Le yoga de l’embouteillage

Nîmes, hier après-midi, depuis mon bureau, face au sud, cinq minutes avant l’orage. Le ciel bascule au noir, solide et mouvant et à la fois.

Il ne pleut pas souvent ici, mais quand il pleut, c’est quelque chose. Une poignée de secondes plus tard, l’horizon disparait derrière une brume qui englue tout et des trombes de pluie s’abattent sans discontinuer pendant deux heures. Les rues secondaires n’arrivent plus à évacuer le trop-plein d’eau. Les lotissements deviennent des îlots.

Tout le monde quitte son boulot plus tôt, les inondations quasi annuelles sont dans tous les esprits, ici. Personne ne s’amuse à tenter de passer ailleurs que sur les grands axes praticables. Même les 4×4 ne friment pas. Un bouchon monstre se forme très vite sur la quatre-voies que je dois prendre pour rentrer.

Je vais mettre près d’une heure à parcourir le trajet de retour à la maison, là où il me faut d’habitude moins de cinq minutes. Ne pas lutter contre ce qu’on ne contrôle pas. C’est le yoga de l’embouteillage, l’occasion de poser ses pensées.

Pendant notre progression d’escargot, le ciel revient lentement à la normale. Plus une goutte ne tombe. Le silence est assez déroutant. Les autres conducteurs autour de moi semblent impassibles, ce qui est exceptionnel à Nîmes ! Aucun énervement visible ni audible: pas de klaxon, pas de tentative désespérée de doubler le voisin. Jamais cette route n’a été aussi calme, alors qu’elle est sursaturée de centaines de véhicules collés les uns à la suite des autres, qui avancent mètre après mètre dans une lenteur inévitable.

Cinq cents mètres en 45 minutes. Le grand rond-point qui crée le bouchon est enfin atteint, puis dépassé. Devant moi, les rues de la ZUP sont aussi désertes qu’un soir de match. La fin du trajet est parcourue en un rien de temps.

Au loin, le tonnerre résonne encore, alors que le soir s’installe dans les parfums d’après la pluie. L’automne vient de vraiment commencer. Ce matin, ciel gris mais calme.

Très belle journée à tous

10 Replies to “Le yoga de l’embouteillage”

  1. anti Post author

    « Celui qui apprend à céder maîtrise la force » comme dirait l’autre.

    La photo est splendide. Hier, pendant l’orage, je riais en pensant « Et ils osent dire qu’il pleut en Bretagne ! ».

    J’aime particulièrement l’orage. Plus il est violent, plus je sens le calme régner à l’intérieur. Ce désordre extérieur me fait réaliser à quel point l’harmonie règne malgré le trafic incessant des pensées.

    Depuis peu, depuis que Voiedo l’a souligné un jour, l’orage est devenu l’annagramme de Galore en plus…

    Que demander encore si ce n’est de conserver intacts, tous ces précieux trésors…

    Belle journée à tous, précieux trésors que vous êtes.

    anti, Tayatha / Om Békadzé Békadzé / Maha Békadzé Békadzé Radza / Samoutgaté Soha

  2. voiedoree Post author

    J’aime la pluie violente, pas la petite qui dure juste pour embêter le monde. En Guadeloupe on est servi pour ça, c’est beau, l’eau qui tambourine sur les toits de tôles et puis s’en va pour faire place au soleil.
    L’orage gronde juste pour dire, attention les amis, je suis là, arrêter vos conn…ies on ne plaisante pas avec les éléments

    c’est bien.

  3. Anna Galore Post author

    Ce soir, le département a été mis en alerte rouge jusqu’à demain en fin de matinée. La météo attend en effet des orages violents sur les Cévennes. C’est habituellement la principale cause d’inondation sur Nîmes et ses environs: le trop-plein d’eau dévale le long des pentes et arrive ici quelques heures plus tard. On appelle cela des « épisodes cévennols ».

    Les enfants sont ravis: ça veut dire pas d’école demain !

    Et là, Gwlad a réalisé que, oh nooooon, demain c’est mercredi et elle n’avait pas école de toute façon, bouhouuuu (non, Gwlad, on ne peut pas le mettre un autre jour!!! ^^)

  4. anti Post author

    Et là, Gwlad a réalisé que, oh nooooon, demain c’est mercredi que demain c’est équitation qu’elle attend chaque semaine avec impatience, oh nooonnnn !

    On verra, peut-être que ce sera passé à 16h30, qui sait ?

    anti

  5. Sampang

    Avec ou sans pluie j adore les bouchons dans Paris, c est là que j ai le temps de prendre en photos ses plus beaux balcons 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.