre Petrov s’est rendu à Cuba, et a visité la maison dans laquelle Ernest Hemingway a vécu, son restaurant préféré, ainsi que le village du roman. Il y a rencontré Grigorio, un pêcheur de 99 ans, qui fut l’ami de l’écrivain.

Le Vieil homme et la mer c’est 22 minutes de pur bonheur, d’émotion intense. Ce film est composé de 29 000 tableaux peints avec les doigts, le pinceau étant utilisé juste pour les finitions…

1549831496.jpg

« Pourquoi utiliser le pinceau : mes doigts sont le chemin le plus court, le plus direct entre mon cœur et l’image que je crée. » Alexandre Petrov

Dans le making-of disponible sur le DVD, Petrov explique qu’il utilise cette méthode dans l’animation, la peinture, depuis 15 années à l’époque du film. Le voir peindre au doigt est proprement hallucinant, je n’ai jamais rien vu de tel !

1730990135.jpg

Petrov est touchant, émouvant quand il s’étonne lui-même avec humilité du résultat de son travail : sa petite image qui a grandit… « quand je vois la grandeur des petites images que je dessine, je peux pas imaginer, c’est…»

184894600.jpg

La grandeur de ces images, vous pouvez l’apprécier par vous-même :

Très belle journée à tous

Anti

4 Replies to “le Vieil Homme et la Mer”

  1. Anna Galore

    Une merveille artisitique, du jamais vu, une poésie extraordinaire !

    Chaque image est une oeuvre d’art et le résultat sur l’animation est tout simplement à couper le souffle.

    D’ailleurs, on n’a pas pu s’empêcher et on l’a revu encore une fois ce matin tellement c’est beau.

  2. anti Post author

    Excellente chose dame Sampang ! D’ailleurs, nous allons le revoir tout prochainement sur grand écran !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.