JO Pékin: les mensonges continuent

Ouverture des JO: les 56 ethnies chinoises n’étaient qu’une
15/08/2008 08h48


Photo AFP – William West

PEKIN (AFP): Déjà entachée de truquages, la spectaculaire cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin a mis en scène des enfants faussement présentés comme issus des 56 ethnies officielles de la Chine.

Les petits danseurs qui ont défilé dans le stade national étaient en fait tous de la communauté majoritaire han, même s’ils portaient un vêtement traditionnel tibétain, mongol, ouïghour, miao ou mandchou.

Interrogé vendredi sur la question, le vice-président du comité d’organisation a estimé que la presse était « trop pointilleuse ».

« Je ne vois pas en quoi le lieu d’origine des enfants pose problème », a déclaré Wang Wei.

Au soir du 8 août, dans le « Nid d’oiseau », les 56 bambins habillés de tenues colorées avaient encadré la procession d’un grand drapeau chinois.

La scène diffusée par les télévisions du monde entier devait en théorie montrer la mosaïque de populations formant la Chine, pays le plus peuplé du monde qui s’étend de l’Asie centrale jusqu’à l’océan Pacifique.

Le programme officiel distribué à la presse étrangère mentionnait la chose suivante: « Cinquante-six enfants des 56 groupes ethniques chinois entourent le drapeau national chinois, représentant les 56 groupes ethniques ».

Mais ils étaient tous des Hans, l’ethnie qui représente environ 90% des Chinois, a expliqué Yuan Zhifeng, directeur-adjoint de la compagnie de danse Galaxy.

Ils étaient « très naturels et mignons », a-t-il déclaré au quotidien Wall Street Journal.

D’importantes différences culturelles, linguistiques et religieuses existent entre les ethnies chinoises. En outre, les populations de l’extrême ouest, comme les Kazakhs, les Kirghizes ou les Ouïghours, peuvent avoir un physique indo-européen avec des yeux bleus.

M. Wang a démenti toute tricherie en assurant qu’il était coutumier en Chine d’habiller les enfants de tenues traditionnelles régionales pour des fêtes, même si cela ne correspond pas à leur lieu de naissance.

« C’est tout à fait habituel pour un spectacle chinois », a-t-il affirmé.

Cette affaire, qui survient au moment où la Chine a fort à faire avec des minorités rebelles au Tibet ou au Xinjiang (province des Ouïghours), pourrait constituer la troisième controverse ternissant la cérémonie chorégraphiée par le réalisateur Zhang Yimou.

(pour les deux premières, suivre le lien suivant Ouverture des JO: playback et images truquées)

2 Replies to “JO Pékin: les mensonges continuent”

  1. anti Post author

    Perso, là, ça ne me choque pas. Cette histoire n’a pas de commune mesure avec la précédente.

    « Cinquante-six enfants des 56 groupes ethniques chinois entourent le drapeau national chinois, représentant les 56 groupes ethniques ».

    Le texte paraît mal traduit, déjà il est pas bon dans la forme. On imagine bien que c’est pas 1 de chaque groupe. C’est symbolique ce genre de spectacle avec costumes traditionnels.

    Enfin, c’est c’que j’en pense et qui ne change rien à ce que je pense par ailleurs.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.