Super héros

Parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, je pose ici le dessin de Martin Vidberg d’hier 02 octobre.

superheros4ai0.jpg

Axel Miller, ex-PDG de la banque Dexia qui a frôlé la faillite et a été sauvée par l’état, pourrait percevoir des indemnités de licenciements de 3,7 millions d’euros, comme le prévoit son contrat. Le gouvernement français a demandé à la caisse des dépots, actionnaire de Dexia, de s’opposer aux versement de ces indemnités. Affaire à suivre…

Vous pouvez retrouver l’actu en patate tous les jours sur son blog : vidberg.blog.lemonde.fr

Miss You

3 Replies to “Super héros”

  1. sampang Post author

    et moi si je fais une tite erreur au taf tu crois que quand ils me vireront, ils me donneront un tit kekchose ? 😉

  2. anti Post author

    Ah ! Quand même :

    Le patron de Dexia, Axel Miller, renonce à son parachute doré.

    PARIS (AFP) — Axel Miller, le patron de Dexia, a renoncé à ses indemnités de départ à la demande de la ministre de l’Economie Christine Lagarde qui a conditionné la recapitalisation de la banque franco-belge à l’abandon de ce parachuté doré, a annoncé vendredi Bercy

    La perspective de voir M. Miller toucher une indemnité de 3,7 millions d’euros, selon les termes de son contrat, alors que sa banque venait d’échapper à la faillite, avait suscité une vive polémique ces derniers jours.

    A l’issue d’une « discussion » qui s’est tenue à « huis clos » dans la nuit de jeudi à vendredi, le président du directoire de Dexia « a accepté de renoncer aux indemnités de départ auxquelles il avait droit contractuellement », a précisé un porte-parole de Bercy. « La France avait conditionné la recapitalisation » de la banque « au fait que M. Miller renonce à ses indemnités de départ », a-t-il ajouté.

    Prenant « acte » de la décision de M. Miller, « le gouvernement et la Caisse des Dépôts ont pris la décision de débloquer ce jour les fonds destinés à souscrire à l’augmentation de capital de Dexia en vue du conseil d’administration de la société qui se tiendra cet après-midi », a expliqué pour sa part Mme Lagarde dans un communiqué. Le gouvernement, qui a annoncé mercredi son intention d’encadrer les parachutes dorés, est « fermement opposé au paiement de parachutes pour les dirigeants démissionnaires de sociétés en situation difficile », a souligné Mme Lagarde.

    L’abandon de cette indemnité, dévoilé vendredi matin par Europe 1, a été confirmé par le patron de Dexia: « à la suite de ma décision de remettre mon mandat d’administrateur-délégué à disposition, j’ai également décidé que je ne demanderais pas le paiement d’indemnités de départ », a déclaré M. Miller dans un communiqué.

    « Je m’en remets à la sagesse du conseil d’administration pour déterminer, à la fin de la gestion des affaires courantes qui m’a été confiée, le bilan de mon action au sein du groupe Dexia », a-t-il ajouté. De nombreuses voix se sont élevées ces derniers jours contre le paiement d’un parachute doré à M. Miller. Le gouvernement avait demandé à la Caisse des dépôts de s’y opposer en tant qu’administrateur de Dexia, tandis que le Premier ministre belge a fait savoir qu’il y était opposé.

    La présidente du Medef Laurence Parisot a estimé pour sa part qu’un patron qui a échoué ne devrait pas toucher de parachute doré.

    Axel Miller et Pierre Richard, le président du conseil d’administration de Dexia, ont démissionné de leurs fonctions mardi, dans la foulée de l’annonce par les autorités françaises, belges et luxembourgeoises d’un plan de sauvetage de près 6,4 milliards d’euros de leur établissement.

    Ils continuent toutefois à gérer les affaires courantes dans l’attente de la désignation de leurs successeurs.

    M. Miller aurait dû toucher une indemnité de 3,7 millions d’euros, selon les termes de son contrat cité dans le rapport annuel de la banque. M. Richard ne « bénéficie quant à lui d’aucune indemnité de départ », selon Bercy.

    Source AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.