La porte qui claque

Dans la nuit de samedi à dimanche, alors que nos amis étaient encore là, coup de téléphone de Gwlad depuis Nice : elle venait de se retrouver enfermée hors de son appartement, sans ses clefs. Anti a passé tout un tas de coups de fil jusqu’à deux heures du matin pour tenter de trouver soit un serrurier (mais aucun ne voulait bouger sans être payé à leur arrivée sur place… et Gwlad n’avait que 10 euros sur elle), soit un hôtel qui accepte d’être payé à distance par carte de crédit et qui soit raisonnablement proche (impossible à Gwlad de prendre un taxi pour la même raison). Vers 2 h, c’était réglé : la petite était au lit à l’hôtel.

DSC01563p

Hier vers midi, on a pris la route pour aller résoudre la fin du problème : ouvrir la porte. Les clefs étant restées à l’intérieur, il fallait « juste » parvenir à faire jouer la clenche. Anti a trouvé plusieurs tutoriaux sur le net pour le faire à l’aide d’une radio (une radiographie, pas une radio FM) ou d’un fil de fer. Gwlad était hyper heureuse de nous voir arriver.

DSC01566p

Après une demi-heure de vaines tentatives, nous avons appelé un serrurier (cette fois, pas de difficulté pour le payer). Lorsqu’il est arrivé, cela lui a pris environ 2 secondes, pour la modique somme de 350 euros (et encore, il nous a fait un prix). On était très contents de voir enfin la porte s’ouvrir.

DSC01572p

Nous avons décidé d’aller passer un moment à la plage. C’était bien mérité. Vers 19h, Gwlad commençant à avoir très faim (et nous un peu, quand même), nous avons rejoint à pied notre pizzeria favorite dans le Vieux Nice. C’était excellent comme à chaque fois. Nous étions de retour à Nîmes vers minuit. Un chouette dimanche, un peu imprévu certes, mais terminé dans une bonne humeur générale.

Très belle journée à vous

4 Replies to “La porte qui claque”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.