Le salut du serpent solaire

Coulée lumineuse, ondulation dorée, ce drôle de fantôme est apparu hier sur le mur face à moi quand le soleil est passé par un chemin improbable entre les branches du micocoulier jusqu’à la fenêtre sur ma gauche, n’éclairant qu’un seul barreau ondulé et projetant au dessus du djembé ce serpent de feu immobile, tel un cobra charmé dressé devant un fakir. Il est resté là moins de deux minutes puis s’est fondu dans la lumière.

En latin, le cobra royal se nomme Hannah qui en hébreu veut dire la grâce.

Très belle journée à vous

14 Replies to “Le salut du serpent solaire”

  1. anti Post author

    Tu avais raison ! Je suis complètement émerveillée ! C’est… BEAU !!! Définitivement, cette maison est habitée…

    anti, émanation.

  2. anti Post author

    « Anna tienne Anti ! »

    MDRRRRR !

    T’es en forme toi ! Je suis très contente de te sentir comme ça.

    anti

  3. sampang Post author

    lool
    mes silences me font du bien et … j ai pris le temps d écrire une longue lettre à Maman… je me suis délestée… ^^

    « sampang catamaran » 😉

  4. Baliramas Post author

    Ptain comme dirait Anti !!!
    Anna tu ne serais pas aussi de la lignée de Lilith ?
    ou alors Chat Mâne :-))))
    Quelle magnifique photo…..
    Murakoze Anna !!!!

  5. Anna Galore Post author

    Moshi moshi? Ko nishawa?

    Lilith, c’est un peu notre mère à tous 😉

    Chamanna

  6. anti Post author

    « Anna tu ne serais pas aussi de la lignée de Lilith ?  »

    Se promenant dans la rue, elle se demandait pourquoi elle ? Pourquoi moi en tant que femme, juste une nouvelle femme ?

    La réponse se fit foudroyante : parce que tu n’es pas une femme, tu es une déesse.

    Elle avait appris à ne pas juger les messages. Elle ne devait pas non plus juger celui-là. Ne pas chercher à comprendre. Ne pas chercher à comprendre. Non. Lâcher. Lâcher tout et se laisser pénétrer.

    Le passage du livre lui revint en mémoire «  »Les dieux, eux, étaient occupés à se déguiser en arbres et en animaux, la forme sous laquelle nous les voyons toujours quand nous parcourons les étendues sauvages.  »

    Elle avait été arbre, alle avait été renard, elle avait été le vent, elle avait été pierre. Elle était bien une déesse. Elle les remercia avec ferveur et détachement. Ils souriaient.

  7. anti1-2-3 soleil ! Post author

    Anna capteur de Lumières ? Joli ! J’adore Lison ! Mmmm… Baisers au passage (et non, « pas sages » Ronron compris !)

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.