Maroc, l’hospitalité au coeur


Place Jemaa el Fnaa, Marrakech. Photo: http://www.horizon-virtuel.com/

Chilck est rentrée avant-hier du Maroc. J’avais dit ici quelques mots sur le concept très original de son séjour là-bas, organisé par la ville de Nîmes: ce sont les ados eux-mêmes (ils sont 13, filles et garçons) qui choisissent leurs activités une fois sur place et, point important, ils doivent trouver chaque soir quelqu’un qui veuille bien les héberger (deux animateurs les encadrent et, si nécessaire, leur trouve des chambres d’hôtel en dernier recours).

Chilck est venue manger hier à midi nous raconter ses aventures, des étoiles plein les yeux. Je ne vais rapporter ici qu’une seule anecdote, une belle. Elle illustre à quel point l’hospitalité est une tradition profondément ancrée au Maghreb (dans d’autres régions du globe aussi, bien sûr), même dans le plus touristique de tous les endroits.

Les 13 ados arrivent à Marrakech. Avec l’aide des animateurs (dont un marocain), ils essaient de trouver leur logement du soir. Ils rencontrent Khaled, modeste serveur dans un café près de la place Jemaa el Fnaa. Khaled leur offre le gîte, à tous les 13.

Imaginez une seconde la situation inverse: 13 ados marocains qui demanderaient en France l’hospitalité pour la nuit à des Français croisés en plein centre ville d’un lieu touristique… Quelle chance de succès leur donneriez-vous?

Le soir tombe, les ados visitent les souks de fond en comble. Vers 3 heures du matin, Khaled les conduit chez lui.

Sa maison? Deux pièces dans le quartier le plus pauvre de la ville, 40 m2, où vit toute la famille de Khaled, c’est à dire 15 personnes de tous âges. Mais pour Khaled et pour les siens, quand il y a de la place pour 15, il y a de la place pour 28. Les ados se retrouvent dans une des deux pièces pour dormir, un peu les uns sur les autres, par une température étouffante. Ce qui veut dire que la famille de Khaled accepte, dans la deuxième pièce, de dormir dans le même inconfort pour leur laisser toute la place possible.

Les conditions d’hygiène sont minimales. Les toilettes sont à la turque, la porte ne ferme pas. La salle de bain fait un mètre de côté et se résume à un simple robinet et un bol qui permet de s’arroser d’eau. Il y a en plus un mouton qui dort à côté d’eux.


La Ménara – Photo: http://carnetsdenuit.typepad.com/

Pendant l’un des deux jours qu’ils passent à Marrakech, les ados décident de visiter la Ménara, superbe plan d’eau artificiel hors de la ville avec une vue magnifique sur l’Atlas à l’horizon. C’est à 3 km de Marrakech. Khaled les conduit l’un après l’autre sur sa mobylette. Ils veulent lui donner un peu d’argent, il refuse absolument.

Pour le dernier soir, un grand couscous est préparé par les femmes de la maison en l’honneur de leurs jeunes invités. Pour remercier tout le monde, les ados vont acheter la viande et aussi des cadeaux pour les enfants. Khaled aurait refusé d’être payé, de toute façon. Mais de la générosité en échange de générosité, ça, oui.

Et c’est d’autant plus beau quand ce sont qui n’ont rien qui offrent tout.

5 Replies to “Maroc, l’hospitalité au coeur”

  1. sampang Post author

    C est absolument magnifique d humilité, de simplicité et de générosité !
    Quelle belle leçon de vie pour chacun de ses ados et surtout de partage. Encore une chose à jamais gravée dans leur mémoire.
    Celui qui donne c est celui qui n a rien à perdre 😉

  2. Ness Post author

    C’est comme ça dans énormément de pays pauvres. C’est vraiment impressionnant, en effet, de voir à quel point les européens sont égoïstes.
    Quand j’étais en Jordanie, on a fait connaissance d’un type dans le bus, qui nous a ensuite aidé à trouver un hôtel, qui nous a acheté à manger parce que c’était tard, et qui nous a invités, mon père ma soeur et moi, chez lui à la fin de nos vacances pour qu’on rencontre toute sa famille.
    Mon père s’est fait inviter par des locaux dans quasi tous ses voyages en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud ou Centrale. Il en garde un souvenir merveilleux.
    Dans ces pays, la culture est très différente et l’hospitalité est un concept primordial extrêmement ancré en eux.

  3. Zaza Post author

    Quel partage, c’est certain que l’on voit pas ça en France.
    Anna ce que tu racontes, c’est comme ça aussi en sardaigne, c’est pour cette raison que mon mari apprécie ma terre natale, les Sardes connaissent l’hospitalité c’est une bien belle qualité qui a tendance à disparaitre ici et ce qu’ils ont ils n’hésitent pas à le partager avec des gens qu’ils ne connaissent pas.

  4. anti Post author

    « Imaginez une seconde la situation inverse: 13 ados marocains qui demanderaient en France l’hospitalité pour la nuit à des Français croisés en plein centre ville d’un lieu touristique… Quelle chance de succès leur donneriez-vous? »

    Excellent ! J’imagine la scène d’ici ! Ca pause question en effet. On ferait quoi nous-même ? Ca me rappelle une anecdote. Un jour à Malakoff, j’ai assisté à un concert de Meïssa Mbaye à l’occasion du centenaire de la naissance de Léopold Sédar Senghor. A peine rentrée à la maison, je lui ai envoyé un mail pour le féliciter tellement j’ai trouvé génial ce qu’il donnait sur scène. Le lendemain midi, un appel : c’était lui qui m’invitait à prendre le thé « entre voisins »… C’est dingue ! C’est magnifique je trouve, eh bien, pour dire vrai, je n’ai jamais osé y aller. C’est con. Juste pas l’habitude et la peur de l’autre qu’on nous inculque dès notre prime jeunesse. Pourtant, la générosité et la rencontre de l’autre, je l’ai vécue enfant, chez ma Tata qui tenait un café dans lequel nous vivions et chez qui, chaque jour, il y avait une assiette en plus à table pour qui en avait le plus besoin.

    Bon, ben Meïssa, si tu passes par ici, j’suis prête pour le thé 😉

    anti, en chemin.

  5. LilieSlay Post author

    « Juste pas l’habitude et la peur de l’autre qu’on nous inculque dès notre prime jeunesse. Pourtant, la générosité et la rencontre de l’autre, je l’ai vécue enfant, chez ma Tata qui tenait un café dans lequel nous vivions et chez qui, chaque jour, il y avait une assiette en plus à table pour qui en avait le plus besoin. »

    A 100% en accord avec toi !!!!

    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.